Hiro’a n°158 – Pour vous servir : Louisa Marmol écrit une nouvelle page à la médiathèque

158

POUR VOUS SERVIR – Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui

page 26 Portrait_LouisaMarmol

Louisa Marmol écrit une nouvelle page à la médiathèque

Rencontre avec Louisa Marmol, référente médiathèque à la Maison de la Culture. Texte : MO – Photos : L.M.

Louisa Marmol exerce depuis plus d’un an en tant que référente médiathèque à la Maison de la culture. C’est avec générosité et passion qu’elle y partage chaque jour son amour pour les livres, le savoir et la connaissance.

Louisa Marmol a intégré l’équipe de la médiathèque de la Maison de la culture en septembre 2019. Auparavant, elle a exercé en tant qu’éditrice au sein d’une petite structure indépendante pendant près de deux ans. Si elle a choisi ce métier, c’est avant tout parce que « le livre a toujours rythmé ma vie », comme elle aime à le souligner.

La médiathèque espace de cultures

Pour Louisa, la médiathèque a pour vocation d’être un espace à la fois de culture mais aussi un lieu de vie, d’échanges sociaux et communautaires. Au travers de tout son contenu (livres, vidéos, revues), son espace numérique conséquent, et toutes les actions qui y sont menées annuellement telles que les conférences, les lectures, le club de lecture entre autres, la médiathèque d’aujourd’hui cherche à faciliter l’accès à tous les publics à la culture sous toutes ses formes : petits et grands, qu’ils s’y rendent physiquement ou y accèdent via l’Internet.

La particularité de la médiathèque de la Maison de la culture est qu’elle fait partie d’un ensemble culturel où se tiennent des cours, des ateliers, des spectacles. « C’est une chance, dans la mesure où cela permet une vision globale et contemporaine de la culture ; qu’elle soit polynésienne ou non. Quelque part, on est dans un flux culturel sans cesse renouvelé et les publics qui viennent sont divers et variés. Cette richesse est aussi parfois un handicap, car la médiathèque peut être noyée dans ce bouillon de spectacles avec un travail dans l’ombre des bibliothécaires et une offre pas toujours lisible pour les publics. » Et pour que tout cela puisse fonctionner, que les usagers en profitent et aient envie de revenir, la référente médiathèque, bibliothécaire version 2.0., est indispensable.

Une référente multi-tâches

La référente médiathèque est le pivot, la cheville ouvrière de cet espace d’information : « Je suis amenée à surveiller les parutions de livres, passer les commandes de nouveaux ouvrages, enregistrer ceux qui arrivent. » Une fonction qui nécessite déjà à elle seule de se tenir au courant de toute l’actualité éditoriale, d’ici et d’ailleurs. « Le choix des ouvrages est fait avec soin, logique et rigueur, pour justement satisfaire les publics habitués tout en séduisant des publics potentiels et donc à identifier. » Mais ce n’est pas tout. « Je mets en place des événements autour du livre (comme la journée de la BD qui a eu lieu en septembre dernier), ce qui implique de prévoir les ateliers, contacter les intervenants, préparer le matériel, les visuels, organiser les équipes… » Et pour que la médiathèque soit également présente sur le web, « j’assure le suivi de nos différents supports (la page Facebook, le portail de la médiathèque), je réponds aux abonnés, je m’occupe de former les agents à l’utilisation du logiciel de gestion de la bibliothèque, par exemple. » À vrai dire, le métier de référent médiathèque est tout sauf reposant ! « C’est un métier très passionnant pour lequel aucun jour de travail ne ressemble à un autre, et surtout, qui évolue en permanence. »

Une formation dans les métiers du livre

Avant d’obtenir ce poste au sein de la médiathèque de la Maison de la culture, Louisa a suivi une formation universitaire dans les métiers du livre. En effet, elle a découvert les principaux métiers du livre et du patrimoine (édition, librairie et bibliothèque) lors de ses deux premières années de DUT, suivies ensuite d’une licence et d’un master dans les métiers du livre et de l’édition. « Des années de formation très riches, précise Louisa, durant lesquelles j’ai effectué cinq stages en entreprise, participé au Salon du livre de Paris, au Festival étonnants voyageurs à Saint-Malo ou encore à la Comédie du livre, à Montpellier ! »

Curiosité et partage

Outre une solide formation universitaire, pour Louisa, le référent médiathèque se doit de posséder une grande curiosité, être aux aguets, être au fait de tout ce qui se fait dans le monde de l’édition : les sorties éditoriales, les prix littéraires, les polémiques, les événements autour du livre, comment sont traités les acteurs du livre (participer au combat pour la reconnaissance professionnelle des auteurs, préférer les librairies indépendantes pour nous fournir les documents, faire découvrir des éditeurs indépendants prometteurs), etc. « Les métiers sont liés, et interdépendants, il ne faut pas perdre cela de vue ! Et bien sûr, être bibliothécaire, c’est “viser juste”, c’est être capable de satisfaire son public tout en en attirant d’autres, c’est amener cette culture au travers de différents supports, livres, CD, DVD, numérique, vers un maximum de public, et avoir le goût de faire plaisir, toujours ! »

Ouverture d’esprit

Selon Louisa, la clé de ce métier est de permettre à chaque utilisateur de découvrir et d’apprendre, grâce aux mots et aux illustrations. La médiathèque est un lieu neutre, convivial et chaleureux, à l’écoute de tous et attaché à l’individualité de chacun. « Il me tient à cœur de prouver combien les cultures façonnent les esprits et combien il est totalement accessible de trouver des réponses à nos interrogations en nous sentant valorisés ou tout simplement de trouver du plaisir à lire une B.D. » En tout cas, la jeune femme tient à réaliser son métier du mieux qu’il lui est possible, de continuer à partager sa passion pour les livres et la connaissance en général. « Je crois qu’il n’y a rien de plus satisfaisant que des livres à peine mis en rayon qui ne cessent d’être empruntés, qui passent de main en main, comme pour signifier que les publics ont été entendus, on leur a répondu, et ça leur convient. »

You may also like...