Hiro’a n°165 – Dossier : L’esprit du Heiva règne sur le festival Tahiti ti´a mai

Artistes, chanteurs, danseurs, artisans, sportifs et bien sûr le public, tous sont bien décidés à fêter et à faire vibrer la culture polynésienne en ce mois de tiurai. Malgré l’annulation du Heiva sous son format classique, le Festival Tahiti ti΄a mai fait honneur au plus ancien des festivals océaniens, qui souffle cette année ses cent-quarante bougies.

——

légendes

(18-19) Te Pare O Tahiti Aea – Heiva i Tahiti 2019.

——

« Ce n’est pas une année comme les autres, mais on tenait à proposer une série d’événements pour les cent-quarante ans du Heiva », lance d’emblée le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, à propos du Festival Tahiti ti΄a mai qui doit permettre à la Polynésie de renouer avec l’esprit du Heiva, après une année blanche en 2020. D’une façon un peu différente certes, car le mythique festival avec son habituel concours a dû être annulé cette année en raison de la situation sanitaire. « On ne pouvait pas demander aux groupes de se préparer pour un concours, dans la mesure où les conditions ne le permettaient pas. Il faut six mois au minimum aux groupes pour se préparer à un Heiva », précise le ministre de la Culture, qui a ainsi préféré, en accord avec les groupes, privilégier l’esprit festif à la rigidité d’une compétition et de ses règles.

Un message de résilience

Pour cette édition au format inhabituel, les organisateurs ont choisi de baptiser le festival en l’honneur du ΄aparima « Tahiti Ti΄a Mai », écrit par Coco Hotahota en 1983, à la suite du cyclone Veena. Ce titre, fort de sens, signifie «  Tahiti, relève-toi, Tahiti, tiens-toi debout ». « C’est un message de résilience », insiste Heremoana Maamaatuaiahutapu. Un message plus que d’actualité qui s’adresse à toute la Polynésie française.

Un message entendu, en tous les cas, haut et fort par tous. À commencer par le tahu΄a Raymond Teriirooieterai Graffe et son umu tī — la marche sur le feu — qui devait ouvrir les festivités dès la fin du mois de juin, suivi ensuite par les courses de va΄a.

Artisans, musiciens, sportifs, lanceurs de javelot, porteurs de fruits… ont également répondu présent pour fêter dignement cet anniversaire. Tous, en fonction de leur discipline, ont souhaité mettre leur talent au service de la fête pour que cette édition 2021 célèbre avec bonheur les cent-quarante ans de Heiva i Tahiti.

Deux expositions, qui permettent aux visiteurs de s’imprégner de l’esprit du Heiva, complètent les célébrations de cet anniversaire. La première, « Tahiti ti’a mai : du Tiurai au Heiva », organisée par le Musée de Tahiti et des îles – Te Fare Manaha, retrace ces festivités, qui apparurent officiellement le 14 juillet 1881. À travers une centaine de pièces, photos, tableaux, chapeaux, affiches, costumes et instruments issus de ses riches collections, le musée propose une plongée dans l’histoire du Heiva, appelé jusqu’en 1985 « Tiurai ». La seconde exposition, « ΄A Ta΄upiti Ana΄e », est un retour en images sur ces festivités (une centaine de clichés et 48 kakemonos) qui promettent « de surprendre le visiteur par ses trésors endormis », note dans un sourire Marie-Hélène Villierme, en charge de l’exposition. Les visuels pourront être admirés sur l’esplanade Tahua Tū-marama, sur le Front de mer.

Six soirées inoubliables à To΄atā

Et bien sûr, pas de fête digne de ce nom sans les inoubliables prestations des groupes de ori΄ tahiti et de hīmene ! Jusqu’au 10 juillet, ce sont 23 groupes, 14 formations en catégorie danse et 9 groupes de chant qui enflammeront la scène de To΄atā pour six soirées merveilleuses. Seul bémol, les mesures sanitaires et les jauges imposées ne permettront pas d’accueillir un public aussi nombreux que lors des .éditions précédentes. Malgré ces restrictions, la boutique du festival sera ouverte tous les soirs et proposera tricots et pāreu à l’effigie de cet événement. Outre des diffusions des soirées programmées sur les télévisions locales et sur internet pour les amoureux de culture résidant à l’étranger, Tahiti ti’a mai se déploiera également dans différentes communes de l’île, mais aussi sur des sites emblématiques comme le marae ‘Arahurahu à Paea, ou encore dans les jardins du Musée de Tahiti et ses îles à Punaauia le 7 août, afin de permettre au plus grand nombre de Polynésiens de participer à ces festivités.

« Puisque tous les spectateurs ne peuvent pas rentrer à To΄atā, on va amener To΄atā dans les communes ! » assure le ministre.

