Hiro’a n°150 – Pour vous servir : Un musée aux nouveaux standards internationaux

150

Pour vous servir – Musée de Tahiti et des îles (MTI) – Fare Manaha

Un musée aux nouveaux standards internationaux

Rencontre avec Miriama Bono, directrice du Musée de Tahiti et des îles. Texte : Lara

Dupuy -Visuels Studio : Adrien Gardère

L’ancienne salle d’exposition permanente du Musée de Tahiti et des îles, à la pointe des pêcheurs, est désormais démolie. Les travaux de la future salle commencent au mois d’avril 2020. Un musée inédit et moderne ouvrira ses portes en 2022, dans un format totalement repensé.

Même si le nouveau bâtiment n’ouvre au public que dans deux ans, les équipes du Musée de Tahiti et des îles sont à pied d’œuvre pour préparer le contenu de la future grande salle d’exposition permanente. Le travail est loin d’être terminé parce que le nouveau musée sera totalement différent. Il sera plus moderne et interactif. Audio-guides, tablettes, films et autres supports audiovisuels et numériques : le futur musée sera de son temps. Le visiteur pourra, par exemple, utiliser un « feuilletoir. C’est le même principe qu’une tablette mais sur grand écran avec les pages qui se tournent comme un livre. Il y en aura un par archipel et pour approfondir certaines thématiques. Ces informations complémentaires encourageront les visiteurs à revenir au sein du musée », explique la directrice du Musée de Tahiti et des îles, Miriama Bono.

L’entrée dans la salle sera dédiée à la cosmogonie. Le visiteur retrouvera ensuite le parcours thématique sur les marae, le sacré, l’habitation et la vie quotidienne. Des illustrations réalisées par des prestataires extérieurs – pour lesquelles un appel à candidature va être lancé – permettront de mieux représenter les différents types de fare, de marae et de pirogues. De même pour la réalisation de trois courts-métrages animés sur le tatouage, la navigation et le tapa.

Plus grand, plus moderne, plus… renouvelé !

L’une des grandes nouveautés est de dédier, en sus de la mise en avant du socle commun polyn.ésien, un espace à chaque archipel. À l’entrée de chacun d’eux, le visiteur sera accueilli avec des chants ou ’ōrero dans une langue propre à l’archipel pour une totale immersion culturelle.

Un musée où il sera tentant de revenir à plusieurs reprises pour découvrir les nouveautés, notamment grâce au renouvellement de certaines collections comme celle des tapa qui seront changés tous les trois mois. Les prêts de musées étrangers permettront également de présenter régulièrement des œuvres inédites.

Contre 900 m2 auparavant, la salle d’exposition permanente disposera d’une superficie de 1 400 m2. Les travaux, d’une durée de dix-huit mois commencent au mois d’avril. Une fois la  construction terminée, il faudra trois mois pour réinstaller les collections. En attendant, la salle d’exposition temporaire de 350 m2 est toujours ouverte au public. Elle abrite l’exposition Tupuna > Transit jusqu’en septembre 2020.

vu 3 vu 2 vu 1

You may also like...