N° 86 – Se parer d’or noir

Trésor de Polynésie

 

Service de l’artisanat traditionnel – Pu ohipa rima’i

 

Rencontre avec Diane Faana et Mareva Orbeck, artisanes primées du concours Vanira Art Création.

Rédaction : VH.

Crédit photo : Ora Concept / Photographe : Tevahitua Brothers / MUA : Tea Sage / DA : Maoake Orbeck / Mannequins : Leslie et Maui.

Rédaction : VH.

 

Depuis cinq ans, la vanille a fait son apparition dans la bijouterie artisanale, notamment par le biais du concours Vanira Art Création, organisé chaque année dans le cadre de la semaine de la vanille de Tahiti. Travaillée comme une fibre à part entière, la vanille vient orner colliers et bracelets, dans des compositions surprenantes et inspirées. La preuve avec ces parures homme et femme que nous vous présentons.

 

La vanille de Tahiti n’a plus besoin de faire ses preuves en cuisine grâce à son profil aromatique exceptionnel. Également utilisée dans le secteur de la parfumerie, celui des cosmétiques et de l’industrie pharmaceutique, elle a fait son apparition il y a quelques années là où on ne l’attendait pas forcément : dans la bijouterie artisanale. Dans le cadre de la semaine de la vanille de Tahiti, destinée à la promotion de cet or noir de la Polynésie française, un défi a été lancé il y a cinq ans aux artisans du fenua à travers le concours Vanira Art Création, qui a pour objet d’intégrer la vanille –également réputée pour sa texture brillante et souple – à des parures (colliers et bracelets). À ses prémices, ce concours ne concernait que les parures pour femmes, mais depuis cette année, une catégorie « Tane » a été ouverte. Edition après édition, les artisans laissent libre court à leur imagination pour utiliser la gousse de vanille comme une fibre à part entière, venant ainsi étendre le panel de matières premières polynésiennes grâce auxquelles la bijouterie locale se distingue.

 

Côté tane

 

Cette année, 28 parures ont été présentées au concours Vanira Art Création qui s’est tenu en septembre dernier : 19 pour la catégorie « Vahine » et 9 pour la toute nouvelle catégorie « Tane ». Mareva Orbeck, artisane depuis 11 ans maintenant, est l’heureuse gagnante du premier prix de cette nouvelle catégorie. Son collier est composé de petites porcelaines marron, montées sur un tressage en ni’au blanc. En guise de pendentif, « j’ai utilisé un penu en pierre, qui donne tout le charme au collier par son côté imposant », explique-t-elle. « La vanille, je l’ai rajoutée à l’intérieur du collier, en plaçant une gousse de chaque côté, toutes deux maintenues par des tresses en ni’au blanc. » Le même concept a été gardé pour le bracelet, avec des petites porcelaines marron montées sur un tressage de ni’au blanc, et une gousse de vanille qui vient épaissir le bracelet.

 

Côté vahine

 

Diane Faana, l’artisane qui a obtenu le premier prix en catégorie « Vahine », a quant à elle choisi de travailler la vanille autrement. « À la base, je voulais faire un collier uniquement composé de gousses de vanille tressées et de coquillages, raconte-t-elle. Mais la gousse est trop courte pour réaliser tout le pourtour d’un collier. Donc j’ai tout de même tressé les gousses entre elles, mais j’ai dû les monter par la suite sur un tressage en ni’au blanc. » Un esthétique mélange de coquillages marron, mauve et blancs, de nacres, la vanille apportant contraste et relief à l’ensemble.

 

Ces créations, contrairement à ce qu’on pourrait croire, sont loin d’être éphémères. « Quand la vanille est sèche, elle devient comme n’importe quelle autre fibre, confie Mareva. L’important étant de la protéger, en rangeant sa parure dans une boîte par exemple. » Toutefois, les artisans sont prévoyants : « lorsque nous ajoutons la vanille aux bijoux, nous utilisons des tresses qui permettent de la retirer par la suite, sans que l’objet perde de son esthétisme », conclut Diane.

 

Le saviez-vous ?

Utilisée en fond de parfum, la Vanille de Tahiti est présente en parfumerie pour apporter une touche sucrée qui stimule les sens. Elle entre également dans la composition de nombreux produits de cosmétique pour sa composition riche en polyphénols, molécules organiques actives anti-radicalaires et protectrices cellulaires. Enfin, la Vanille de Tahiti possèderait des vertus médicinales pour stimuler le système nerveux, favoriser les efforts musculaires et lutter contre la fatigue physique et intellectuelle, la dépression et les rhumatismes.

 

 

Le palmarès Vanira Art Création

Catégorie Vahine 

1er prix : Diane Faana

2e prix : Vaea Hamblin

3e prix : Carine Mahaa

Catégorie Tane 

1er prix : Mareva Orbeck

2e prix : Firmin Timau

3e prix : Diane Faana

 

 

You may also like...