PRATIQUE

À To΄atā

• Cérémonie d’ouverture : le 29 juin à 18 heures

• Festival Tahiti ti’a mai : du 1er au 3 juillet et du 8 au 10 juillet, à 18 heures

• Tarifs : Tribune centrale : 3 000 Fcfp ; Tribunes latérales : 2 000 Fcfp ; Gratuit pour les enfants de moins de 2 ans sur présentation d’un billet “b.b.” ; PMR seul : 1 000 Fcfp ;

accompagnateur de PMR : 1 000 Fcfp

Le festival dans les communes* :

Fa’a’ā – site Hotuarea

Du 15 au 24 juillet, à 18h30

15 Juillet

• Chant : O F’a’ā

• Danse : Tamariki Poerani

16 juillet

• Danse : Nonahere

• Chant : Reo Papara

• Danse : Toakura

17 juillet

• Danse : Tere Ori

• Chant : Tamari’i Teahupoo

• Danse : Tahiti Ora

22 juillet

• Chant : Tamari’i Apato’a no Papara

• Danse : Hei Tahiti

23 juillet

• Chant : Tiare Tarona

• Danse : O Tahiti E

24 juillet

• Danse : Manahau

• Chant : Tamari’i Rapa no Tahiti

• Danse : Temaeva

Mahina – Pointe V.nus

Du 15 au 17 juillet

15 juillet

• Danse : Temaeva

• Chant : Tamari’i Tuha’a pae no Mahina

• Danse : Nonahere

16 juillet

• Danse : Hei Tahiti

• Chant : Tamari’i Mahina Raromatai

• Danse : Hitireva

17 juillet

• Danse : Hanatika

• Chant : Tamari’i Outu’ai’ai

• Danse : O Tahiti e

* À l’heure où nous mettions sous presse la programmation était incomplète. Retrouvez le programme à jour sur www.heiva.org

———

Légendes p20-21

Hei Rurutu 2018 – © Fabien Chin

O Tahiti E.

p 22

Tamari’i Mataiea.

Teva i Tai – Chant.

————

Les artisans, au cœur des festivités

Les artisans du fenua sont plus qu’impatients d’exposer leurs créations, de retrouver le contact avec la population et de partager leur savoir-faire, à l’image de leur meilleure ambassadrice, Fauura Bouteau, qui clame : « On va le faire ce Heiva ! ». Les artisans et leurs créations vous attendent au Village du Heiva sur la place To΄atā et à la 32e édition du Heiva Rima΄i au parc expo de Māma΄o.

Tout comme les Tū’aro Mā’ohi, les hīmene ou les ΄ori tahiti, l’artisanat est indissociable d’une fête réussie. Que serait ce grand rendez-vous culturel et sportif sans ces bijoux en nacre gravés, sans ces ΄ete tressés en pandanus, ces tiki sculptés ? Après une année de privation difficile pour ce secteur d’activité où les salons sont souvent la seule vitrine des artisans, il était nécessaire pour les organisateurs de mettre en avant ces créateurs aux mains d’or qui contribuent à la richesse culturelle du fenua. C’est chose faite avec deux événements  programmés à l’occasion de ce festival.

À commencer par le plus ancien des deux, le Heiva Rima’i, qui revient en force pour sa 32e édition sur le thème du cocotier au Parc de Māma΄o, avec 86 exposants, qui représenteront les cinq archipels de Polynésie française et les spécificités de leurs îes. Haut lieu de l’expression de la création artisanale en Polynésie française, ce salon met en valeur l’excellence des artisans et la finesse de leurs œuvres – sculpture sur bois, sur pierre ou sur os,bijoux, tīfaifai, tressage, vannerie, couture… Un reflet de leur savoir-faire, acquis au fil des années. Le salon se tiendra cette année sur le thème du cocotier, et mettra à l’honneur toutes ses matières et toutes les formes d’artisanat qui en découlent. Pour les visiteurs qui le souhaitent, des démonstrations et des ateliers seront proposés autour des différents savoir-faire relevant de l’artisanat traditionnel comme le tressage, le tīfaifai, la vannerie ou encore la création de bijoux en coquillages. Autre grand rendez-vous pour les amoureux de l’artisanat polynésien, le village du Heiva, situé sur l’esplanade de To΄atā, qui se tient tous les soirs de spectacle. Il est organisé par la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers(CCISM) depuis six ans. Fauura Bouteau, dont l’originalité des créations n’est plus à vanter, s’est entourée de nombreux artisans pour ce salon. Bijoutiers, sculpteurs, graveurs, couturiers… permettent au public de découvrir toute la maitrise des créateurs du fenua.

