Hiro’a n°143 – Le saviez vous : Du rififi sur la ligne

Service du patrimoine archivistique et audiovisuel (SPAA) – Te piha faufa ’a tupuna

Rencontre avec Sébastien Damé, responsable du département du patrimoine audiovisuel multimédia Internet au sein du Service du patrimoine archivistique et audiovisuel. Texte : ASF à partir d’une note de Michel Bailleul – Photos : droits réservés SPAA – Archives PF

 

Du rififi sur la ligne

 

Pas simple de se faire payer une facture quand le client juge le service insuffisant ! La compagnie Électricité & Téléphone de Tahiti en charge du réseau téléphonique à la fin des années 1920 se lance dans un bras de fer avec la colonie pour obtenir gain de cause.

Trente-et-un décembre 1928. Émile Martin, directeur de la compagnie Électricité & Téléphone de Tahiti adresse une facture au service des Postes et Télégraphes d’un montant de 3 000 Fcfp. Celle-ci correspond aux primes mensuelles du dernier trimestre de l’année pour l’utilisation de la ligne téléphonique.

Douze janvier 1929. Le chef du service des Postes et Télégraphes informe le gouverneur qu’il réserve sa signature pour le paiement de cette facture et remet en cause le bon fonctionnement du réseau téléphonique au cours du trimestre. Il s’appuie pour cela sur les rapports de deux conducteurs du service des Travaux publics sur les dysfonctionnements sur les lignes téléphoniques. C’est d’abord le rapport émanant du conducteur Alfonsi, de la subdivision de Taravao, qui précise que si les communications sont «  assez bonnes » dans un sens, elles ne sont pas toujours possibles dans l’autre. L’auteur du rapport estime qu’il faudrait réviser entièrement l’installation des réseaux, et remplacer les appareils défectueux. Le second rapport émane du conducteur Cazabon, de la Subdivision de Papeete-Districts pour les lignes téléphoniques. Il est beaucoup plus critique que le premier assurant même que sur certains tronçons la ligne n’a jamais existé tandis que sur d’autres il faut hurler dans les appareils pour s’entendre. Il dénonce des installations vétustes. Six mars 1929. Émile Martin s’adresse au gouverneur pour le « prier de vouloir bien faire mandater [sa] facture de frs.  3 000. […] . » Il défend le service fourni affirmant qu’une seule interruption a été signalée en novembre, à laquelle il a remédié et rappelle que le contrat passé avec la colonie stipule que le bon fonctionnement sera admis s’il n’est pas constaté plus de deux interruptions d’un maximum de quatre jours sur un point quelconque de l’ensemble du réseau.

Il réclame donc son dû, « attendu que l’exploitation téléphonique est très onéreuse et sans profit pour l’entrepreneur. » S’ensuivent plusieurs échanges de courriers entre le gouverneur et Émile Martin, qui ne nie pas la vétusté de l’installation, mais affirme que cela n’entraîne pas forcément un mauvais fonctionnement. Ce dernier justifie également l’absence d’investissement dans un nouveau réseau en raison d’une incertitude vis-à-vis du renouvellement du contrat pour les dix ans à venir.

Quinze avril 1929. Le gouverneur rédige : «  Au terme de l’article 4 (dudit) marché, la prime est payable trimestriellement après constatation du bon fonctionnement du téléphone pendant chaque trimestre. » Les deux rapports sont formels : le téléphone a mal fonctionné. « L’Administration ne s’est donc pas cru autorisée à vous mandater pour cette période la prime en question et je regrette de ne pouvoir modifier ma décision. » On ne sait pas si les 3 000 francs ont été payés. Ce qui est sûr, c’est qu’Émile Martin a cédé son activité téléphonique le 4 décembre 1930 à la Colonie des Établissements Français d’Océanie. ◆

 

Pratique

  • Service du Patrimoine Archivistique Audiovisuel (SPAA)
  • Dépôt des archives quartier Alexandre – Tipaerui . Papeete
  • Tél : 40 419 601
  • [email protected]

 

Émile Martin

Né à Papeete, Émile Martin (1879-1959) est un industriel et commerçant. C’est lui qui a construit en 1912 le premier cinéma de Tahiti avant de racheter en 1917 avec deux associés, une petite usine électrique à laquelle était jointe une entreprise d’installations téléphoniques. Il devient en 1921 le seul propriétaire de l’affaire. À cette époque, deux meubles standards permettent de desservir un réseau comprenant deux cent dix postes, dont vingt-huit dans les districts

You may also like...