Hiro’a n°171 – Trésor de Polynésie : Le truck, en route vers le passé

171

Trésors de Polynésie – Service du patrimoine archivistique et audiovisuel (SPAA) – Te Piha fa ufa ΄a tupuna

Le truck, en route vers le passé

Rencontre avec Jayson Tuihaa, chef de bureau du DPAMI au Service du patrimoine archivistique et audiovisuel. Source : J. Champaud, Les trucks de Tahiti, Orstom,1981 – Photos : fonds d’archives conservé au SPAA

171 p20-21 trésor de Polynésie les trucks

Avez-vous déjà pris le truck ? Les Tahitiens le nomment te pere’o’o mata΄eina’a que l’on peut traduire par « la voiture du district ». Un véhicule imaginé d’abord pour relier la campagne à la ville, qui a rendu bien des services aux populations. Depuis la fin des années 2010, il se fait rare, c’est même un spécimen en voie de disparition, remplacé par des bus ; il reste néanmoins dans le cœur des Polynésiens, leur moyen de transport en commun préféré.

Décoré de grandes feuilles de ΄autī, ce matin, un truck est prêt à prendre la route dans une ambiance festive et chaleureuse. Comme chaque début d’année, le tere fa΄a΄ati, le tour de l’île en truck, nous plonge dans un Tahiti qui ne vit plus que dans nos mémoires. Celui des camions au look rétro et aux couleurs vives, surchargés par les produits agricoles qu’il fallait aller vendre à Papeetē, celui des discussions animées des passagers et des bringues improvisées.

Moyen de transport emblématique de la Polynésie française, le truck a pratiquement disparu de nos routes, sacrifié sur l’autel de la sécurité. Pourtant, telle la madeleine de Proust, ce véhicule unique en son genre reste un des moyens de transport préférés des populations de nos îles.

Mais qu’est-ce qu’un truck ? En 1981, dans les cahiers de l’Orstom (Office de la recherche scientifique et technique d’outre-mer), on en donne une définition : c’est un camion à châssis nu sur lequel a été monté une longue caisse en bois pour le transport des personnes. Ces véhicules ont peu de choses en commun avec les bus dont ils jouent le rôle. On retrouve tout de même des véhicules identiques dans les Caraïbes (par exemple les « tap-tap » de Haïti), en Afrique noire anglophone (les « mamy-wagons ») et dans quelques pays d’Asie et d’Océanie. Moins coûteux qu’un bus, les trucks sont simples à aménager et à entretenir : une caisse en bois, des bancs, des fenêtres en plexiglass à faire coulisser les jours de pluie, une porte toujours ouverte puisqu’inexistante, à l’arrière et/ou sur le côté afin de monter et descendre, même quand le chauffeur ne s’arrête pas véritablement.

Des trucks colorés et chargés

L’origine de ce moyen de transport est presque aussi ancienne que l’automobile à Tahiti. C’est peu après la fin de la Première Guerre mondiale que les frères Jamet, propriétaires-exploitants à Taravao, organisent avec un camion Dodge le premier service automobile entre la presqu’île et Papeetē par la côte ouest. L’auteur du Mémorial polynésien* y voit une date importante dans l’histoire du territoire : «  Avec ce premier truck, Tahiti sans s’en douter est en train de changer de physionomie : les trucks colorés, chargés de Tahitiens rieurs, chantant tout au long de la traversée des districts, au milieu desvolailles, des poissons, des légumes et des fruits qu’ils vont vendre ou qu’ils ont achetés au marché de Papeete, les trucks flambants neufs ou grinçant de vieillesse, conduits par des chauffeurs qui, pour quelques francs vous emmènent au bout de l’île, les trucks vont devenir rapidement un élément quotidien capital de la vie et du paysage tahitiens. »

Ce qui a tant fait le succès du truck, c’est sa proximité avec la population. Il passe partout, même au fond des vallées, et s’arrête partout à la demande. Il suffit d’attendre devant chez soi et de lever le bras à son passage pour monter. Certains avaient même pour habitude de laisser de grandes feuilles devant la maison, le signal que son occupant attendait un truck. Pour descendre, un ingénieux système de sonnette vous reliait à la cabine du chauffeur. Quinze, vingt-deux, quarante-sept places… la capacité d’accueil variait d’un truck à l’autre. Ceux qui effectuaient les plus longs trajets entre la  Presqu’île et la zone urbaine étaient les plus grands. De chaque côté, une longue banquette rembourrée, et parfois au milieu un simple banc en bois. C’est un lieu de rencontres où chacun se fait face, permettant à tous d’engager une conversation, si la sono n’est pas trop forte, ou de se faire passer un paquet de cigarettes. Le vis-à-vis ne gêne personne, au contraire, le large espace entre les bancs permet d’y déposer les paquets volumineux, car dans le truck tu peux tout transporter.

Tous à bord pour le Tiurai

Pendant les fêtes du Tiurai, il transporte même les pirogues des communes de la presqu’île pour les compétitions à Papeetē. Jusque sur le toit, on entasse objets en tous genres, fruits, légumes, tubercules, animaux et humains. Il faut dire qu’avant les années 1970, rares sont les Polynésiens à posséder un véhicule. Le truck est le seul moyen de relier les districts à la zone urbaine. En 1976, on en comptabilise 300 en circulation. En 1980, 262 sont dédiés aux lignes régulières et 143 (parfois les mêmes) assurent des transports spécifiques et occasionnels comme les circuits touristiques, le transport scolaire, celui des associations, des communes, des paroisses…

Les itinéraires des trucks sont déterminés par un document intitulé « Plan des transports routiers des voyageurs ». Il s’agit d’un texte officiel établi pour la première fois en 1977 et publié au Journal officiel. Il dresse la liste des itinéraires desservis, le nom de l’entreprise chargée du service, le numéro de la ligne, la fréquence journalière, la capacité des véhicules et leur nombre.

Aujourd’hui, le truck a laissé la place au bus. Les chauffeurs, hommes et femmes, qui étaient généralement propriétaires de leur truck, sont devenus des salariés des entreprises de transport en commun. Les arrêts à la demande, souvent devant la maison, ont été remplacés par des arrêts de bus et des horaires de passage. Seul dans les îles éloignées de Tahiti, le truck perdure, transportant généralement les enfants de chez eux à l’école.

*Le Mémorial polynésien T. 5 (1914-1939) p. 395

Légendes

Personnages devant un truck © René Petit /archives PF

La gare routière à Papeetē.

You may also like...