Hiro’a n°155 – Pour vous servir : Validez votre expérience avec le Centre des métiers d’art

155

POUR VOUS SERVIR – Centre des Métiers d’Art (CMA) – Pu ha΄api΄ira΄a toro΄a rima΄i

Validez votre expérience avec le Centre des métiers d’art

Rencontre avec Viri Taimana, directeur du Centre des métiers d’art de Polynésie française. Texte : ASF – Photo : Lucie Rabréaud.

Sculpter et graver, beaucoup ont appris sur le tas, sans jamais avoir de diplôme. À partir de l’année prochaine, ces personnes pourront faire reconnaître leur expérience dans ce domaine via la Validation des acquis et de l’expérience (VAE) délivrés par le Centre des métiers d’art de la Polynésie française et ainsi, prétendre aux mêmes diplômes que les élèves du CMA.

Beaucoup moins connue que la formation initiale, la formation continue et l’alternance, la VAE (validation des acquis de l’expérience) est pourtant aujourd’hui la quatrième voie d’accès à la certification. En Polynésie française, où de nombreuses personnes ont « appris sur le tas », c’est l’opportunité de faire reconnaître leurs compétences et de les faire valider par un diplôme identique à celui délivré après une formation. Le Centre des métiers d’art de Polynésie française, avec la mise en place de deux formations diplômantes depuis 2017, doit maintenant devenir certificateur des acquis professionnels en sculpture et gravure. « Dès l’année prochaine nous pourrons recevoir des demandes de VAE et nous avons déjà identifié une dizaine de personnes qui pourraient prétendre à monter un dossier », précise Viri Taimana, le directeur du CMA. Parmi les candidats potentiels : des enseignants de sculpture et de gravure dans les îles, des artisans, des anciens élèves titulaires du précédent diplôme territorial.

Concrètement, ce dispositif de VAE permet, au regard de l’expérience professionnelle et des compétences développées pendant un minimum de trois ans, d’obtenir partiellement ou dans sa totalité le CPMA sculpture et gravure, un diplôme de niveau V, l’équivalent d’un CAP ou le BPMA, un diplôme de niveau IV, l’équivalent d’un baccalauréat professionnel. « Nous travaillons actuellement sur les critères d’obtention, outre les formalités administratives et les dossiers de compétences, nous souhaitons par exemple que les candidats à la VAE présentent pour la dernière épreuve une œuvre inédite pour qu’un jury de professionnel puissent attribuer le diplôme. »

Le jury pourrait ouvrir une session tous les deux ou trois ans pour l’obtention d’une VAE.


Qui peut bénéficier de la VAE ?

La VAE est un droit inscrit dans le Code du travail et le Code de l’éducation : « Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience, notamment professionnelle, en vue de l’acquisition d’un diplôme, d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification (…) » En clair, les salariés, les demandeurs d’emploi, les travailleurs indépendants, les chefs d’entreprise, mais aussi les bénévoles, tous sans limite d’âge, peuvent faire une demande de VAE à la condition d’avoir acquis suffisamment d’expérience dans le diplôme visé.

Leg :

À l’instar des élèves du CMA, les candidats à la VAE devront présenter une œuvre.

You may also like...