Hiro’a n°147 – Dossier : Les acteurs de la culture vous préparent un joyeux Noël

CONCERT DE NOEL DES SOLIDARITES AMANDINE DE DOS ET MUSICIENS TOP 10

DOSSIER – Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui Conservatoire artistique de Polynésie française (CAPF) – Te Fare Upa Rau ; Centre des Métiers d’Art (CMA) – Pu ha’api’ira’a toro ’a rima’i ;

Service de l’artisanat trad itionnel (ART) – Pu Ohipa rima ΄i

Les acteurs de la culture vous préparent un joyeux Noël

Rencontre avec Marania Wan et Loana Tupohoe du Service de l’Artisanat traditionnel, Frédéric Cibard, chargé des relations publiques et de la communication du CAPF, Hihirau Vaitoare, enseignante au Centre des métiers d’art, Florence Yhuel, directrice de l’école de danse André Tschan.

Texte : Lucie Rabréaud – Photos : CA PF, CMA, ART, école André Tschan

Les établissements culturels de Tahiti vont faire rimer Noël avec spectacle, cadeaux, découvertes, solidarité, musique et traditions ! Deux salons artisanaux sont organisés, le Centre des métiers d’art et le Conservatoire participeront au Noël des Solidarités et l’école de danse André Tschan prépare le traditionnel spectacle de fin d’année de la Maison de la culture.

Pour commencer à préparer Noël, il faut évidemment penser décoration et cadeaux ! Pour satisfaire tous les publics, des plus exigeants aux plus passionnés, deux salons sont organisés pendant le mois de décembre. Te Noera a te Rima΄i se déroulera au parc exposition de Māmao,

du 6 au 24 décembre. C’est la 13e édition de ce salon, qui fait désormais partie des incontournables des fêtes de fin d’année. Environ quatre-vingts artisans de Tahiti et des îles vont exposer leurs plus belles créations : tressage, sculpture, linges de maison, tīfaifai… aux côtés des masseurs et tatoueurs présents pour vous faire profiter de leurs savoir-faire. « La couronne de Noël », c’est le thème choisi cette année. De quoi décorer votre porte de maison dans la plus pure tradition ! « Lorsque Noël arrive, les gens aiment faire de beaux intérieurs, ils sortent leurs plus beaux tīfaifai, ils vont à la messe… », explique Loana Tupuhoe du Service de l’artisanat traditionnel. Il faut donc trouver de quoi satisfaire toutes les envies. Beaucoup de tressage sera proposé notamment pour décorer le sapin, que ce soit le classique aux épines de pin vertes ou le moderne avec du bois flotté. Plusieurs concours permettront aux exposants de se mesurer : ils seront notés sur la taie d’oreiller, la couronne de Noël, le tīfaifai pour bébé et les parures. Des démonstrations auront lieu tous les jours, sous le chapiteau, auxquelles le public pourra participer gratuitement. Mais si celui-ci veut réellement mettre la main à la pâte, des ateliers sont organisés pour apprendre à fabriquer son panier marché les mardis et jeudis de 9 heures à 11 heures. L’opération ΄Ete fait partie de la fête. Il suffit d’emmener son matériel  et vous repartirez avec votre panier fait de vos propres mains ! Enfin, les samedis et les dimanches, retrouvez les « journées culturelles » dédiées à un artisanat, une île ou une commune. Culture, cuisine, défilés et danses sont au programme !

Pour ceux qui feraient leurs cadeaux de Noël à la dernière minute, un deuxième salon est organisé durant six jours : le salon de Noël d’artisanat d’art. Il se déroulera à l’assemblée de la Polynésie française, du 19 au 24 décembre. Le public trouvera là aussi de quoi se satisfaire. Entre 40 et 50 artisans exposeront. On y trouvera beaucoup de bijoux, de la peinture sur verre, de la gravure sur nacre, de nombreux objets pour l’art de la table. La fréquentation de ce salon est toujours importante, preuve de son succès. Enfin, les artisans sont également invités à exposer lors des marchés de Noël de Papeete qui se déroulent autour de la cathédrale. Plus d’excuse : les possibilités de trouver un cadeau exceptionnel qui fera plaisir à vos proches sont nombreuses ! Encore mieux, vous pourrez même le fabriquer vous-mêmes sous les conseils des artisans grâce aux ateliers du salon Te Noera a te Rima΄i. Ces deux salons sont les événements phares du Service de l’artisanat pour le mois de décembre.

