Hiro’a n°144 – Dossier : To΄atā accueille les grandes voix polynésiennes des années 1980 pour un concert unique

Maison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui

Rencontre avec Vaiana Giraud, responsable production et communication de la Maison de la culture, Marae Lo-Wing, chargée de projets culturels à la Maison de la culture, Bruno Demougeot, chef d’orchestre, et les chanteuses Maire Tavaearii, Élise Tahua, Maruia ainsi que Maeva, Malou et Kare du groupe Tefafano Sisters. Texte : Lucie Rabréaud – Photos : DR.

To΄atā accueille les grandes voix polynésiennes des années 1980 pour un concert unique

Après les concerts To΄are consacrés à la scène polynésienne montante, voici les concerts Tu΄iro΄o dédiés aux artistes polynésiens de renom. Cet événement annuel doit permettre aux célébrités polynésiennes d’accéder à To΄atā. Pour cette première édition, place aux femmes et à ces voix inoubliables qui nous ont accompagnés dans les années 1980.

DSCF0475

To΄atā : une scène musicale prestigieuse qui accueille l’ensemble des artistes d’envergure internationale en concert à Tahiti et, dans une bien moindre mesure… les artistes polynésiens.  Le ministère de la Culture a souhaité remédier à cette situation en initiant un nouveau concept d’événement musical : le concert Tu΄iro΄o. L’événement, produit par la Maison de la culture, permettra aux artistes polynésiens de renom de monter sur la scène de To΄atā. La location de cet espace, en incluant les prestations techniques, représente un coût non négligeable, auquel s’ajoutent inévitablement d’autres frais d’organisation afférents à la communication et la promotion autour de l’événement, la billetterie, et évidemment, tout le travail artistique du spectacle lui-même. Finalement, peu d’artistes polynésiens peuvent assumer ces coûts de production et porter une telle organisation par leurs propres moyens. En effet, à quelques exceptions, on retrouve généralement nos grands talents musicaux dans les bars, restaurants, hôtels ou cafés, ou encore au Grand Théâtre.

Inauguré en 2000 pour accueillir notamment les festivités du Heiva i Tahiti, l’aire de spectacle à ciel ouvert est devenue une scène réputée : elle peut accueillir 3 200 personnes en places assises réparties sur trois tribunes et jusqu’à 6 000 en comptant la fosse. Les concerts Tu΄iro΄o, produits par la Maison de la culture, à la demande du ministère de la Culture, seront donc de véritables opportunités pour ces artistes de renom d’accéder à la plus grande scène de Polynésie, dans des conditions de préparation dédiées et tout en percevant un cachet de prestation. Le tarif pour le public restera abordable afin de faire de l’événement un rendez-vous populaire et familial.

Les tubes des années 1980

La première édition se déroulera ce 6 septembre et sera 100 % féminine puisque l’affiche réunit les voix féminines polynésiennes des années 1980. Les Tefafano Sisters, Maire Tavaearii, Elise Tahua et Maruia se partageront la scène et reprendront leurs tubes : Tiare o te fenua, Une île bordée de bleu, Moemoea, etc. Bruno Demougeot, professeur de piano et coach vocal, sera le chef d’orchestre et le metteur en scène du spectacle : « Elles vont reprendre tous leurs tubes, ces chansons qui passaient en boucle dans les années 1980, on va les entendre et voir les artistes sur scène. C’est vraiment un événement à ne pas rater ! » Lui-même a grandi au rythme de leurs célèbres chansons, bercé par tout l’univers des années 1980 et 1990. « Ce sont toutes des grandes dames de la musique ! Je connais tous leurs titres. » Pour lui, ces anciennes chansons ont toute leur place sur la scène de To΄atā, car les tubes d’aujourd’hui en découlent. Il ne sera pas question de donner une impression de déjà-vu ou de tomber dans la nostalgie, mais plutôt d’entonner ensemble ces chansons qui ont rythmé une époque. Ce sera un véritable moment de partage durant lequel la parole sera donnée au artistes pour revenir sur leurs parcours et, pourquoi pas, livrer au public quelques anecdotes insolites. Il y aura aussi des surprises artistiques avec des duos ou des trios. « Ce sont des artistes qu’on ne voit plus beaucoup, elles sont heureuses de revenir sur scène et de chanter pour la première fois ensemble », explique-t-on à la Maison de la culture. Des chanteuses emblématiques pour cette première édition des concerts Tu΄iro΄o !

