Hiro’a n°164 – Culture bouge : Les élèves, fidèles au Heiva des écoles

La culture bouge  

Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui 

Rencontre avec Vaiana Giraud, responsable production et communication de la Maison de la culture  ; Natalia Louvat, école de danse ΄Ori Hei ; Poehere Roomataaroa, école de danse Manahere  ; Joël Burns, école Tupuna ΄Ukulele  ; Poehei Temaiana, école de percussions Arata΄i et Reiarii Teai, écolededanse Tapairu Tahiti ; Hianau Laughlin, Écoles de Moeata. Texte : Pauline Stasi – Photo(s) : TFTN 

 AFFICHE HDE 2021 - WEB-light

Les élèves, fidèles au Heiva des écoles 

La 27e édition du Heiva des écoles aura lieu du 2 au 13 juin. Malgré une année difficile pour les écoles de danse, elles ne manquent pas à l’appel de ce grand événement de la culture polynésienne. En effet, pas moins de trente-trois d’entre elles se relayeront sur la scène du Grand théâtre de la Maison de la culture. 

«  Le Heiva des écoles va être pour de nombreuses écoles qui ne font pas de gala cette année, leur seul rendez-vous avec le public. C’est important, car c’est l’occasion de montrer le travail effectué en cours. Pour les élèves, monter sur scène est une motivation supplémentaire et une finalité de tous les efforts accomplis », indique Vaiana Giraud, responsable production et communication de la Maison de la culture. Et c’est sur la scène du Grand théâtre de la Maison de la culture que les centaines d’élèves des écoles de danse, mais aussi de ΄ukulele, de percussions, de chants de chorale se produiront jusqu’au 13 juin. Depuis sa création en 1994, ce rendez-vous est devenu incontournable. Le nombre de trente-trois écoles inscrites, quasiment autant que les éditions précédant la pandémie, en est la preuve.  

Bien sûr, cette édition 2021, comme l’a été celle de 2020, devra s’adapter à la situation sanitaire, mais comme le souligne le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu : « On essaye de reprendre un semblant de vie normale malgré l’équation difficile à résoudre.  » Car effectivement, les mesures barrières et les jauges instaurées limitant l’accueil du public sont contraignantes mais indispensables. «  Le masque est toujours obligatoire pour les spectateurs. On a mis en place un dispositif covid, avec un sens de circulation, on désinfecte les loges entre chaque passage d’école. Nous sommes en partenariat avec TNTV et Polynésie la 1ère, ils vont nous fournir des “best of” que nous diffuserons entre les passages des écoles pour permettre au public de patienter », précise Vaiana Giraud.  

Mais qu’importe, malgré ces contraintes, l’envie d’être sur scène l’emporte sur tout le reste. « On a hâte, on est prêts », confie dans un large sourire Hianau Laughlin, qui travaille aux côtés de sa mère Moeata pour le spectacle des écoles de danse Moeata Laughlin. 

Le Heiva des écoles est devenu, au fil des vingt-sept éditions, un rendez-vous majeur de la vie culturelle polynésienne rassemblant non seulement des écoles de danse, mais également de musique. Une évolution qui pose d’ailleurs la question d’une éventuelle réforme du Heiva des écoles  : «  Il faut revoir la place donnée à la musique dans le corpus des représentations, estime le ministre de la Culture, qui souhaite également que soit menée une réflexion sur le nom de la manifestation. Le nom de Heiva n’est pas très adapté à un événement qui n’a rien d’une compétition ni d’un concours. » 

Encadré  

Natalia Louvat, école de danse ‘Ori Hei  

« J’ai repris l’école de danse ΄Ori Hei il y a seulement deux ans. Cent trente élèves, uniquement des filles, vont participer au Heiva des écoles, dont les plus jeunes ont trois ans. On sera sur scène le 10  juin. Les prestations de danse seront très variées, avec différents styles, du moderne, du traditionnel. On est vraiment ravis de monter sur scène, de montrer notre spectacle, c’est l’aboutissement de mois de répétitions, on répète depuis octobre. Nous présentons au Heiva des écoles des extraits de notre grand spectacle qui aura lieu dans son intégralité sur le motu de l’Intercontinental le 22  mai prochain. » 

Poehere Roomataaroa, école de danse Manahere  

« L’école de danse existe depuis 2013, on n’a jamais manqué un Heiva des écoles depuis nos débuts. C’est notre huitième participation. Plus d’une centaine d’élèves seront là, des garçons, des filles, à partir de quatre ans, qui vont montrer le fruit de leur travail. Cette année, nous n’avons pas choisi de thème pour le spectacle, car la situation est compliquée. Des danseuses et danseurs n’ont pas pu poursuivre l’aventure à cause de la crise sanitaire, nous allons penser à eux. C’est très important pour nous d’être là, on a juste envie de retrouver le plaisir magique de la scène. » 

Joël Burns, école de Tupuna ΄Ukulele   

« L’école a été créée le 5 mai 2011, nous fêtons déjà ses dix ans. Elle comprend 89 élèves, et 65  d’entre eux participeront au Heiva des écoles. Les plus jeunes sont âgés de onze ans et cela va jusqu’à quatre-vingts ans. Nous présenterons des chants et des morceaux sur le thème de la vie des temps anciens. » 

Poehei Temaiana, école de percussions traditionnelles Arata΄i  

« Je suis né dans la musique, j’ai été baigné dans cet univers depuis toujours. Petit à petit, j’ai fait mes armes, je suis devenu meneur, j’ai été jury du Heiva (…), j’ai pris la relève de mon père en janvier 2020 pour m’occuper de Arata΄i. C’est important cette transmission intergénérationnelle pour la culture. Nous avons différents groupes de niveaux dans l’école, des débutants comme des confirmés. On va présenter nos morceaux sous forme de plusieurs petites démonstrations. On va essayer de s’amuser sur scène, de profiter, c’est vraiment très important de finir cette année au Heiva des écoles. » 

Reiarii Teai, école de danse Tapairu Tahiti  

«  L’école est ouverte depuis août 2020, c’est ma première participation au Heiva des écoles. L’école comprend 70 élèves, 60 monteront sur scène. Il y a juste une élève de cinq ans, sinon, tous les autres sont des adultes entre dix-sept et soixante-dix ans. J’ai basé le spectacle sur des compositions de Douglas Tuahine, qui relatent un peu sa vie. Pour l’instant, je suis surtout dans le stress et la fatigue pour boucler le spectacle, que tout soit au point et bien. Je pense que je réaliserai une fois que tout cela sera fini. » 

————————————– 

Pratique  

27e édition du Heiva des écoles  

  • Du mercredi 2 au dimanche 6 juin 
  • et du mercredi 9 au dimanche 13 juin 
  • Au Grand théâtre de la Maison de la culture 
  • Deux séances par soir : 
  • à 18h et 20h du mercredi au vendredi 
  • à 17h et 19 h les samedis et dimanches Tarifs à la séance : 
  • Adulte : zones A, B et C : 2 000 Fcfp ; zones D, E et F : 1 500 Fcfp
  • Enfant de moins de 12 ans : 500 Fcfp(quelle que soit la zone) 
  • Gratuit pour les enfants de moins de 2 ans, sur présentation d’un billet “bébé” 
  • Tél. : 40 544544 
  • Billetterie sur place ou sur le site de la Maison de la culture 
  • Facebook :Heivai Tahiti Officiel ; Maison de la Culture de Tahiti 

You may also like...