N°117 – Pūtahi : les artistes du Pacifique se réunissent

Centre des Métiers d’Art (CMA) – Pu ha’api’ira’a toro’a rima’i

 

Rencontre avec Viri Taimana, directeur du Centre des Métiers d’Art, Stormy Kara et Shane Tuaeu Andrew, artistes de Rarotonga, et Tēvita Ma’ameivai Lātū, artiste de Tonga

 

DOSSIER - Putahi © CMA20110113_0005Du 16 au 30 juin, une cinquantaine d’artistes du Pacifique se réunissent pour dévoiler et partager leur art, leurs œuvres et leurs visions. La 5ème édition du Pūtahi, qui se déroulera au Musée de Tahiti et des îles et au Centre des Métiers d’Art, promet de belles découvertes. Texte : SF

 

Le Pūtahi est un rassemblement de plasticiens océaniens. Créé en 2010, il a la vocation de réunir durant deux semaines des artistes contemporains du Pacifique autour de thématiques touchant aux patrimoines océaniens et à la création insulaire contemporaine. « Le but est de partager nos savoirs et nos savoir-faire, mais aussi d’affirmer nos cultures contemporaines océaniennes », explique Viri Taimana, directeur du Centre des Métiers d’Art (CMA). Après la Nouvelle-Zélande en 2016, cette année, l’équipe du Centre aura la charge d’accueillir les délégations d’artistes durant quinze jours. Au programme : des conférences, des travaux, des expositions. Et, surtout, des échanges. Les délégations des huit pays présents, cette année, se déplacent en effet avec des artistes confirmés et en devenir. Les plus expérimentés vont partager leurs expériences avec les plus jeunes. Et, chaque soir, dans l’une des salles du Centre, les artistes des huit délégations présenteront leurs travaux sous formes de conférences ouvertes au public avec des traductions simultanées. « Je souhaite que nous abordions aussi pendant ce rassemblement la création d’un réseau de circulation des artistes océaniens Nord-Sud-Nord, dans des espaces dédiés à la création contemporaine océanienne. Le CMA se positionnera d’ailleurs comme une étape dans ce réseau », souligne Viri Taimana, ravi de constater qu’à chaque nouvelle édition, de nouveaux pays, de nouveaux visages, de nouvelles visions émergent.

 

Un réseau artistique des pays du Pacifique

 

Si Hawaii et la Nouvelle-Zélande sont présents depuis le début, d’autres pays se sont joints au rassemblement lors des éditions suivantes. En 2012, les Fidji et la Papouasie Nouvelle-Guinée rejoignent la manifestation. En 2016, ce sont Tonga et la Nouvelle-Calédonie. Cette année, les îles Cook sont les nouveaux du Pūtahi. « Je crois que c’est vital pour nos artistes locaux de participer à un événement comme celui-ci, il permet de construire un réseau et de tisser des liens entre notre peuple et les îles du Pacifique», confie Stormy Kara, artiste-tatoueuse originaire de Rarotonga, venue en éclaireur au Pūtahi de 2016 qui s’était déroulé en Nouvelle-Zélande. L’un des pays fondateurs de l’évènement, avec Tahiti. A son origine, des artistes : Viri Taimana, Tokainiua Devatine, tous les deux également enseignants au Centre des Métiers d’Art, et Donn Ratana, artiste-plasticien et professeur à l’université de Waikato en Nouvelle-Zélande. « A l’époque, Donn est venu nous voir car il se demandait pourquoi les Tahitiens n’exposaient pas dans d’autres pays, comme le font les artistes de la Nouvelle-Zélande et de Hawaï », explique Viri Taimana avant d’ajouter : « on était en train de préparer nos artistes. Alors, on s’est dit qu’ensemble on pouvait créer un événement pour faire circuler nos artistes en Océanie et dans le reste du monde ». Après cinq éditions, et désormais huit pays participants, le pari est réussi !

 

S’ouvrir à l’art contemporain

 

