Hiro’a n°144 – 10 question à : Dee Dee Bridgewater, chanteuse de jazz américaine

Propos recueillis par Lucie Rabréaud – Photos : DR

 

n0fdso2qwaqfzpwtw8wj

« Si la musique m’emporte, elle va emporter mon public »

 

Dee Dee Bridgewater sera la tête d’affiche de la première édition du Tahiti Soul Jazz (lire en pages 8 et 9) qui a lieu les 26, 28 et 29 septembre. Cette grande voix du jazz américain présentera son dernier album Memphis…Yes, I’m Ready, dans lequel elle réinterprète des classiques américains du blues et du rhythm and blues. Elle nous plonge ainsi au cœur de ses racines et de la culture noire américaine. Un voyage musical identitaire.

 

Pourquoi avoir accepté de venir à Tahiti pour cette première édition du Tahiti Soul Jazz ?

J’ai décidé de venir à Tahiti parce que j’ai été invitée par ma fille, China Moses, qui est directrice artistique de ce festival et que j’ai toujours rêvé de visiter les îles de la Polynésie française.

 

Quelles images avez-vous de Tahiti ?

Je n’ai que des images stéréotypées… des plages, le ciel bleu, l’océan… un peuple très accueillant et paisible.

 

Outre votre concert, vous allez animer une master class au Conservatoire artistique de la Polynésie française, est-ce important selon vous de transmettre son expérience, ses connaissances, son amour de la musique ?

Je suis à un stade de ma vie où c’est très important pour moi de partager. Partager mes expériences et tout ce que j’ai pu apprendre sur la musique… toute ma carrière dans la musique et ce qu’il y a autour. Ces partages peuvent, à mon sens, aider à démarrer une carrière.

 

Comment commence un cours avec Dee Dee Bridgewater ?

Je commence toujours mes cours par des présentations. Je veux savoir qui sont les participants, leurs âges, etc., je leur pose un tas de questions. Bien sûr, je n’oublie pas de me présenter et d’expliquer les moments importants de ma carrière.

 

Le Big Band, l’orchestre jazz du Conservatoire, va créer et jouer avec les artistes invités de ce festival. Un moment sans doute impressionnant pour les élèves et les professeurs qui composent l’orchestre. Comment donner une place à chacun ?

Concernant le Big Band et ses élèves, je pense juste expliquer le fonctionnement d’un orchestre, comment jouer dans les sections, le rôle de la section rythmique mais d’une manière très simple pour que tout le monde comprenne.

 

Votre parcours est lui-même parsemé d’expériences de ce type ?

J’ai commencé ma carrière avec un Big Band, un des meilleurs dans l’histoire de jazz… le Thad Jones / Mel Lewis Big Band. Et tout au long de ma carrière, j’ai dû travailler avec des orchestres dans le monde entier. Je pense que mes connaissances sur le fonctionnement d’un Big Band peuvent servir à tout le monde.

 

Sur la scène du festival, vous allez proposer une réinterprétation des classiques américains du blues et du R&B, quels sont les standards à écouter pour apprendre à aimer ce genre de musique ?

Les gens peuvent venir sans avoir une idée de ce que sont la soul musique, le blues, le jazz et le rhythm and blues…. Mais s’ils veulent s’y intéresser avant de venir au festival, ils peuvent faire une recherche sur Google ou YouTube pour écouter de merveilleux artistes sur les labels STAX Records et HI Records. Parmi eux ils trouveront et écouteront les artistes à qui je rends hommage sur mon album Memphis…Yes, I’m Ready.

 

Quel est votre secret pour réussir à faire « groover » tous les publics depuis si longtemps ?

C’est juste que j’aime moi-même la musique que je présente, que ce soit sur disque ou sur scène en public et en live. Si la musique m’emporte et me porte, elle va emporter et porter mon public. C’est tellement plus facile de transmettre ainsi la joie de la musique !

 

Le festival va donner aussi une grande importance à la protection de l’environnement, en étant écoresponsable et en encourageant les actions écologiques pendant ces trois jours.  Est-ce un sujet auquel vous êtes sensibilisée ? 

Je pense que la situation de la planète est grave et que nous devons porter une très grande attention à ces problèmes environnementaux. Tahiti est composée d’îles … l’urgence est sans doute encore plus présente pour la Polynésie. Il faut que chaque personne fasse de son mieux et vite pour contribuer à améliorer la situation.

 

Êtes-vous impatience de rencontrer les Polynésiens ?

Oui, j’ai vraiment hâte de venir pour cette rencontre musicale, culturelle et humaine.

You may also like...