Hiro’a n°142 – Le saviez- vous ? L’ascension américaine du mont Aora΄i

Service du patrimoine archivistique et audiovisuel (SPAA) – Te piha faufa’a tupuna

Rencontre avec Sébastien Damé, responsable du département du patrimoine audiovisuel multimédia Internet au sein du Service du patrimoine archivistique et audiovisuel.

Texte : à partir de l’étude de Robert Veccella et des extraits de l’ouvrage de Wilkes Charles, Narrative of the United States’ Exploring Expedition during the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842, Condensed and Abridged, édité à Londres en 1845 chez  Whittaker and Co. – Photos : droits réservés SPAA – Archives PF

 

 708-z6-personnages et appareil photo sur le mont Aorai

 

L’ascension américaine du mont Aora΄i

 

Troisième plus haut sommet de Tahiti, le mont Aora΄i a fait l’objet d’une expédition scientifique américaine en 1839. Son ascension est relatée pour la première fois par l’explorateur Charles Wilkes, dans un ouvrage intitulé Narrative of the United States’ Exploring Expedition during the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842, Condensed and Abridged.

 

Si le mont Aora΄i, à Tahiti, est le troisième plus haut sommet de l’île (2066 m), il n’existait vraisemblablement aucun écrit le concernant jusqu’en 1839, date à laquelle l’officier et explorateur de la marine américaine Charles Wilkes[1] décide de faire le récit de l’ascension par ses co-équipiers. Ces hommes arrivent en septembre 1939 à Tahiti dans le cadre d’une expédition à caractères scientifique et cartographique commandée par le secrétaire à la Marine des États-Unis. L’explorateur est le commandant de la United States Exploring Expedition (1838-1842) composée de six navires[2]. Relevé des ports, cartographie des côtes, mais aussi mesure des plus hauts sommets de Tahiti sont au programme…

C’est ainsi qu’une expédition est organisée pour l’ascension du mont Aora΄i comme le raconte Charles Wilkes dans son ouvrage qui semble très précis, bien que comportant quelques contradictions. Le point de départ mentionné du circuit emprunté par l’équipe, est « à l’arrière de Papeete », mais l’ascension se fait en réalité par la crête qui part du col du Tahara΄a plus communément appelée « cité Jay ». La descente, elle, se fait par une autre crête, le chemin actuellement emprunté pour atteindre le mont Aora΄i, depuis le Belvédère, à Pirae. Voici quelques extraits du récit :

« Après le départ du Vincennes, un groupe du Peacock, composé de M. Dana[3] et de quelques autres personnes, a obtenu du capitaine Hudson l’autorisation de partir pendant cinq jours, avec le projet de gravir le mont Aora΄i. Ils ont commencé l’ascension immédiatement à l’arrière de Papeete[4] et, à midi le deuxième jour, ils avaient atteint une altitude de 1 524 mètres, où ils se trouvaient sur une plate-forme d’environ douze pieds carrés[5] ; de là, ils avaient la vue sur la vallée de Matavai[6] à l’est, 600 mètres plus bas ; à l’ouest, ils surplombaient la vallée de Toanoa[7], une gorge d’environ 300 mètres de profondeur ; au sud, la plate-forme sur laquelle ils se trouvaient, était reliée par une étroite crête au mont Aora΄i, qui n’était apparemment pas très loin devant eux. À cet endroit, ils ont été obligés d’y passer la nuit en raison d’un brouillard qui les enveloppait. Les guides ne voulaient pas les conduire plus en avant, refusant d’avancer sur le dangereux chemin jusqu’à ce que les nuages disparaissent.

 Le lendemain matin, le temps était clair et ils poursuivirent leur progression le long d’une crête d’une largeur maximale de 60 à 90 centimètres, avec de chaque côté un précipice de 600 mètres. De cette crête, en regardant vers le sud, le mont Aora΄i semblait être un sommet conique ; mais à son approche, il s’est avéré que c’était une paroi verticale. Le seul accès était un sentier étroit, avec de chaque côté des précipices, qui surpassait en pente ceux qu’ils avaient déjà franchis. La largeur de la crête dépassait rarement 60 centimètres ; et dans certains cas, ils s’asseyaient dessus à califourchon, ou étaient obligés de se mettre à quatre pattes pour traverser les broussailles. Enfin, ils atteignirent le sommet, où ils trouvèrent à peine de la place pour se retourner. La crête ne se prolongeait que sur une courte distance et était ensuite coupée par la vallée de Punaauia[8].

Du sommet d’ Aora΄i [9], ils avaient une vue magnifique; au sud, elle fut rapidement délimitée par les pics d’Orohena[10] et de Pitohiti[11], dont les versants escarpés s’élevaient de la vallée située au-dessous d’eux ; à l’est, ils avaient la succession de crêtes et de gorges qui caractérisent les paysages tahitiens ; à l’ouest, Mo΄orea [et Tetiaroa][12] se détachaient à l’horizon de la mer par une série de crêtes déchiquetées ; au nord, ils dominaient la plaine parsemée de bosquets de cocotiers et d’orangers ; et sur le port, avec ses navires et les récifs de coraux qui l’entourent.(…) »

Charles Wilkes précise dans son récit que peu de Tahitiens à l’époque se sont rendus au sommet, ces derniers s’arrêtant généralement à hauteur des zones fruitières. Plus haut le passage est difficile d’accès et l’eau rare. « Le manque d’eau qui, après quelques jours de temps sec, se fait rare même dans les vallées élevées, était une contrainte supplémentaire. Il est recommandé aux futurs voyageurs qui se rendent dans les montagnes de Tahiti de prendre des dispositions pour pallier cet inconvénient. Le groupe était tellement affligé que de profiter de la rosée sur les feuilles était comme un luxe. »

Cette ascension permet également de lever le voile sur la nature géologique de l’île : « M. Dana a signalé que la visite à Aora΄i avait définitivement conclu un point discutable de l’origine géologique de l’île. Il n’a trouvé sur son sommet ni coraux ni « coquilles à vis » », souligne dans ses écrits Charles Wilkes.

 

[1] 1798-1877

[2] Le Vincennes, corvette de 780 tons, le Peacock, corvette de 650 tonnes, le Porpoise, brig-armé de 230 tonnes, le Sea-Gull, Goélette de 110 tonnes, le Flying-Fish goélette de 96 tonnes et le Relief, un trois-mâts armé de ravitaillement de la marine, 470 tonnes. (D’après Wilkes Vol 1 1845 p1) Cette expédition a pour objectif l’exploration de l’océan Antarctique, mais une fois la mission terminée, les navires ont poursuivi l’exploration des terres rencontrées jusqu’à leur retour aux États-Unis.

[3] James Dwight Dana (1813–1895) est un scientifique américain qui a fait partie durant 4 ans de l’expédition comme géologue et minéralogiste (Encyclopædia Britannica, Volume 28, 1911 p793)

[4] Cette indication semble en contradiction avec la suite de l’ascension. [NDLR]

[5] Cette surface semble trop petite. [NDLR]

[6] Vallée de la Tuauru. [NDLR]

[7] Vallée de la Nahoata. [NDLR]

[8] Vallée de la Punaruu

[9] 2066 mètres d’altitude. [NDLR]

[10] 2241 mètres d’altitude. [NDLR]

[11] 2110 mètres d’altitude. [NDLR]

[12] L’atoll de Tetiaroa n’est pas l’ouest mais au nord sans montagne. [NDLR]

You may also like...