Hiro’a n°163 – La culture bouge : Beckett et Schmitt joués au Conservatoire

Conservatoire artistique de Polynésie française (CAPF) – Te Fare Upa Rau 

Rencontre avec Christine Bennett, professeure d’art dramatique au Conservatoire artistique de la Polynésie française – Texte et photos : Pauline Stasi 

Beckett et Schmitt joués au Conservatoire 

CB Bennett et Schmitt

Les élèves de Christine Bennett monteront sur la scène du grand auditorium et sur le pa΄epa΄e pour clôturer leur année de cours au Conservatoire de Polynésie française. Pour ces soirées théâtrales, les adultes joueront la très belle pièce d’Éric-Emmanuel Schmitt, Frédérick ou le Boulevard du crime le 11 juin, tandis que les élèves du cycle 3 se lanceront dans l’interprétation de l’acte un de l’une des plus grandes œuvres de Samuel Beckett : En attendant Godot, le 29 mai. 

 

Cela fait des mois que les élèves de Christine Bennett, professeure d’art dramatique au Conservatoire artistique de la Polynésie française, se préparent à ce moment tant attendu : monter sur les planches pour jouer devant le public. Pour cette année 2021, Christine Bennett a choisi de mettre en avant deux pièces de deux grands auteurs contemporains, Samuel Beckett et Éric-Emmanuel Schmitt. Quatre élèves, âgés de 17-18 ans, de la classe du cycle 3 de Christine Bennett, joueront sur la scène du pa΄epa΄e du Conservatoire l’acte un de En attendant Godot. Véritable monument du théâtre de l’absurde, cette pièce a été écrite par Samuel Beckett en 1948. « Les élèves vont, pour interpréter les différents personnages, réaliser un vrai travail de masques sur l’attente. Ils suivent justement un atelier ‘recherche et création’ où ils apprennent le mouvement, le masque et la voix. Ce travail sur l’attente est très important car, en réalité, on est toujours dans l’attente dans la vie. On attend toujours quelque chose, quelqu’un, le lendemain, les vacances, l’amour et même Dieu… », remarque avec justesse la professeure d’art dramatique. 

« Un véritable auteur populaire »  

Quant aux adultes de la classe de production de Christine Bennett, ils ont préparé Frédérick ou le Boulevard du crime, une pièce écrite par Éric-Emmanuel Schmitt en 1998. « C’est un auteur dramaturge que j’apprécie énormément car c’est à la fois un philosophe et un véritable auteur populaire, dans le bon sens du terme, c’est-à-dire que ce qu’il écrit est accessible à tout le monde. Il a une superbe écriture, très profonde, très riche », confie la professeure, ravie de faire découvrir cette pièce au public à la mi-juin. Spécialement écrit pour Jean-Paul Belmondo, le rôle de Frédérick fut le dernier que le comédien a endossé sur scène, avant de déclarer des problèmes de santé. Véritable réflexion philosophique sur le rôle de l’acteur et le théâtre, cette pièce est aussi, comme tient à le rappeler Christine Bennett, « une mine d’informations sur l’histoire du théâtre. C’est l’histoire d’un grand comédien en fin de carrière qui va tomber amoureux d’une jeune fille  » –  avant d’ajouter, un petit sourire aux lèvres  : « Mais chut, il ne faut pas trop en divulguer, car il faut aller voir la pièce. » Une invitation bien tentante. 

 

Pratique  

You may also like...