Hiro’a 149 – Culture bouge : Eto de retour dans les bacs et en live !

149

LA CULTURE BOUGE – Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui

Eto crédit Lucie Rabreaud

Eto de retour dans les bacs et en live !

Rencontre avec le chanteur Eto. Texte et photo : L. R.

Eto est de retour à Tahiti. Après un long voyage autour du monde, il a travaillé sur son premier album et le présentera sur la scène du Grand théâtre de la Maison de la culture le 15 février prochain.

Chapeau toujours sur la tête, sourire toujours aux lèvres, Eto n’a pas changé. Il est toujours ce chanteur talentueux, professeur d’économie-gestion, personnage tellement humble et accessible. Vainqueur des éditions 2015 et 2017 du Tahiti festival guitare, un E.P de six titres sorti en 2017, la première partie du concert de Vianney puis celle de Christophe Maé, sa participation à la « Nouvelle star », … Eto poursuit son chemin avec un premier album qui devrait sortir le soir de son concert au Grand théâtre de la Maison de la culture…

Cet album arrive après un tour du monde, en 2018-2019, avec sa femme, sac au dos, à travers une dizaine de pays. « À la base, c’est ma femme la globetrotteuse. Son projet est devenu le mien : s’ouvrir à quelque chose d’inconnu, être curieux et essayer de créer, pourquoi pas ? Nous sommes allés en Belgique puis en Namibie, en Amérique latine et en Asie du Sud-Est. Ça m’a fait du bien à tous les niveaux, j’ai pris conscience de beaucoup de choses, comme mon attachement à la Polynésie. Une année de voyage, c’est bien mais plus jamais (rires) ! Je me suis rendu compte que je fane quand je suis trop longtemps loin de chez moi. J’avais besoin de rentrer ! Mais il fallait le faire ce voyage, c’était le bon moment », raconte-t-il. Pendant les trajets en bus de nuit, il écrit, il se projette déjà à Tahiti, s’imaginant composer des chansons, mettre en musique ses écrits et sortir un nouvel album. Maintenant qu’il est rentré, il réalise tout ce dont il a rêvé loin de chez lui.

« J’avais faim de ma culture »

Dix chansons vont composer ce nouvel album, édité sur une clef USB en bambou (par fidélité à ses convictions écologiques). Toujours en langue polynésienne, toujours beaucoup d’acoustique. « Vous allez encore plus me connaitre en écoutant ces dix chansons. J’aime la country, j’aime le zouk, j’aime danser, on sent une ouverture dans ma musique même si je veux rester fidèle à ce que je suis. Et si j’ai écouté beaucoup de musiques d’ailleurs, je suis revenu vers ce que j’aime vraiment profondément. Quand je suis rentré, j’avais faim de ma culture, d’écrire et d’enregistrer tout ce que j’avais rêvé. »

Ce voyage l’a rapproché de lui-même et aussi de l’essence même de la vie. Dans ses chansons, il parle de l’environnement, foncièrement choqué par la pollution qu’il a croisée partout, jusque dans les lieux les plus reculés ; il parle du bonheur, de l’amour mais aussi du quotidien qui nous piège dans la routine et nous fait parfois tourner en rond. « On est dans une bulle et on oublie les bonnes choses de la vie, comme aller simplement à la plage. Le fait d’avoir fait un tour du monde m’a sorti du système et je me rends compte qu’on ne fait que travailler, consommer, on tourne en rond. Mais la vie est tellement courte et belle. Mon dernier titre s’appelle Haere Mai : viens à la mer avec moi, sentir le vent, la chaleur, le sable, écouter les vagues. Il faut savoir déconnecter et profiter. » Et si on déconnectait en se laissant porter par la voix d’Eto le 15 février prochain ?

PRATIQUE

• Eto en concert, samedi 15 février à 19h00

• Grand théâtre de la Maison de la culture

• Une chorale et une troupe de danse l’accompagneront sur scène

• Entrée 2 000 Fcfp adulte – 1 500 Fcfp PMR et moins de 12 ans

• Billets en vente sur place et en ligne sur www.maisondelaculture.pf

• Renseignements au 40 544 544 / FB La Maison de la Culture de Tahiti

You may also like...