Le marché de l’art en Océanie existe avec l’art premier et grâce à des expositions de galeries d’art comme le Parcours du monde à Paris, où se réunissent, chaque année, des collectionneurs. Il y a aussi un marché en Nouvelle-Zélande, en Australie et à Hawaii, mais certains pays du Pacifique sont encore un peu trop timides. C’est le cas des îles Cook, de Tonga ou encore de Tahiti. « On doit être dedans, on doit absolument s’ouvrir à une expression contemporaine et être acteur, avec une biennale de Tahiti par exemple », assure Viri Taimana, prenant exemple sur Hawaii, qui a organisé sa première biennale en mars de cette année, ou encore l’Australie avec leur évènement Art Fair. « Avec de la bonne volonté, nous pouvons décider d’inscrire dans l’histoire de notre région un réseau Nord-Sud-Nord, de Hawaii à l’Australie en passant par la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie et la Papouasie Nouvelle-Guinée ». Pour cela, il faut se réunir et être convaincu de la nécessité d’œuvrer pour nos cultures et nos futurs plasticiens car il faut, aussi, préparer la relève. C’est d’ailleurs le but de ce cinquième Pūtahi. Durant quinze jours, les étudiants du Centre comme ceux des différentes délégations vont devoir absorber toutes les connaissances apportées par les artistes confirmés. « Chaque étudiant va choisir son médium et l’artiste avec lequel il souhaite travailler. Cela va lui permettre d’apprendre et de s’impliquer dans un acte de création. Il faut arriver à partir d’une idée abstraite pour réaliser quelque chose de concret et de sensible ». La transmission est au cœur du processus. « A la fin de chaque Pūtahi, chacun repart avec une envie furieuse de développer de nouveaux projets », conclut Viri Taimana.

 

Partager et montrer

 

Du lundi 19 juin au vendredi 23 juin à partir de 16h, chaque artiste présentera un diaporama de ses travaux. L’idée : parler de son parcours artistique et comment chacun définit son rapport au monde. Est-ce que l’art ancien se traduit de manière perceptible dans leur production actuelle ? Est-ce que la référence aux mythes et légendes se retrouve dans une expression contemporaine ? Est-ce un travail engagé afin de solutionner les maux de la société ? « Pour lire la création insulaire, il faut les clés. Le Pūtahi est l’occasion d’avoir ces clés pour comprendre les productions de chaque artiste. Chaque artiste s’interroge et se construit différemment, il est intéressant dans cet ensemble de voir comment chacun dessine la ou les voies du développement culturel de son pays », explique Viri Taimana qui a d’ailleurs choisi comme thème cette année : « La définition de la création insulaire ». Une vaste question qui sera au cœur des discussions lors de ce Pūtahi. Elle fera l’objet d’une table ronde le 24 juin à partir de 16h au Musée de Tahiti et des îles. Ouverte au public, cette table ronde introduira l’exposition qui aura lieu le même jour à 18h30. L’exposition sera visible du 24 juin au 30 août. « Les artistes confirmés de toutes les délégations et les nôtres vont exposer leurs travaux. Nous seront une cinquantaine », précise Viri Taimana. Installation, photographie, sculpture, peinture… L’exposition au Musée comme celle du Centre dévoileront des visions, des savoirs et savoir-faire, et des histoires. Un moment essentiel de partage et de découverte. Tant il est rare que les plasticiens du Pacifique se rassemblent.

 

 

Tēvita Ma’ameivai Lātū : « Grâce au Pūtahi, je me suis libéré »

 

Fils d’un paysan et lui-même paysan, Tēvita Ma’ameivai Lātū s’est mis à la peinture à la mort de son père. L’artiste tongien voulait raconter ses émotions et son histoire. Aujourd’hui, il est un artiste incontournable des Tonga et produit énormément. Grâce au Pūtahi, lui et certains autres artistes ont pu entrer dans des galeries en Nouvelle-Zélande.

 

Pourquoi est-ce important en tant qu’artiste de participer au Pūtahi ?

 

C’est une manière de connaître les artistes intimement, de les voir travailler dans leur environnement, et de voir le travail évoluer. Cela donne à voir l’âme des l’artistes à travers le processus de création car, en général, on voit une œuvre finie accrochée dans une galerie, qui est alors un objet étranger. Je pense que le privilège qu’offre le Pūtahi, c’est la connexion personnelle entre les artistes et les histoires qu’on peut raconter dans nos œuvres respectives, de partager ce qui se fait et les réflexions en cours dans l’art contemporain. Le Pūtahi a su sélectionner des artistes à travers le Pacifique pour créer une impression de famille proche avec qui on partage le même état d’esprit en terme de lecture et vision du monde.

 

Est-ce nécessaire de voir ce qui se fait ailleurs ? 

 

Oui ! Il est absolument nécessaire de savoir ce qui se passe chez les voisins du Pacifique, ne serait-ce que pour voir leurs styles artistiques, leur manière de transmettre leurs messages. Ça peut influencer et renforcer votre propre travail, et ça marche dans les deux sens, c’est du partage. L’art est un langage commun à travers le Pacifique, c’est un véhicule que l’on utilise. La seule différence ce sont les histoires que l’on raconte. Je pense qu’on serait une société très lente si on restait dans notre coin, si on ne partageait rien, si on ne s’inter-influençait pas. De par sa philosophie, le Pūtahi permet de raviver, de renforcer, de célébrer la dynamique créative du Pacifique dans des domaines pas toujours très développés localement.

