Hiro’a n°161 – La Culture bouge : Les Nuits du Jazz: le Big Band revient sur scène

Culture Bouge

Conservatoire artistique de Polynésie française (CAPF) – Te Fare Upa Rau

Rencontre avec Frédéric Cibard, chargé de communication du CAPF et Frédéric Rossoni, professeur au Conservatoire artistique de la Polynésie française et chef d’orchestre du Big Band – Texte : Lucie Rabréaud – Photo(s) : CAPF- Christian Durocher

Les Nuits du Jazz: le Big Band revient sur scène

Nous avons été longtemps privés de spectacles et concerts, dont ceux du Big Band de jazz, l’un des premiers événements annulés en 2020. Cette formation majeure qui fait la fierté du Conservatoire revient sur scène pour les Nuits du Jazz, prévues les 26 et 27 mars.

Au programme  : Cheek to cheek d’Ella Fitzgerald, What a difference a day makes, Unforgettable, ou encore Route 66 de Nathalie Cole, Whatever Lola wants de Sarah Vaughan, Soulman de Ben l’Oncle Soul ou encore Smoke on the water de Deep purple… Les Nuits du Jazz sont, comme chaque année, alléchantes ! Annulées l’année dernière pour cause de confinement, elles auront bien lieu cette année. En présence du public, mais avec 50 % de la capacité de la salle si la situation sanitaire le permet, ou captées et rediffusées pour offrir tout de même un peu de groove au public en ces temps difficiles. La première édition de ces soirées s’est déroulée en 2015 et elles ont lieu chaque année depuis que le Big Band a été reformé. On y joue les classiques du jazz mais pas seulement, les chanteuses et chanteurs du fenua peuvent également dévoiler leur talent. Jean Croteau, Reva Juventin, Reia Poroi et Taloo interpréteront les morceaux choisis avec une invitée surprise  : Lylia Aymain, douze ans, qui a sorti son premier clip, It’s me, en décembre dernier.

Comme pour chaque prestation de cette formation d’une vingtaine de musiciens, Frédéric Rossoni arrange ou compose les morceaux et dirige l’orchestre. Appelé par certains « le Maestro », il en est certainement un, mais reste humble et discret. Il est tout de même un des rares en Polynésie française à écrire des arrangements pour Big Band de jazz. Il transforme unmorceau avec guitare et voix en une véritable symphonie pour orchestre, donnant de l’ampleur et du volume à l’original. «  J’écris les partitions pour chaque instrument car quand on reprend un morceau original, elles n’existent pas.  » Is It a Crime de Sade, musique plutôt pop rock, sera ici présentée dans sa version orchestre jazz. Les chansons tahitiennes passent également à la moulinette du maître, qui a toujours été intéressé par ce travail. « Un arrangement, ça change tout. C’est le son de l’orchestre qui m’intéresse, comprendre pourquoi cela sonnait comme ça. Je voulais être capable de faire comme les compositeurs symphoniques.  » Personne ne lui a expliqué comment ça marchait, il a appris sur le tas, en potassant les partitions de célèbres morceaux qu’il écoutait en même temps.

Frédéric Rossoni présentera également deux compositions  : Tepoztlan, du nom d’un petit village du Mexique où il est allé en vacances et Jazz Mea Ma, déjà présenté lors du festival de jazz en 2019. Croisons les doigts pour que l’on puisse y assister en direct !

Tahiti Soul Jazz Festival Photo Christian Durocher ok IMG_8069 Tahiti Soul Jazz Festival


Pratique

Les Nuits du Jazz avec le Big Band du Conservatoire

  • Les 26 et 27 mars, à 18h30
  • Petit théâtre de la Maison de la culture
  • Tarif unique : 1 500 Fcfp / 1 000 Fcfp pour les PMR
  • Billets disponibles sur place et en ligne sur www.maisondelaculture.pf
  • Renseignements : 40 501 414 / 40 544 544
  • Le port du masque est obligatoire dans le respect des gestes barrières
  • Si le concert en public est annulé pour raisons sanitaires, il sera capté et diffusé sur TNTV

You may also like...