Hiro’a n°165 – La Culture bouge : Venez tresser le nī΄au et le nape au Musée

Rencontre avec Hinatea Colombani, du centre culturel ΄Arioi et Rehia Itchner, de Ha Une Te Natura. Texte : Lucie Rabréaud – Photos : Ha Une Te Natura

Deux ateliers sont programmés pour compléter la nouvelle exposition présentée au Musée de Tahiti et des îles, « Tahiti ti’a mai : du Tiurai au Heiva ». Un atelier tressage de nī΄au animé par Rehia Itchner et un autre sur le tressage et l’outillage autour du nape avec le centre culturel ΄Arioi.

Le centre culturel ΄Arioi propose des ateliers au Musée de Tahiti et des îles – Te Fare Manaha depuis plus de quatre ans. Chaque nouvelle exposition est l’occasion de présenter une animation spécifique où les participants mettent réellement la main à la pâte. Rien de mieux pour l’apprentissage et la compréhension ! Pour son atelier « tressage lié à l’outillage » avec le nape (la fibre de coco), les participants devront tout faire, de A à Z ! « Ils vont apprendre à fabriquer du nape en débourrant eux-mêmes les cocos. Une fois la coco débourrée, il faut préparer la fibre en la faisant tremper trois semaines dans l’eau de mer. Pour cette partie, nous avons anticipé et la fibre sera déjà prête pour être tressée », explique Hinatea Colombani, fondatrice et gérante du centre culturel ΄Arioi. L’idée est de fabriquer un assemblage en apprenant le tressage de la fibre de coco et en utilisant des perçoirs anciens pour percer des morceaux de bois qui pourront faire office de pendentifs par exemple. Ces « perceuses traditionnelles » sont en bambou, en bois, en coquillage… Pour Hinatea, le plaisir est de retrouver ces gestes anciens, les faire vivre et inscrire les participants dans cette expérience. Le centre culturel ΄Arioi ne laisse rien au hasard et s’appuie sur les chercheurs du Musée et les livres anciens pour retrouver les matériaux exacts ainsi que les gestes. « Pour cette fibre, seules quelques variétés de coco étaient utilisées et celles-ci se font de plus en plus rares à Tahiti. On en trouve encore dans les îles et nous allons justement en replanter à Tahiti, au centre culturel. Nous avons réussi à en trouver pour l’atelier et à en faire venir. Cette façon de faire est vraiment dans notre ADN. Cela permet également de confronter la théorie des livres d’histoire à la pratique. »

Rehia Itchner était co-gérante et actionnaire d’une société d’importation de fournitures pour hôtels avant de changer complètement de vie pour créer son activité culturelle. Le besoin d’une panière à linge tressée l’a lancée dans l’apprentissage du tressage et aujourd’hui, elle propose des pièces classiques comme des paniers et des chapeaux mais aussi des objets pratiques et décoratifs, paniers suspendus, abat-jours, lampes suspendues, décorations murales… « Je propose du tressage moderne pour des objets du quotidien. »  Elle organise aussi régulièrement des ateliers et est disponible à la demande pour animer des séances privées. C’est la première fois qu’elle anime des ateliers au Musée de Tahiti et des îles et elle se réjouit de cette reconnaissance de son travail. Elle propose aux participants de créer des paniers suspendus : « On utilise une seule palme (nī’au) et pour ceux qui seront rapides, il sera possible d’en faire plusieurs. Ces paniers suspendus peuvent s’installer partout dans la maison : dans la salle de bains, à l’entrée, dans une cuisine ou une chambre… On peut y mettre des sous-vêtements, des jouets, des clefs, des oignons ! Je propose une réappropriation du tressage pour nos besoins modernes. C’est très facile à faire.. L’atelier est accessible à tous, même à ceux qui n’ont jamais tressé. Pas besoin d’outils, il suffit d’apporter un pāreu pour s’installer et Rehia fournit le nécessaire. « Le tressage est un lien, tout le monde sort grandi des ateliers ; on est là pour créer quelque chose de ses mains et c’est un moment ressourçant. »

Pratique

• Les ateliers autour de la thématique de l’outillage et du tressage de nape du centre culturel ΄Arioi de Hinatea Colombani sont ouverts aux adultes et aux enfants. Les ateliers sont programmés les 17 et 24 juillet. Quinze personnes maximum.

• Les ateliers d’initiation au tressage de nī’au avec Rehia Itchner sont ouverts aux adultes et aux enfants à partir de huit ans. Ils seront consacrés à l’art du tressage de paniers suspendus. Les ateliers sont prévus les 10 et 31 juillet et le 21 août. Huit personnes maximum. Apportez un pāreu.

• Tarif des ateliers : 2 500 Fcfp par personne

• Réservation et renseignements www.billetterie.museetahiti.pf

You may also like...