L’événement se veut populaire et les organisateurs espèrent voir le public venir en famille pour écouter des tubes et, bien sûr, les entonner tous en chœur !

Maire Tavaearii : « To΄atā, c’est un cadeau »

Maire Tavaearii est née à Raiatea à la fin des années 1960. Elle démontre rapidement ses qualités vocales dans les concours de chants organisés par les confessions religieuses de l’île en gagnant des prix pour ses interprétations. Elle fait partie du groupe de Bobby Holcomb : les Big Boys et participe à de nombreux concerts ainsi qu’à la création de deux albums. Elle chante aussi avec Angelo lorsqu’il rejoint le groupe. Elle enregistre son premier album à quatorze ans, Ta maua teura, et pendant plusieurs années, elle va enchainer les succès. Certains voient en elle « une des plus belles voix de Polynésie ». Elle va animer les scènes de Papeete : le Royal, l’hôtel Maeva Beach Sofitel… En 1987, avec Patrick Noble, ils sont élus « meilleurs chanteurs de l’année ». En 2001, elle part en tournée avec Guy Laurens comme chanteuse leader du groupe Fenua. Son dernier album, Fenua Metua, est sorti en 2017. Pour elle, cet événement à To΄atā est « un cadeau » : « C’est une grande opportunité de pouvoir fouler cette scène. C’est énorme ! Ce n’est pas tout le monde qui y a accès. J’ai hâte et déjà avec les filles, nous partageons de bons moments en répétitions. Nous sommes déjà en symbiose. »

Ses tubes : Petit nuage, A tuu mai i te here, L’innocent

Les Tefafano Sisters : « On a la musique dans le sang »

Maeva, Malou et Kare sont les fameuses Tefafano sisters. Leur carrière a commencé grâce à Malou qui gagne en 1988 le concours de chant organisé par Gabilou, intitulé A la découverte d’une étoile. Avec leur musicien, Julien Teremate, elles commencent alors à chanter, répéter et enregistrent un album. « C’était des cassettes à l’époque ! Mais je ne sais pas si on peut encore trouver la première que nous avons sortie… » se demande Maeva, qui se souvient de ces années. « On aimait et on aime toujours chanter ensemble. Nous sommes une famille de chanteurs. » Parmi les onze enfants, ce sont Maeva, Malou et Kare qui s’entendent pour former ce trio. Les albums et les tubes se succèdent dans les années 1990. Et même si aujourd’hui, elles ne montent plus sur scène, la musique est toujours une passion : « On a ça dans le sang. » On peut encore les entendre à l’église ou bien sur To΄atā lors du Heiva où chacune chante pour des groupes de danse. Pour ce concert, elles se disent contentes, stressées et enthousiastes !

Leurs tubes : Le Transistor, Fara Ute Rea, Manavaru

Élise Tahua : « Ici, on joue avec le cœur ! »

C’est encore le concours de chant organisé par Gabilou, A la découverte d’une étoile, qui va propulser la carrière d’Élise. Elle y participe et gagne alors qu’elle a dix-huit ans. Nous sommes à la fin des années 1980. Déjà le chant fait pleinement partie de sa vie : avec sa famille, ils ont fondé un orchestre et animent des soirées. Après le concours, elle est sollicitée pour d’autres prestations. Elle va enregistrer six albums et passera plusieurs années à animer les soirées à l’InterContinental. « J’ai pris beaucoup de plaisir dans ces soirées, car l’hôtel était un lieu de rencontres. J’ai fait la connaissance de musiciens internationaux qui venaient à Tahiti en vacances. Tous s’étonnaient de nous voir animer toute la soirée sans partition ! Je leur disais : ‘bienvenue, ici, on joue avec le cœur ! », rigole-t-elle. Le concert des artistes lui donne déjà beaucoup d’émotions : « On remonte sur scène ! Je vais retrouver mon public que je n’ai pas vu depuis des années. Ça me bouleverse et ça me fait plaisir. »

Ses tubes : Vaitape i nunue, Tane Manu, Tiare Maohi

Maruia : « Un plaisir de partager la scène avec d’autres artistes polynésiennes »

