Hiro’a n°145 – Culture bouge : Les hīmene rū’au vont résonner à la pointe Vénus

LA CULTURE BOUGE Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui

light-ta'urua

Les hīmene rū’au vont résonner à la pointe Vénus

Ta’urua Hīmene, c’est ainsi que se nomme cette année le festival dédié aux chants polyphoniques traditionnels. Pour cette cinquième édition, c’est à Mahina, sur le site de la pointe Vénus, que les voix et les chants d’autrefois résonneront le 26 octobre.Depuis 2015, les groupes de chants ont leur propre événement, qui leur permet de se retrouver en dehors du cadre du Heiva i Tahiti, grâce à un festival qui leur est totalement consacré. Cette année, pour la cinquième édition, cet événement unique prend le nom de Ta’urua Hīmene et met l’accent sur le rū’au– un hīmene très lent et mélodique – en passant par le ‘ūtē paripari. Les sept groupes qui participent cette année interprèteront trois chants : un rū’au traditionnel, un rū’au upa upa, accompagné d’instruments si les groupes le souhaitent et enfin le ‘ūtē paripari plus rythmé. Ici pas de notes, pas de classement, ni gagnant ni perdant, juste le plaisir de chanter et de communier avec le public. La Maison de la culture a souhaité, comme chaque année, s’appuyer sur l’expertise de Mama Iopa, qui a réuni autour d’elle un comité organisateur de qualité : Teio Rapae, Pierrot Faraire, Edwin Teheiura, Mike Teissier ou encore Dayna Tavaearii, tous ont répondu présent pour imaginer ce concert unique. Le choix des chants n’est pas la seule nouveauté cette année puisque, après avoir retenti dans les jardins de Paofai et au Grand théâtre de la Maison de la culture, c’est à Mahina, sur le magnifique site de la pointe Vénus, que ce festival a choisi de poser sa voix pour un concert à la belle .étoile. Du côté de la Maison de la culture, on se réjouit de proposer un événement culturel hors de la capitale : «Le maire de Mahina a tout de suite adhéré au projet et le site de la pointe Vénus, totalement réaménagé, se prête tout à fait à cet événement. C’est l’occasion de peut-être toucher un public différent, qui ne se déplace pas forcément à Papeete pour les événements culturels», souligne Vaiana Giraud, en charge de la communication à la Maison de la culture. Les livrets édités par la Maison de la culture avec les chants et les traductions seront par ailleurs distribués dans les écoles de la commune pour que les enfants puissent apprendre les chants et travailler dessus avec leurs enseignants.Enfin, cette année, pas d’ateliers pour le public, mais la possibilité pour chacun de venir à 16 heures pour la répétition du chant final, un hīmene ‘āmui écrit par Mama Iopa, fidèle au poste. Tous pourront l’entonner en chœur en clôture du festival.

 

Pratique

Ta’urua Hīmene – concert de chants polyphoniques• Samedi 26 octobre, à 18 heures

• Découverte et apprentissage du hīmene ‘āmui à partir de 16 heures

• Entrée libre

• Pointe Vénus – Mahina

• Renseignements au 40 544 544

• www.maisondelaculture.pf

• Page Facebook : Maison de la Culture de Tahiti

 

Les groupes présents

  • Tamari’i Teahupo’o – Laiza Tanematea
  • O Faaa – Pascal Mauahiti
  • Tamarii Mahina – Moeata Arai
  • Natiara – Tefa’aora Benjamin Colombaniet Moeava Grand
  • Tamanui apatoa no Papara – Joseph Tarina et Timiri Hatitio
  • Tamari’i Rapai Tahiti – Pierrot et Tamata

You may also like...