 

Peux tu nous parler du travail que tu vas présenter au Pūtahi ?

 

La série sur laquelle je travaille porte sur la chrétienté : son arrivée à Tonga, comment cela a changé et réformé le système, la société et notre culture. Depuis l’édition à Waikato, en Nouvelle-Zélande, il y a plus d’un an, j’ai connu un grand virage dans mon travail. Avant, je m’étais doucement mais sûrement résigné à être plus subtil dans mon travail. Mais, au Pūtahi, entouré d’artistes, je me suis senti libéré. Alors j’ai peint comme je le désirais, et ça a été un pas immense pour moi de revisiter un coin de mon esprit que j’avais petit à petit abandonné suite à mon retour à Tonga après l’école des Beaux-Arts de Sydney, en Australie, parce que ce type d’art ne se vendait pas ici. J’y suis revenu grâce à l’expérience de Waikato, en quelque sorte, l’artiste en moi est né de nouveau. Finalement, le Pūtahi est comme une école : des fois on est tout petit, et on apprend plein de choses ! Le travail que je vais présenter à Tahiti est encore plus expérimental. Je me laisse libre cours, toutes les peurs et les doutes sont sortis par la fenêtre. Je me suis dit « je vais me peindre, je vais me voir. Ces œuvres vont être un miroir et je vais y voir la réflexion de mon âme ». Ce que j’amène à Tahiti, c’est sans doute le corps d’œuvre le plus honnête de ces dernières années.

 

Rencontre avec les artistes de Rarontonga

 

Stormy Kara est une artiste spécialisée dans le tatouage. L’année dernière, elle a participé à son premier Pūtahi. Malgré la barrière linguistique, elle s’y est fait des amis avec qui elle a partagé sa passion et son art. « Le Pūtahi permet de mieux connaître et de renforcer les pratiques de nos cultures polynésiennes. C’est une manière d’assurer la survie de notre histoire grâce à notre travail créatif, mais aussi à inspirer notre peuple ». Stormy Kara, dont les grands-parents sont originaires de Rarotonga et de Nouvelle-Zélande, vient pour partager ses histoires en espérant qu’elles inspireront d’autres artistes. Cette année, elle va présenter un éventail de ses œuvres artistiques : sculptures recyclées et sur bois, des estampes et des tatouages. Toutes ont un message bien précis. « Mon travail progresse constamment vers ma passion personnelle, qui est une exploration de la douleur : comment nous nous sommes affligés traditionnellement et comment la société moderne nous a façonnés pour voir ce précieux processus ».

 

Faire rencontrer tradition et moderne

 

Stormy Kara est une fervente critique de cet art folklorique et « souvenir » qui s’est développé dans son pays car il fait vendre, tout comme les autres îles du Pacifique à l’instar de Tahiti, des Tonga ou d’Hawaî. « Aujourd’hui, nos artistes font des pièces faciles et médiocres alors que nous avons beaucoup évolué en terme de matériel. Le défi aujourd’hui de nos jeunes est de s’impliquer dans la scène artistique. Il faut pour cela créer des opportunités pour exposer et stimuler leur créativité ». Pour Shane Tuaeu Andrew, artiste contemporaine qui travaille différents média dont la peinture et la photographie dites abstraites, les jeunes des îles Cook ont du talent et de la passion. « Mais pour que leurs œuvres et leur créativité soient favorisées, ils ont besoin de leurs familles et de la connaissance de nos cultures polynésiennes », souligne cet artiste dont le travail reflète les problèmes sociaux et le contexte historique de son île natale. Shane Tuaeu Andrew, qui participe à son premier Pūtahi, souhaite d’ailleurs faire passer ce message si important : celui de relier les traditions à la pensée moderne, et ainsi permettre un puissant mélange.

 

PRATIQUE

 

Expositions 

Du 24 juin au 30 août au Musée de Tahiti et des îles. Tarif de la salle des expositions temporaires : 500 Fcfp pour les adultes et gratuit pour les enfants et les scolaires.

Du 30 juin au 7 juillet et du 21 août au 29 septembre au Centre des Métiers d’Art (entrée libre)

 

Conférences 

 

  • « La définition de la création insulaire» : 24 juin au Musée de Tahiti et des îles – 16h à 17h30
  • 19 au 23 juin : présentation des travaux des artistes des huit délégations au CMA à partir de 16h

 

+ d’infos : 40 43 70 51 ou [email protected] et Facebook : Centre des Métiers d’Art de la Polynésie française

You may also like...