C’est à l’âge de sept ans que Maruia commence à chanter. Elle accompagne sa maman à l’église et découvre qu’elle aime particulièrement chanter. Sa mère l’inscrit à des concours de chants dans les districts, mais c’est au concours de la jeunesse territoriale en 1990 qu’elle est repérée par un producteur. Tous les gagnants enregistrent un album : La Nouvelle génération, sur lequel elle chante Aide-moi. Mais c’est son album Vaiari Vaiari avec le titre éponyme qui lancera sa carrière. Elle a sorti quatorze albums jusqu’en 2006 et anime des soirées dans les hôtels, accompagnée d’un orchestre. Ce qu’elle continue encore de faire : soirées dans les hôtels ou soirées privées. Elle est déjà montée sur To΄atā avec Gabilou et a hâte d’y retourner : « Je suis contente, car nous n’avons pas souvent l’occasion de monter sur cette scène. C’est un plaisir de chanter nos tubes d’antan et de partager la scène avec d’autres artistes polynésiennes que je connais bien ! »

Ses tubes : Une île bordée de bleu, Kua Makona, Vaiari Vaiari

« J’ai leur musique dans la peau »

Bruno Demougeot, professeur de piano et coach vocal, sera le chef d’orchestre et le metteur en scène de cette première édition du concert Tu΄iro΄o. Après s’être forgé sa propre expérience musicale, il est devenu incontournable, que ce soit pour l’ancienne génération ou la nouvelle !

Comment la passion pour la musique est-elle née ?

J’ai commencé la musique à l’âge de huit ans. J’ai suivi un parcours classique en apprenant le piano et aussi religieux en étant chanteur puis chef de chœurs dans les chorales de ma communauté. J’ai pris des cours avec des pointures du territoire et puis je me suis fabriqué mon propre studio d’enregistrement chez moi, au fond du quartier de Tipaerui. J’ai composé des musiques pour des chorales, des jingles pour la radio. Je m’inspirais des musiques des États-Unis et d’ailleurs. Je crois que ce mélange de culture m’a beaucoup influencé. Tout seul dans mon studio, je travaillais sur toutes ces musiques différentes. J’ai aussi accompagné les artistes locaux sur scène comme Tapuarii Laughlin, sa sœur Sabrina, Gabilou à l’Olympia… Je suis complet dans tous les registres musicaux ! Je suis aujourd’hui le chef d’orchestre pour Nescafé Star et celui du concert des artistes.

Que penses-tu de l’affiche de cette première édition du concert Tu΄iro΄o ?

J’ai grandi avec la musique de ces femmes ! J’ai leur musique dans la peau, je connais tous leurs titres. C’est la musique tahitienne des années 80… A l’époque, ce que ces artistes ont apporté était nouveau. Avant, nous entendions beaucoup de ΄ukulele et de percussions et c’était tout. Ces artistes ont apporté leur propre touche, des chansons modernes qui ont évolué petit à petit. C’était la belle époque à ce moment-là : les cassettes et les albums se vendaient bien, les artistes pouvaient vivre de leur musique. Ils sortaient plein de compositions, ça n’arrêtait pas !

Quelle est la différence entre les musiques des années 1980 et celles d’aujourd’hui ?

La mentalité a beaucoup changé. Avant, c’était l’âme qui parlait, les textes étaient importants. On s’amusait aussi. Aujourd’hui, seul le rythme compte, on écoute moins les paroles. Ces anciennes chansons qu’elles nous ont laissé sont une force : elles racontent des histoires. C’est important de pouvoir encore écouter ces tubes. La culture passe par la musique. On a tendance à oublier que tout ce qu’on a aujourd’hui vient d’hier.

Toi-même tu es de la nouvelle génération, tu as une place à part dans cet événement ?

J’ai l’impression d’être au milieu de deux générations. Nous ne sommes pas beaucoup à pouvoir faire le lien et j’en fais partie. Nous avons fait le choix des chansons ensemble, je m’occupe des relations entre le staff de la Maison de la culture et les artistes et de la mise en scène. C’est un travail d’équipe ! Je serai aussi sur scène où je dirigerai l’orchestre, tout en étant au piano.

Composition de l’orchestre :

Bruno Demougeot, au piano et chef d’orchestre

Roger Tetuanui, à la guitare

Fariki Mai, à la basse

Hans Faatauira, aux percussions et ukulele

Joseph Lai, à la batterie


Pratique

Le concert Tu΄iro΄o sur la scène de To΄atā vendredi 6 septembre

Tarifs : 1 500 Fcfp / adulte et 1 000 Fcfp / enfant

Billets en vente sur place et en ligne sur www.maisondelaculture.pf

Renseignements au 40 544 544

You may also like...