Cyber-animateur, à l’écoute des matahiapo

Rencontre avec Josley, Losa et Jeffrey, animateurs du Cyber espace de la Maison de la Culture.

Mis en place par le Service du Livre de la Maison de la Culture il y a bientôt six mois, les formations Internet pour les matahiapo affichent complet pour les prochaines semaines. Un succès dû à n’en pas douter à la disponibilité des animateurs du Cyber espace.

[singlepic id=63 w=320 h=240 mode=web20 float=left]Jeffrey, Josley et Losa sont les trois animateurs en charge du Cyber espace de la Maison de la Culture. Les lundis, mardis et jeudis matins, ils guident les matahiapo dans leur apprentissage de l’informatique et de ses nombreux outils. Un métier qui demande de la patience et beaucoup d’écoute.

Que commencez-vous à apprendre aux matahiapo ?
On essaie d’abord de les familiariser avec leur nouvel univers : qu’est-ce qu’un écran, un clavier, à quoi sert une souris… On continue ensuite sur l’aspect plus pratique en les habituant à l’environnement Windows. On commence par des choses très simples : comment créer un dossier, comment changer le « papier peint » du « bureau », comment utiliser un document texte sur Word, un tableau Excel, comment envoyer un mail… On démarre avec des choses très basiques et au fur et à mesure on leur montre les différentes fonctionnalités de chaque logiciel.

Il faut progresser étape par étape ?
Effectivement, oui. Ce sont des choses complètement nouvelles pour eux. Tout ce qui est vocabulaire technique informatique, ils n’y sont pas du tout habitués, donc on oublie totalement les termes « barre des tâches », « barre d’outils », car ça ne leur parle pas. À la place, on emploie des mots qui leur permettent de visualiser : on préfère par exemple « bandeau ». On essaie de simplifier au maximum le vocabulaire.

Comment sont organisés vos cours ? Vous avez des supports, des notices explicatives… ?
Au début, on préparait des documentations sur les différents logiciels qu’on allait étudier. On avait aussi commencé par faire des cours avec des rétroprojecteurs, mais on s’est vite rendu compte qu’ils n’arrivaient pas à suivre. On s’est donc mis à faire du cas par cas, en prenant le temps d’expliquer à chacun, individuellement, en fonction de son rythme, et l’on s’est aperçu que c’était beaucoup plus efficace. C’est un peu plus long, mais ça fonctionne mieux.

De cette manière ils progressent plus facilement ?
Il faut souvent répéter plusieurs fois la même chose et d’un cours sur l’autre, ça nous arrive de reprendre des points qu’ils n’ont pas bien compris, mais au fur et à mesure, ils avancent, chacun à son rythme.

Et vous, vous arrivez à vous adapter ?
Au début, c’était difficile, mais au fil des cours, on y est arrivé. On comprend facilement que des notions qui nous paraissent évidentes à nous sont complètement abstraites pour eux. Donc on s’arme de patience et l’on n’hésite pas à trouver des manières différentes de dire les choses quand on voit qu’ils n’ont pas bien compris ce qu’on leur explique. La difficulté c’est quand certains ne comprennent pas bien le français. Comme aucun de nous ne maîtrise le tahitien, encore moins les termes techniques, on fait appel à un de nos collègues qui vient nous aider à traduire. Du coup les matahiapo sont plus à l’aise et comprennent plus rapidement.

Vous avez des élèves assidus qui viennent d’un cours sur l’autre, ou même s’entraîner en dehors des cours ?
Oui, ça arrive souvent. La plupart d’entre eux n’ont pas de poste à la maison donc le seul moyen qu’ils ont de s’exercer c’est de venir ici. Il y en a aussi qui s’achètent un portable et viennent avec au Cyber espace pour pouvoir se familiariser avec leur propre ordinateur. Comme ça les choses qu’on leur explique deviennent plus concrètes.

Qu’est-ce qu’il faut pour être un bon cyber-animateur ?
De la patience, du courage et de la motivation. On n’est que trois pour s’occuper des dix élèves par cours. La plupart sont retraités, ils ont tous entre 50 et 70 ans et certaines personnes ont besoin d’énormément d’attention. Donc c’est assez fatigant pour nous, mais on essaie d’être le plus compréhensif et le plus attentif possible. On a intégré qu’ils n’avaient pas la même façon de voir les choses que nous, et ça se passe vraiment bien. Maintenant on est attaché à eux et réciproquement, ils sont attachés à nous. À mesure que les semaines avancent, ça devient plus convivial.

ENCADRE
Le métier de cyber-animateur

Aussi appelé animateur multimédia, le cyber-animateur est chargé dans un cyber café ou un espace public d’accès à Internet, d’accueillir et d’aider les clients. Il doit faire comprendre aux novices, le plus clairement possible, le fonctionnement et les ressources d’Internet, les assister et répondre efficacement à leurs nombreuses questions, avec patience et pédagogie. Son métier consiste à présenter les nouvelles technologies et à en favoriser l’accès. Il doit pour se faire pratiquer et maîtriser l’outil technique. Le cyber-animateur doit prendre le temps de réfléchir aux différents usagers de la machine et à des progressions pédagogiques adaptées aux différents publics.
Il n’existe pas de formation spécifique au métier de cyber-animateur, la fonction étant souvent assurée par des étudiants ou des autodidactes motivés par le Net. Josley, par exemple, a appris sur le tas. Il a commencé son travail en 2002 avec un contrat aidé du SEFI et de fil en aiguille a obtenu un CDI à la Maison de la Culture. Certaines formations aux techniques d’animation et aux maîtrises des outils informatiques peuvent cependant compléter une bonne motivation.

Compétences requises : Disponibilité, écoute, patience, dynamisme ; sens de la communication, aisance verbale et relationnelle ; adaptation ; sens du service.
ENCADRE
Le cyber-espace de la Maison de la Culture
Il ouvre ses portes du lundi au jeudi de 08h00 à 17h00 et le vendredi de 08h00 à 16h00
Les cours matahiapo sont dispensés les lundis, mardis et jeudis, de 09h à 10h30. Pendant ces horaires, le lieu est fermé au public.
Le cours est à 990 Fcfp.
Les inscriptions au cours matahiapo se font auprès de Doris du Service du livre au 544 544 poste 106.
Numéro du Cyber : 544 535

De 7 à 77 ans
Fort du succès des cours auprès des plus âgés, le Cyber espace lance des ateliers, à destination des enfants de 7 à 12 ans, pendant les vacances scolaires.
Pour tout renseignement et inscription, contactez le 544 544 poste 106.

You may also like...