De la musique avec le CAPF

Il y aura aussi de la musique avec le Conservatoire artistique de la Polynésie française ! Après avoir enchanté l’hôpital avec le concert pour les enfants malades qui s’est déroulé fin novembre, l’établissement participe pour la troisième année au Noël des Solidarités organisé par la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité (DFSE). Ce grand rassemblement aux jardins de Paofai, qui se déroulera le 7 décembre, offre une journée festive à plusieurs centaines d’enfants défavorisés. En 2017, l’événement a rassemblé près de 750 enfants placés en foyers et familles d’accueil et, en 2018, plus de 1 500 enfants. Le petit orchestre symphonique dirigé par Amandine Clémencet et composé d’une quarantaine d’enfants clôt généralement les festivités. « Ces jeunes musiciens jouent de la musique classique, différente de celle qu’on entend habituellement. Ce sont des jeunes qui rencontrent d’autres jeunes. C’est très important pour le Conservatoire de sortir de ses murs, d’aller vers le public. C’est aussi une belle manière de sensibiliser un autre public à la musique classique », explique Frédéric Cibard, chargé des relations publiques et de la communication du CAPF. D’ailleurs, un projet dans ce même esprit est en préparation : un truck musical dans lequel les élèves du petit orchestre symphonique seraient embarqués pour un tour de l’île. Si la date de cet événement n’a pas encore été fixée, l’idée principale est déjà dessinée : prévoir des arrêts à différents endroits pour jouer de la musique. Les élèves du Conservatoire sont invités dès leur deuxième année à intégrer cette formation. Apprendre à écouter les autres, à jouer ensemble et devant un public, fait partie du cursus pédagogique de l’établissement tourné vers la maîtrise d’un instrument mais également la musique collective. Noël est une belle fête et l’occasion de faire entendre d’autres musiques, plus douces et remplies de magie. « On partage des moments de charme, sourit Frédéric Cibard. « C’est une période moins stricte, tournée vers les grands classiques éternels de Noël. » Avant les vacances, les élèves passeront une audition : une autre occasion d’aller au Conservatoire pour observer les progrès de chacun, encourager les élèves et profiter du spectacle !

Des jeux avec le Centre des métiers d’art

Non seulement il y aura de la musique au Noël des Solidarités mais également des jeux ! Pour la troisième année consécutive, le Centre des métiers d’art prépare avec ses élèves des ‘aumoa, ces pirogues miniatures. Le stand connait un tel succès qu’il n’est pas question de changer d’activité. « Les pirogues sont prêtes pour le jour J et chaque enfant a la sienne pour participer aux courses. S’il remporte deux courses avec le même ‘aumoa, alors il repart avec son embarcation ! », explique Hihirau Vaitoare, enseignante au Centre des métiers d’art. Les files sont longues lors de cette journée pour participer aux courses et espérer repartir avec son ‘aumoa. Le Centre fait d’une pierre deux coups : remettre au goût du jour les jeux d’antan grâce auxquels on s’initiait à la navigation avec ces pirogues miniatures et enseigner l’art de leur fabrication aux élèves. « La navigation était notre premier moyen de transport, l’histoire de la Polynésie est indissociable de la navigation », qui fait donc pleinement partie du cursus des élèves. « Ils devaient tenir compte de plusieurs paramètres pour fabriquer ces pirogues : les normes de la navigation doivent être respectées, si le ama (balancier) est trop près du tino va’a (corps de la pirogue), ça ne marche pas ; si c’est trop loin, ça ne marche pas non plus. Les voiles doivent faire une certaine taille », précise l’enseignante. Cent ‘aumoa ont été préparés pour l’occasion. Chaque élève est passé d’atelier en atelier pour tout apprendre : taille du pūrau, des mâts, des branches d’hibiscus pour les ‘īato, couture des voiles en tissu, et enfin l’assemblage de tous les éléments… L’occasion aussi de se plonger dans la langue tahitienne, car chaque élément qui compose la pirogue était nommé en tahitien et en français. Une fois les pirogues prêtes, des tests sur plan d’eau ont permis d’effectuer les derniers réglages. « Un vrai et long boulot », résume Hihirau Vaitoare. Mais qui autorise aussi « à replonger un peu en enfance  ! »

