N°129 – Les pierres requins dites Ofa’i ma’o

 

Service de la culture et du patrimoine (SCP) – Pu no te ta’ere e no te faufa’a tumu

Par Edmée Hopuu, agent du bureau des Traditions orales au Service de la culture et du patrimoine.

 

Afin de mieux faire connaître le site culturel de Taputapuātea, le Service de la culture présente de nouveaux éléments historiques avec des pierres lithiques et légendaires qui restent ancrées dans ses espaces marin et terrestre. Après la pierre baleine/cachalot, puis la pierre cochon, nous nous intéressons aux pierres requins.

 

Le site de Taputapuātea recèle de vestiges ignorés et cachés depuis très longtemps. C’est le cas de la mystérieuse pierre cochon, enfouie sur le bas-côté de la route principale, mais aussi de deux pierres requins, immergées dans les fameuses baies de Faaroa (Ariirua et Rofa’i), de Hotopu’u (Maramanuitera et Teranuimarama) et dans la passe sacrée (Tahui et Tuuma’o). Le SCP entend valoriser ces pierres dites ofa’i ma’o de Taputapuātea.

Les visiteurs qui découvrent le site par le lagon ont peut-être remarqué une autre présence de cet animal totem qu’est le requin : du côté terre de la baie de Hotopu’u se dresse en effet une falaise sur laquelle est visible la gueule d’un requin dite vaha ma’o. Selon une étude géologique entreprise il y a quelques années, la pierre d’investiture des chefs « Te papa tea o Ruea » du marae Hauviri proviendrait de cette falaise.

Ces pierres semblent représenter des héros, des chefs ou des déités et seraient dotées d’un caractère sacré lié aux rites funéraires et cérémoniels. Elles représentent également un ou des clans guerriers qui ont pour animal totem le requin et que l’on retrouve dans les mémoires de Marau Taaroa relatant l’histoire du clan des Teva (na Teva e va’u), dont le père Varimatauho’e, ari’i de Opoa, serait un demi-dieu, mi-homme mi-requin.

Les légendes relatives à cet illustre animal marin sont nombreuses. Les Polynésiens lui conféraient des pouvoirs surnaturels, de vie et de mort, notamment lors des cérémonies d’investiture des grands chefs ou ari’i, mais aussi lors des rituels de deuil, pendant lesquels les proches du défunt se tailladaient le front ou le cuir chevelu avec une dent de requin pour témoigner de leur peine*.

William Ellis** raconte pour sa part que « pendant la cérémonie de consécration d’un roi ou d’une reine (fa’aarii ra’a) de Raiatea, le roi était porté dans la pirogue royale et se dirigeait avec ses prêtres loin du rivage vers le récif… pour indiquer la domination du roi sur la mer, et recevoir l’hommage des pouvoirs des profondeurs. »

Si les pierres requins de Taputapuātea restent enfouies dans ces profondeurs et ne se dévoilent pas au public, leur emplacement est connu des anciens de Opoa et des agents du SCP, qui travaillent à en révéler le sens et la fonction.

 

* Teuira Henry, Tahiti aux temps anciens, 2004, p.200.

** William Ellis, Polynesian Researches, vol 3, p.108-109

 

 

+ d’infos : www.culture-patrimoine.pf, pages facebook « Taputapuātea » et « Sce Culture Patrimoine ».
Le SCP est joignable au 40 50 71 77, du mardi au vendredi de 7h30 à 15h30 (14h30 le vendredi).

 

129 - Rdv Taputapuatea - Pierres requins - Photo SCP

Légende photo falaise

On peut apercevoir cette falaise de la mer et y distinguer la gueule d’un requin, dite vaha ma’o.

 

You may also like...