Hiro’a n°139 : Culture bouge : La délicatesse de l’infiniment petit

Service de l’artisanat traditionnel (Art) – Pu ohipa rima’i

Rencontre avec Iaera Tefaafana et Jacques Tarina, respectivement vice-présidente et président de la fédération “Vahine Vaero Rimatara”.

 

Texte et photos : Meria Orbeck

 

Le tressage et la sculpture miniaturisés sont un art qu’on avait presque oublié à Rimatara. C’était sans compter sur les artisans de la fédération Vahine Vaero Rimatara qui ont choisi de le remettre au gout du jour à travers une exposition, du 18 au 26 mai, dans la salle annexe de la mairie de Papeete.

 

La fédération des artisans “Vahine Vaero Rimatara” organisera une exposition qui se tiendra dans la salle annexe de la mairie de Papeete, du 18 au 26 mai. Cet événement aura pour thème le tressage et la sculpture miniaturisés. Ce ne sont pas moins de vingt-cinq exposants qui y participeront, tous originaires de Rimatara, dont deux artisans qui proposeront des sculptures.

 

Le tressage miniature était pratiqué anciennement par quelques artisanes de l’île. Il se caractérisait par l’utilisation de bandes de pandanus extrêmement fines. Mais il a été peu à peu délaissé et a finalement disparu.

 

L’idée de remettre cet art au goût du jour vient d’une formation dispensée, il y a deux ans, par Hiro Ou wen, sculpteur et graveur sur nacre. À l’initiative de la fédération, il avait formé des artisans sur la sculpture sur bois, en travaillant notamment sur la finesse des motifs et la petite taille des sculptures. C’est à la suite de cette formation que les artisanes de l’île se sont souvenues que les anciens réalisaient les tressages miniatures. Ensuite, l’idée d’associer ces deux arts a coulé de source. “Depuis l’année dernière, on s’est dit qu’il fallait qu’on relance le tressage miniature en 2019 et qu’on organise une exposition sur ce thème”, nous explique la vice-présidente de la fédération Iaera Tefaafana.

 

Ainsi, depuis un peu plus d’un an, la fédération a mis en place un règlement intérieur qui fixe les critères de réalisation des miniatures, en tressage comme en sculpture. Il s’agit de respecter à la fois la petite taille des objets réalisés et également la finesse des bandes de pandanus ou des motifs entrant dans leur composition. “Les bandes de pandanus doivent avoir une largeur comprise entre un et deux millimètres et les objets doivent mesurer entre huit et quinze centimètres de hauteur. En sculpture, les objets ne doivent pas dépasser huit centimètres de haut et les motifs sont des Tuha’a Pae”, nous révèle Iaera Tefaafana. Le constat que fait la vice-présidente quant à la pratique du tressage en miniature nous donne un aperçu des difficultés rencontrées : “ Depuis janvier, on s’entraîne pour atteindre les deux millimètres. Les paniers qui sont ici (voir photos) ont des bandes de deux et demi à trois millimètres, Il faut qu’on travaille encore !” Selon Iaera, la difficulté réside dans la dextérité mais également dans l’attitude : “Nous avons tellement l’habitude de travailler sur des bandes plus larges qu’on veut aller vite. C’est psychologique ! Mais avec la miniature, on doit tout repenser et laisser de côté notre manière de travailler. La motricité des doigts est différente alors on travaille plus lentement. Il faut prendre son temps et le résultat vient après.” Les objets présentés ici nous donnent un avant-gout tres intéressant de ce qui sera exposé dans un mois : un travail tout en finesse et minutie. L’exposition de mai offrira la possibilité à ceux qui le souhaitent de participer à deux concours, chacun organisé sur deux journées : un concours de sculpture et un concours de tressage, tout en miniature, bien entendu…

 

Pratique

  • Exposition “Sculptures & tressages miniaturisés”
  • du 18 au 26 mai de 8h a 17h
  • Salle annexe de la mairie de Papeete
  • Contact : Iaera Tefaafana au 87 759 017

You may also like...