Carte blanche à l’école André Tschan pour le spectacle de Noël de TFTN

Le spectacle de Noël de la Maison de la culture sera signé cette année par Florence Yhuel, professeure de danse au centre André Tschan. Aucun thème ne lui a été imposé si ce n’est cet impératif : faire rêver le public avec la magie de Noël ! Florence Yhuel a choisi de présenter une création : « J’ai beaucoup discuté avec les enfants sur la représentation de Noël à Tahiti. Pour un Québécois par exemple, c’est la neige partout, mais ici, c’est quoi Noël ? Et j’ai petit à petit élaboré une histoire autour d’une petite fille, Iriatai, qui ne reconnaît pas Noël dans les images de la télévision : les grands magasins, la surconsommation… Elle fait donc une demande spéciale au père Noël : lui offrir l’essence même de Noël ! » Iriatai va donc poster sa lettre et quand celle-ci arrive à la poste du père Noël où s’activent tous les lutins, une alarme se met en route : c’est une demande extraordinaire et personne ne sait comment y répondre. Un lutin va donc être dépêché sur place, à Tahiti, pour rencontrer Iriatai. Tout se finira autour d’un grand repas, car pour Florence Yhuel, Noël c’est avant tout le partage : « Partager les repas, être ensemble, s’offrir du temps, fabriquer le calendrier de l’Avent en famille… Chaque Noël est propre à chaque famille. C’est le temps de la transmission, du partage, de la générosité. » Florence Yhuel avoue s’être bien amusée à la création du spectacle. « Je ne suis pas encore tout à fait au point sur certains tableaux, j’ai les idé.es qui foisonnent ! Au départ, je suis partie dans plein de directions différentes mais j’avais un objectif : sensibiliser les enfants aux valeurs de Noël et oublier un peu l’envie d’avoir des cadeaux. » La professeure et directrice de l’école de danse André Tschan aime particulièrement cette période de fin d’année qu’elle trouve remplie de magie et où on peut laisser son imagination vagabonder. La création lui a permis cette liberté : « Quand on reprend un conte connu, le public a forcément des attentes. Pour une création, on fait ce qu’on veut ! » Plusieurs univers sonores accompagneront les tableaux : classique, jazz… Pour les décors, des images de Madame Carotte seront projetées sur un grand écran led. Une trentaine d’élèves accompagnés de trois professeurs vont danser sur scène. Une petite fille de cinq ans va notamment jouer la patronne des lutins ! « On fait de la danse pour s’exprimer. Dès que tu as l’occasion de danser devant un public, cela prend tout son sens. C’est beaucoup de préparations pour un moment éphémère mais on se fait plaisir ! »

Noël avec les établissements culturels sera riche, solidaire et magique. Les événements du mois de décembre permettront de se faire plaisir, que ce soit en cadeaux avec les salons artisanaux ou en découvertes avec le spectacle de fin d’année de la Maison de la culture. Et il sera aussi solidaire avec une représentation du spectacle de l’école André Tschan et la journée au parc Paofai avec le Conservatoire et le Centre des métiers d’art, spécialement destinées aux enfants défavorisés. Enfin, comme à l’accoutumée, la Maison de la culture, en parallèle de son spectacle de Noël, lance une récolte de vêtements et de jouets en partenariat avec le Secours catholique.

(((Encadré)))

Pratique

Te Noera a te Rima΄i

• Du 6 au 24 décembre

• Parc exposition de Mamao

Salon de No.l d’artisanat d’art

• Du 19 au 24 décembre

• à l’assemblée de la Polynésie française

Noël ensemble

• Du 6 au 22 décembre

• Dans les parcs de Paofai et de Aorai Tini Hau

et à la présidence de la Polynésie française

• Journée des Solidarités le 7 décembre au parc Paofai

L’abécédaire de Noël, spectacle du Centre de danse André Tschan

• Vendredi 13 décembre au Grand théâtre

• Tarif unique : 1 500 Fcfp

• En vente sur place et en ligne

sur www.maisondelaculture.pf

• Plus d’infos au 40 544 544

ou sur FB Maison de la Culture De Tahiti

You may also like...