N°111 – ACTUS

Conservatoire Artistique de Polynésie française – Te Fare Upa Rau

Musée de Tahiti et des Iles – Te Fare Manaha

Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel – Te piha faufa’a tupuna

Service de l’Artisanat Traditionnel – Pu ‘ohipa rima’i

Maison de la Culture – Te Fare Tauhiti Nui

 

Danser en sécurité

Avec l’appui du Ministère de la Culture et de la compagnie aérienne internationale Air Tahiti Nui, le Conservatoire Artistique a organisé, en juillet dernier, une première formation destinée aux enseignants de ‘ori tahiti de Te Fare Upa Rau : celle-ci portait sur la préparation du corps des danseurs à travers les échauffements. Dispensée par Yvonne Paire, spécialiste de l’anatomie du corps de la danse, qui enseigne notamment cette discipline au Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris, cette formation inédite appliquée à la danse tahitienne a permis de pointer la spécificité des mouvements de ‘ori tahiti sur le plan corporel, donnant ainsi de nouveaux outils aux enseignants afin d’allier la danse et santé par la connaissance et la prévention des pathologies liées à entraînement régulier. Yvonne Paire était de retour en octobre pour la fin de la première session et l’ouverture d’une seconde session de formation, cette fois ouverte  aux professionnels de la danse et aux pratiquants. « Pour les danseurs professionnels, l’échauffement est une étape incontournable, comme la barre des danseurs classiques ou la gamme des musiciens. Dans le monde de la danse tahitienne, elle est souvent négligée », explique Yvonne Paire. « Le ‘ori tahiti étant aujourd’hui pratiqué de manière intensive, il nécessite une préparation : il y a même urgence, si l’on écoute les témoignages des danseurs et leur souffrance. » Très concrètement, Yvonne Paire propose un échauffement adapté à cette danse et préconise des étirements spécifiques à pratiquer après l’entraînement, afin de prévenir les maux de dos et de genoux, qui contraignent de nombreux danseurs à s’arrêter. De quoi garantir un bel avenir aux danseurs de ‘ori tahiti ! D’autre part, de nombreux projets pourraient voir le jour dans le droit fil de ces formations, qui rencontrent un écho très positif.

 

Cadeau de Noël pour le Musée de Tahiti !

 

Faire connaître les collections, mais surtout les conserver pendant des siècles : voici les raisons d’être d’un musée. Le travail de conservation-restauration est primordial afin de prolonger l’espérance de vie des collections. Nettoyer les objets, les dépoussiérer, fait donc partie des missions quotidiennes du conservateur. Des opérations qui requièrent des connaissances et du matériel spécifique, ce dernier étant venu à manquer au Musée de Tahiti et des Îles. Pour y remédier, l’Association des Amis du Musée de Tahiti et des Îles a décidé d’offrir un aspirateur un peu particulier… Il est spécialement conçu pour le nettoyage et la restauration d’objets : un outil de premier choix qui permet de nettoyer les objets tout en préservant leur fragilité. Saluons cette généreuse initiative de l’Association des Amis du Musée de Tahiti et des Îles qui permet à l’établissement de poursuivre efficacement son travail de conservation.

 

Connaissez-vous les graines ?

 

« Les graines bijoux de Tahiti et de ses îles », c’est l’une des dernières parutions de la maison d’édition au Vent des Îles. Les graines font parties des plus jolies choses que nous offre la nature. Elles sont partout mais encore faut-il savoir où exactement ! A l’intérieur d’une gousse, d’une coque, sur un arbres, sur une fleur… Pour ce livre, Daniel Pardon a recensé toutes les graines qui existent en Polynésie française. Il présente plus d’une centaine de variétés différentes et délivre un tas d’informations utiles à leur sujet. Des graines rares aux graines toxiques en passant par celles utilisées pour la confection de bijoux, au fil des pages, vous apprendrez à mieux connaître la diversité de ces étonnants joyaux naturels à partir desquels les artisans polynésiens réalisent de véritables chefs-d’œuvre.

 

En vente dans les librairies et supermarchés de la place, ainsi que sur www.auventdesiles.pf, au tarif de 3 950 Fcfp.

 

Le patrimoine sur la toile

 

C’est un beau succès. L’engouement des internautes concernant les notices publiées par le Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel sur son site internet et sa page Facebook est tel que le SPAA a décidé d’accélérer les publications. Depuis le début de l’opération, c’est-à-dire au mois d’octobre dernier, les notices étaient publiées à raison d’une fois toutes les deux semaines. Désormais, elles seront publiées une fois par semaine. Pour ce faire, les 20 notices prévues au départ seront enrichies de 25 autres notices qui seront crées d’ici la fin de l’année. C’est le spécialiste Michel Bailleul qui est en charge de les rédiger, ce sont ensuite les agents du SPAA qui les mettent en page sur le site. D’autres notices viendront s’ajouter au cours de l’année. Un plan de Papeete de 1897, le premier journal français paru à Tahiti, la tentative d’établissement du protectorat français aux îles Cook… Ces notices permettent de mettre en lumière des aspects méconnus ou oubliés de l’histoire de la Polynésie française. Et leur publication enrichissent le fonds des archives comme le lecteur, et surtout viennent faciliter le travail du chercheur. Mais, ce n’est pas la seule vocation de ces publications. En effet, en publiant ces archives, cela permet au SPAA de protéger les œuvres. Si un document était amené à disparaître, grâce à la publication, il reste une trace de l’« acte » de propriété.

A découvrir sur www.archives.pf et sur la page [email protected]

 

Noël généreux

 

Les « artiz’ de l’espoir », c’est un collectif d’artisans qui a choisi de profiter de la période de Noël pour agir en faveur des personnes sans abri. Le « petit marché de Noël », organisé à la Maison de la Culture du 14 au 17 décembre, sera donc sous le signe de la générosité. Ventes artisanales participatives, collecte de pièces grises et dons… Rejoignez le mouvement en faisant don de vos tota ou en achetant une création artisanale, dont les bénéfices seront reversés à une action caritative pour les SDF.

 

Les « artiz’ de l’espoir » : Peva créations, Ne Tiens K.L, SK le Bijou, Linge de maison MCL, Terehere créations, Rairoa créations, les piques à cheveux et miroirs de Michel, les mono’i de Teamo, au fil de Laurence, les umete en bois de François, iD de nacre…

 

+ d’infos : 87 24 87 25 – [email protected] artiz’ de l’espoir 

 

 

You may also like...