N°119 – Quand l’empire ottoman s’intéresse à la Polynésie

 

Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel (SPAA) – Te piha faufa’a tupuna© SPAA20170104_0001

 

Rencontre avec Michel Bailleul, docteur en histoire et intervenant au sein du Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel. Texte SF

 

Depuis le mois d’octobre, le Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel met à disposition du public sur son site internet toute une série d’études épistolaires et bibliographiques concernant des livres et documents rares du fonds archivistique conservé. Ce mois-ci, le Hiro’a vous présente une lettre d’Ismaïl Hakki.

Après avoir mis en lumière les précieuses lettres de Pomare IV de 1873 au Commissaire-Commandant de la République, le Service du patrimoine Archivistique vous présente un trésor tout aussi unique : la lettre d’Ismaïl Hakki au Gouverneur de la Polynésie française. Ce document datant du 1er mai 1906 est unique d’abord par sa rareté mais aussi par la difficulté de retrouver des éléments concernant ce personnage. « Il n’est pas une figure éminente du monde politico-militaire de l’empire ottoman de l’époque, il est donc difficile d’entre trouver la trace dans l’histoire », confirme Michel Bailleul, docteur en histoire et en charge de la rédaction de ces études épistolaires et bibliographiques. Le spécialiste émérite a néanmoins mené des recherches et trouvé quelques informations : Ismaïl Hakky est né à Istanbul en Turquie en 1883, il est le fils d’un ministre des affaires étrangères ottoman. Comme de nombreux officiers turcs, il est venu en France pour parfaire sa formation militaire et sa pratique de la langue française, il deviendra par la suite aide de camp dans la garde personnelle du Sultan turc. A l’époque où cet homme écrit au Gouverneur, Philippe Julien, l’empire ottoman est affaibli. Il connaît une période de troubles qui mènera à la chute du Sultan en 1923 avec la proclamation de la République par Mustafa Kemal Atatürk. « J’ai choisi ce document car il fait écho au monde d’aujourd’hui », explique le docteur.

Un échange unique

Dans cette lettre au gouverneur, datée du 1er mai 1906, Ismaïl Hakky souhaite connaître le nombre d’habitants de Tahiti et ceux qui appartiennent à la religion « mahométane », nom usé pour dire musulmane. En réalité, l’homme participe à une enquête sur la présence des musulmans dans les colonies françaises, anglaises et hollandaises. « On ne sait pas si cette enquête a été élargie aux autres îles du Pacifique comme Wallis et Futuna, Nouvelle-Calédonie, ou encore les Nouvelles -Hébrides », confie Michel Bailleul. Quoiqu’il en soit, Philippe Julien, le gouverneur de l’époque de la Polynésie française, répond à Ismaïl Hakky le 12 juillet 1906. Il explique que selon le dernier recensement réalisé en 1902, la Polynésie compte 29 865 habitants. « Il ne réside aucun mahométan dans la colonie », poursuit le gouverneur. Cet échange épistolaire est non seulement un témoin de l’histoire de la Polynésie et des colonies mais aussi de la religion. Un trésor à retrouver sur le site du Service du Patrimoine Archivistique

 

Retrouvez…

 

Toutes les études sur le site du SPAA : www.archives.pf. Et sur la page Facebook « Service du Patrimoine Archivistique Audiovisuel »

+ d’infos au (689) 40 41 96 01 ou par courriel [email protected]

 

You may also like...