PRATIQUE

Village du Heiva

• Le 29 juin et du 1er au 10 juillet, ouvert uniquement les soirs de spectacle de 17 heures à 21 heures sur l’esplanade basse de To΄atā. Entrée libre, dans le respect des mesures sanitaires

32e Heiva Rima΄i, sur le thème du cocotier

• Du 25 juin au 18 juillet

• Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h30 au Parc expo de Māma΄o

• Entrée libre, dans le respect des mesures sanitaires

• Démonstrations en accès libre (fabrication du mono’i, types de tressage, création de paniers…), ateliers payants (fabrication de couronnes en fleurs, en fibres, de chapeau, d’éventail, pāreu peint à la main, vannerie…), concours des exposants en utilisant toutes les matières du cocotier (un chapeau et sa couronne, bouquet de fleurs de salon, tīfaifai sur le thème du cocotier, panier, ras de cou…)

• Programme détaillé en ligne sur www.artisanat.pf

• Inscription aux ateliers sur Facebook : Comité organisateur des expositions artisanales « Tahiti i te Rima Rau » ou au bureau du comité

• Renseignements : 87 343 667

Les sports traditionnels reviennent en force

Les Tū’aro Mā’ohi, les sports traditionnels, sont l’une des disciplines phares de ce festival. Pratiqués par les Polynésiens depuis très longtemps, ils sont apparus au fil du temps dans le programme du Heiva et sont très appréciés par le public, impressionné par la dextérité et la force des athlètes.

Organisées par la Fédération ‘ muitahira’a Tū’aro Mā’ohi (FATM) depuis 2003, les compétitions regroupent aujourd’hui 28 associations et plus de 700 licenciés répartis sur les cinq archipels de Polynésie. Environ 550 sportifs, dont plus de 230 originaires notamment des Tuamotu, sont attendus pour ce Tu’aro Mā’ohi. Des athlètes de Hawaii, des Samoa, de Fidji et des États-Unis (Californie), sous réserve toutefois de l’évolution des conditions sanitaires, sont également attendus pour rivaliser avec nos ‘aito. Lever de pierre, lancer de javelot, décorticage de coco, coprah, courses de porteurs de fruits, lutte traditionnelle ou encore le spectaculaire grimper de cocotier, le ta’uma ha’ari, sans oublier les r.égates de va’a qui reprennent la mer, chaque discipline est représentative de la culture et des traditions polynésiennes.

Autre temps fort de ces sports traditionnels, les courses hippiques. Réapparues en 2018 grâce à l’Association hippique et d’encouragement à l’élevage de Polynésie française (AHEE), elles sont toujours très populaires de nos jours, notamment la mythique course en pāreu. Les cavaliers s’affrontent sans selle, vêtus de pāreu et de couronnes de fleurs sur le cheval lancé au galop.

PRATIQUE

Tu’aro Mā’ohi

Pointe Vénus à Mahina :

• Samedi 3 ou dimanche 4 juillet : courses de pirogues de 9h à 15h : Heiva va’a ta’ie tautoru et motu

Jardins de Paofai à Papeete :

• Mercredi 14 juillet : courses de porteurs de fruits de 12h à 14h : pesée des charges

• 15h : courses de porteurs de fruits (Tu Hou, Vahine, Feia Api, ‘Aito, Open 10 kg)

• 16h30 : spectacle traditionnel

Parc Vairai à Punaauia :

• Samedi 17 juillet : sports traditionnels variés

• 11h à 15h30 : ateliers jeux traditionnels, show et animations traditionnelles

• 9h à 11h30 : lancer de javelot – pātia fā

• 12h à 13h : ma’a tahiti (ouverture du ahimā’a) suivi d’un spectacle traditionnel

• 13h à 16h : lancer de javelot – pātia ai ; lever de pierre : vahine, léger, moyen, master ; coprah équipe tāne ; lutte traditionnelle (éliminatoires).

• Dimanche 18 juillet : sports traditionnels variés

• 11h à 15h : ateliers jeux traditionnels, show et animations traditionnelles

• 10h à 12h : lancer de javelot vahine et u’i ‘āpī ; échasses – rore ; décorticage de cocos

• 12h à 13h : ma’a tahiti suivi d’un spectacle traditionnel

• 13h à 16h : lancer de javelot – iaora pātia fā ; lever de pierre (lourd, super lourd, extra-lourd) ;

• coprah individuel tāne ; grimper au cocotier – tauma ha’ari ; lutte traditionnelle (finales).

Va’a

• Courses en lagon : Heiva Va’a Taaone : du jeudi 1er au samedi 3 juillet Va’ahine et Taure’a – 18 km Faati Moorea – 93 km Super Tauati Memorial « Édouard Maamaatuaiahutapu »

• Mercredi 14 Juillet : V16 pour les hommes et les femmes, minimes et benjamins. Départ du site de Tehoro à Mataiea. Départ minimes et benjamins : 12h – femmes : 13h – hommes : 14h.

Courses hippiques

• Les dimanches 21 juin, 12 juillet et 2 août, de 13h à 17h30

• La mythique course en pāreu est programmée le 12 juillet

• Entrée libre, dans le respect des mesures sanitaires

• Hippodrome de Pirae

• Balades à poneys pour les enfants – pari mutuel et snack/bar pour les parents

• Renseignements au 87 770 167 / [email protected] / www.ahee.pf / www.heiva.org

———

Légende p24

Course en pāreu.

———

You may also like...