N°125 – Un ciné-concert avec les meilleurs élèves de piano du conservatoire

Conservatoire Artistique de Polynésie français (CAPF)- Te Fare Upa RauDothy 01

 

Rencontre avec Dothy Colombari, professeure de piano au conservatoire artistique de la Polynésie française. Texte et photos Elodie Largenton

 

Après avoir célébré la musique française des 19e et 20e siècles et après avoir voyagé de l’époque baroque à la scène contemporaine, les jeunes pianistes du conservatoire se tournent vers le 7ème art pour leur concert annuel. Le 17 février, à la mairie de Pirae, une quinzaine de jeunes talents joueront des morceaux célèbres sur fond d’extraits de films.

 

Il y a certains airs qui restent dans la tête bien longtemps après la fin du film. « Parfois, les gens ne savent même pas quel est le morceau en question, mais quand tu leur joues l’air, ils disent ‘ah oui, c’est Sept ans au Tibet’, et c’est ce qu’on veut retrouver avec ce concert », explique Dothy Colombari, professeure de piano au Conservatoire Artistique de Polynésie française. Comme chaque année, une quinzaine d’élèves pianistes sont choisis par leurs professeurs pour se produire devant leurs amis, leurs familles, et d’autres élèves du conservatoire. Le thème retenu pour l’édition 2018 est « Le piano et 7ème art ». « Ça faisait longtemps qu’on y pensait, mais on n’avait jamais mis ça en place. Un nouveau professeur de piano a rejoint notre équipe, Samuel Magott, et il se trouve qu’il a fait son mémoire sur la musique de films. Ça a donc relancé l’idée », raconte Dothy Colombari. Les professeurs de piano ont sélectionné une quinzaine d’œuvres, qui balaient vingt ans de cinéma, avec des classiques d’hier et d’aujourd’hui. Pour établir le programme du ciné-concert, chaque professeur a sélectionné avant tout des morceaux qu’il aimait, en privilégiant la musique aux films. « Dans certains cas, comme pour « Out of Africa », on s’est aperçu que c’était très visuel, on s’est dit que ce serait magnifique à voir et ça a conforté notre choix, mais c’est avant tout la musique qu’on a sélectionné », souligne Dothy Colombari.

 

Un travail exigeant

 

Le concert durera une bonne heure. Le piano sera placé dans un coin de la scène et sera mis en évidence par l’éclairage. La scène du film qui accompagne le morceau sera projetée en arrière-plan. Le montage est préparé en amont par les professeurs, ce sont eux qui sont les maîtres du chronomètre, ce qui s’est avéré être « un défi technique ». « On a fait bien attention à ce que la bande visuelle et le morceau soient bien calés avant d’entraîner les élèves à jouer », rapporte Dothy Colombari. Elle espère, par ailleurs, que la projection des extraits de films ne va pas trop distraire les spectateurs, notamment les plus jeunes. Capter leur attention sera un défi de plus pour les pianistes en herbe, qui connaissent le morceau qu’ils doivent jouer depuis décembre dernier. Avec la grande coupure due aux vacances scolaires, cela ne leur laisse finalement pas beaucoup de temps pour se préparer, d’autant que « ce sont pour beaucoup des œuvres exigeantes, c’est un vrai travail », souligne Dothy Colombari. « Ce sont soit des œuvres difficiles à jouer au piano comme « Le clair de lune » de Debussy, soit il est difficile de jouer avec d’autres instrumentistes, c’est ce qu’on appelle la musique de chambre », poursuit-elle. En effet, les jeunes pianistes ne seront pas toujours seuls sur scène, ils seront parfois accompagnés par d’autres élèves instrumentistes du conservatoire. Les groupes se sont formés par affinité.
Démocratiser le piano

 

Ces élèves sont tous au moins en 2e cycle et ont sept années de pratique du piano derrière eux. Ils sont donc âgés de 13 à 16 ans généralement. « On ne prend pas des tout petits, parce ce concert a pour but de promouvoir la classe de piano, de montrer aux plus jeunes ce qu’on peut faire au bout de sept, huit, neuf ans de piano. Il ne s’agit pas de mettre en valeur quinze élèves, mais de montrer ce qui se passe dans le département piano », explique Dothy Colombari. Pour les élus, c’est tout de même une reconnaissance de leur travail et ce concert résonne comme une récompense. À travers ce rendez-vous « Le piano et 7ème art », la professeure du conservatoire espère aussi « démocratiser le piano, montrer que ce n’est pas juste fait pour une élite, que ça parle à tout le monde. Certaines personnes disent qu’elles n’aiment pas la musique classique, mais quand tu leur parles d’un morceau joué dans un film, ou repris dans une publicité, leur regard change ». Elle cite en exemple la valse numéro deux de Chostakovitch : « Je pense qu’il n’y a pas neuf personnes sur dix qui savent qui est le compositeur, mais tout le monde connaît cette musique, qui est sublime. Il n’y a pas forcément besoin de connaître le nom de l’œuvre pour l’aimer, l’apprécier. » L’essentiel, c’est que la musique touche ses auditeurs, ce que l’on aura certainement l’occasion de constater lors du ciné-concert du 17 février.

 

Les morceaux choisis

Le clair de lune de Debussy, « une œuvre emblématique du piano », dans Sept ans au Tibet

Le concerto pour clarinette de Mozart, dans Out of Africa

Bande originale de The Mission par Ennio Morricone

Un trio de Schubert avec violon, violoncelle, piano, dans Barry Lyndon

La costa diva de Bellini, dans Sur la route de Madison

La sonate au clair de lune de Beethoven, dans le film Ludwig van Beethoven

Valse numéro deux de Chostakovitch, piano et deux violons, dans Eyes Wide Shut

La dispute de Tiersen, dans Amélie Poulain

The heart asks pleasure first, dans La leçon de piano

How far I’ll go, dans Vaiana

La marche turque de Mozart, dans The Truman show

Bande originale de Mon oncle, de Jacques Tati

Bande originale du film Le grand blond avec une chaussure noire

Nocturne de Chopin, dans Le Pianiste

Planetarium de Justin Hurwitz, dans La la land

Barcarolle de Jacques Offenbach, dans La vie est belle

Deuxième mouvement du concerto de Chostakovitch, dans Le pont des espions 

Charlie Chaplin, Une vie de chien

 

Pratique

Samedi 17 février,

Grande salle de la mairie de Pirae

Tarif :  500 Fcfp, tarif unique. Billetterie sur place.

 

 

You may also like...