Hiro’a n°145 – Culture bouge : Pīna’ina’i, la guérison des maux par les mots

LA CULTURE BOUGE – Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui

ijZJ9XZc

Pīnáinái, la guérison des maux par les mots

Rencontre avec le chorégraphe et metteur en scène, Moana’ura Tehei’ura, membre de l’association Littérama’ohi et concepteur de Pīna’ina’i. Texte et photographie : Marie Camps (sauf mention)Véritablement ancré parmi les événements phares de la culture polynésienne, Pīna’ina’i revient pour une 9e édition qui devrait, cette année encore, ne pas laisser les spectateurs indifférents. Pour ce nouvel opus programmé les 19 octobre et 15 novembre, textes, danses, musiques et mise en scène s’entremêleront subtilement autour du thème délicat de la maladie : ma’i.

Après l’amour, la folie, la mémoire… le chorégraphe et metteur en scène, Moana’ura Tehei’ura, explore et expose la maladie, ma’i, dans le prochain spectacle Pīna’ina’i. «Ce thème a été choisi en concertation avec les membres de l’association Littérama’ohi. C’est un thème intéressant, car la maladie est multiple. On la prend au sens large. Il y a la maladie du corps, de l’âme, de l’esprit et même celle d’un peuple», relève Moana’ura Tehei’ura. Fidèle au concept initial de Pīna’ina’i depuis 2011, de privilégier la littérature d’auteurs autochtones, le chorégraphe met les arts de la scène à leur service. «Certains auteurs ont été sollicités, d’autres se sont proposés naturellement. La seule condition est d’être autochtone. Pour cette édition, il y aura des textes en mangarévien, en tahitien, en anglais et en français. Les auteurs ont une écriture complètement libre par rapport à l’exploitation de ce thème», insiste le metteur en scène. Même alliance du côté du compositeur musical, Jeff Tanerii, qui n’hésite pas à apporter quelques textures synthétiques d’aujourd’hui aux sonorités traditionnelles pour faire naître une composition en harmonie avec la contemporanéité du verbe.

Une expérimentation nouvelle

Transformées en milieu médical, les scènes du Paepae a Hiro et du Grand théâtre de la Maison de la culture seront, le temps de cette nouvelle édition de Pīna’ina’i, les témoins de la rencontre de personnes ordinaires, issues de strates sociales très différentes, que tout oppose de prime abord. Pourtant, elles partagent toutes, l’angoisse, la souffrance, le déni le silence, la peur de la maladie. Pour ce nouvel opus, le metteur en scène et chorégraphe s’est aventuré dans une expérimentation nouvelle en offrant aux acteurs-orateurs une implication inédite pour un rôle encore plus fort à jouer. «Habituellement, j’attribue des rôles, des personnages… Là, j’ai réuni les acteurs-orateurs et je leur ai demandé de réfléchir chacun dans leur coin sur les raisons de leur présence dans ce milieu médical afin qu’ils façonnent leur personnage. Ensuite, ils sont revenus, chacun avec des histoires dans lesquelles on peut tous se retrouver un jour. Un personnage est tombé dans l’ice, un autre fait de la médecine traditionnelle, un autre est insomniaque, un autre a perdu sa voix (…). Mais ensuite, j’ai attribué à ces personnages des textes correspondant aux traits de caractère de ceux qu’ils avaient créés», explique avec malice Moana’ura Tehei’ura. Ce judicieux «stratagème» a pour effet de rendre le bagage des acteurs plus lourd, accentuant ainsi encore un peu plus le poids de la maladie à porter.

«La maladie de l’identité»

Petit à petit, face à ce fardeau de la maladie, les langues vont se délier, les patients vont arrêter de se taire, ils vont se livrer, exorciser la gangrène, s’extérioriser en mettant des mots sur leurs maux. Surtout ils vont partager ensemble et retrouver leurs valeurs. «La maladie de l’identité est ce qui touche le plus notre peuple, le fait de ne pas savoir qui on est. Au fil des rencontres, les personnes vont revenir aux valeurs essentielles, qui sont le partage d’une culture identique», confie Moana’ura Tehei’ura.

 

Pratique

Deux représentations du spectacle Pīna’ina’i sont prévues :

• le samedi 19 octobre, à 18 heures pour une nuit magique autour du Paepae a Hiro de la Maison de la culture

• le vendredi 15 novembre, à 19 heures au Grand théâtre de la Maison de la culture dans le cadre du Salon du livre

• Entrée libre avec retrait des billets à Te Fare Tauhiti Nui

• Renseignements au 40 544 544 / www.maisondelaculture.pf• Page Facebook : Littérama’ohi / Maison de la Culture de Tahiti

 

You may also like...