Hiro’a n°163 – La culture bouge : Du Tiurai au Heiva, retour sur les fêtes polynésiennes

La culture bouge  

Musée de Tahiti et des îles (MTI) – Fare Manaha 

 Rencontre avec Miriama Bono, directrice du Musée de Tahiti et des iles. Texte : Pauline Stasi – Photo(s) : MTI 

 

DTiurai au Heivaretour sur les fêtes polynésiennes 

 CB expo Tahiti Ti'a mai

Dans le cadre du festival Tahiti ti’a mai, le Musée de Tahiti et des îles organise l’exposition « Du Tiurai au Heiva » du 29 mai au 31 octobre. 

A travers cette tres belle rétrospective, qui célebre les 140 ans des fêtes  « du Juillet », les visiteurs pourront se plonger, grâce à de nombreuses archives du Musée, dans l’histoire de ce mythique festival de la culture polynésienne, dont la première édition officielle a eu lieu le 14 juillet 1881. 

 

Découvrir les premiers clichés du Heiva en noir et blanc, alors qu’il s’appelait Tiurai, des affiches des années 1960, l’évolution des costumes de danseurs au fil des décennies, mais aussi comment le festival s’est transformé au fil des années et a influencé les différents acteurs de la culture polynésienne, tel est l’objet de la prochaine exposition du Musée de Tahiti et des îles qui nous offre une magnifique immersion dans l’histoire de ces fêtes.  

« On a souhaité, à travers cette exposition, faire une grande rétrospective du Heiva, qui célèbre ses 140 ans cette année. Pour cela, on a choisi de montrer de nombreux objets, notamment des photos que nous détenons dans nos fonds de collections et que nous avons peu l’occasion d’exposer. L’idée est vraiment de retransmettre l’esprit, l’ambiance du Heiva. Avec la danse bien sûrgrâce aux costumes, mais pas seulement. Car le Heiva, c’est aussi des hīmeneles chants traditionnels, qui ont toujours été présents depuis 1881. Le Heiva, c’est aussi, au fil des annéesde nouveaux participants, les sports traditionnels, les courses de va’ades artisans… », précise avec   enthousiasme, la directrice du Musée de Tahiti et des îles, Miriama Bono, heureuse de dévoiler au public les trésors des collections du Musée. 

Ainsi tout au long du parcours de la salle d’exposition, les visiteurs pourront découvrir une douzaine de costumes de danse et apprécier notamment une utilisation accrue de nacre, liée au développement de la perliculture. Une très belle collection de chapeaux des années 1960-1970 mettra en valeur le travail des artisans polynésiens. C’est aussi l’occasion pour le Musée de Tahiti de mettre en lumière ses collections. Des tableaux du fonds du Musée mais également de la Maison de la culture, viendront clore le parcours, comme les œuvres de Charles-Alfred Le Moine, d’Adriaan Herman Gouwe, de Bobby Holcomb, de François Ravello ou bien encore d’André Marere  

Le Musée proposera également en parallèle de l’exposition des ateliers culturels qui permettront d’animer la manifestation durant les grandes vacances de juillet.  

« LHeiva fait vraiment partie de l’identité, de l’univers collectif des Polynésiens, des danseurs, des chanteurs ou des sportifs qui y participent physiquement bien sûr, mais l’esprit du Heiva va au-delà. Il a été et est toujours source d’inspiration pour les peintres, pour les photographes… Et bien sûr pour la population. C’est notre marqueur de saison. Le Heiva nous rassemble tous autour de la fête », conclut la directrice du Musée. 

 

Pratique Le programme des ateliers au Musée : Ateliers tressages adultes, 8 personnes maximum :  

  • 12 juin et 26 juin, 9 et 31 juillet et 21 août  Atelierculturel proposé par ΄Arioipour les adultes et enfants, 15 personnes maximum :  
  • 17 et 24 juillet 
  • Tarif des ateliers : 2 500Fcfppar personne  
  • Exposition « Ti΄amai, duTiurai au Heiva » du 29 mai au 31 octobre  
  • Dans le respect des mesures sanitaires 
  • Réservation www.billetterie.museetahiti.pf

You may also like...