Hiroa n°156 – La Culture bouge : Pīna’ina’i : puiser au fond de soi

156

LA CULTURE BOUGE – Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui

Pīna’ina’i : puiser au fond de soi

Rencontre avec Moana’ura Tehei’ura, chorégraphe, metteur en scène, scénographe et concepteur de Pīna’ina’i. Texte : Lucie Rabréaud.

Pīna’ina’i, écho de l’esprit et du corps, existe depuis dix ans maintenant. L’association Littéramā’ohi, présidée par Chantal Spitz, souhaitait amener la littérature autochtone au public. À travers le mouvement et la musique, les mots ont pris vie.

Nous sommes à Rōhutu Noanoa. Un monde où se trouvent les êtres qui ont fini leur vie sur Terre. Certains le comparent au paradis des Occidentaux mais ce n’est pas tout à fait pareil selon Moana’ura Tehei’ura. Le chorégraphe, metteur en scène, scénographe et concepteur de Pīna’ina’i, donne quelques éléments du prochain spectacle, qui en est à sa 10e édition. « Nous sommes morts car nous n’avons pas nourri notre intelligence. Peut-on s’en sortir ? Certains héros légendaires sont déjà revenus de Rōhutu Noanoa. Pour y arriver, il faudra revenir vers nos intelligences polynésiennes propres. » C’est en assemblée générale, après un vote, que ce thème « Nos intelligences » a été choisi pour le Pīna’ina’i 2020. Le constat est simple : « Nous n’avons pas assez confiance en nos propres intelligences », résume Moana’ura. Cette forme d’intelligence propre à chaque culture et à chaque peuple. Ce qui se trouve profondément ancré en nous, de manière plus ou moins consciente. Ce savoir inné, hérité de tous les ancêtres et de la terre, a été laissé de côté. « Nous nous nourrissons des intelligences de l’ailleurs en méprisant parfois l’intelligence de notre terre, de notre peuple et de nos ancêtres. Cette prise de conscience s’est trouvée accentuée lors du confinement. On s’est retrouvé confiné avec notre peuple, notre terre et avec nous-même en tant qu’individu, réduit à ce qu’on est. Notre intelligence est trop nourrie de l’extérieur et on fait abstraction de ce qui existe chez nous en pensant que ça n’a aucune valeur. Cette réflexion est véritablement un regard de nous-mêmes sur nous-mêmes, pour nous-mêmes. »

Éveiller les intelligences

Une quinzaine d’auteurs, dont de nouvelles plumes, vont écrire sur ce thème et Moana’ura Tehei’ura mettra les mots en scène. Pour donner une texture au spectacle, il doit lier les textes, trouver le fil conducteur. Ce sera Rōhutu Noanoa. Certains orateurs déclameront des textes mais, petite nouveauté, ils devront jouer leur propre personnage : « Je veux qu’ils trouvent dans leurs tripes ce qui fait l’intelligence de notre pays, ce dont ils ont hérité. » Comme chaque année, Moana’ura Tehei’ura et les auteurs de Littéramā’ohi aiment bousculer les consciences, éveiller les intelligences justement, susciter la réflexion. « On aime quand les gens nous disent que le spectacle les a fait réfléchir. » Mais sans tomber dans des travers de mise en scène choquante ou d’une fabrique qui ferait recette et qu’il suffirait de répliquer d’année en année. Les auteurs du spectacle se remettent toujours en question pour proposer de l’inédit et du débat.

Cette 10e édition est une étape importante. Pīna’ina’i attire de plus en plus de spectateurs et, le plus important, de tous les horizons. « Il y a les habitués, certains spectateurs font partie du spectacle aujourd’hui, des étudiants, des personnes des quartiers défavorisés… Dans notre pays, nous manquons de lieu où la parole permet la réflexion. » L’objectif d’amener le livre vers le public semble atteint. D’ailleurs l’anthologie des textes des neuf derniers spectacles, sortie tout récemment, est déjà épuisée. Littéramā’ohi espère la rééditer pour la proposer au salon du livre.

PRATIQUE

• Première représentation le 24 octobre sur le paepae a Hiro à la Maison de la culture.

• Deuxième représentation au salon du livre, qui se déroulera du 12 au 15 novembre, au grand théâtre de la Maison de la culture. Entrée gratuite mais billets à retirer à la Maison de la culture. Places limitées, masques obligatoires. L’établissement appliquera les mesures sanitaires notamment avec la mise à disposition d’un siège sur deux pour le public.

Légende

Moana’ura Tehei’ura.

You may also like...