Hiro’a n° 136 – 137 : Le riche travail de Michel Charleux intègre les réserves de la DCP

 

 

136-137 trésor de Polynésie EiaoEn 2010, Michel Charles, archéologue, effectue deux missions sur l’île d’ciao aux Marquises au cours desquelles seront réalisées de nombreuses découvertes. Décédé en octobre dernier, ce passionné de la Polynésie avait décidé de confier son travail à la Direction de la culture et du patrimoine. C’est désormais chose faite…

Michel Charleux était un amoureux de la Polynésie française. Archéologue passionné,ilamenédiversesmissionsàEiao, îleinhabitéedesMarquises.Lapremière remonteà1987maisilyretourneraplusieursfoisen2007et2010.«Jesavaisl’île riche,quasimentinexploréeet…personne nevoulaityaller.L’idéedetravaillersurune îleaussidifficilemeplaisait»,confiait-ildans leHiro’an°40dejanvier2011.Àl’époque, l’archéologue venait d’accomplir ses plus importantesmissionssurcetteîlesituéeà 1400kmdePapeete.Enmaietseptembre 2010, ce spécialiste et son équipe menèrent diverses opérations de fouillessur l’îleetfirentdenombreusesdécouvertes.

«àl’époquepré-européenne(avantleXVIIIe siècle), Eiaoétaitunimportantcentrede fabricationd’outillages–herminettes,penu, perçoirs,grattoirs,etc.–dufaitdel’excellentequalitédesonbasalteàgrainfin.Par ailleurs,ilfautsavoirquechaquevolcan émetdeslavesdontlacompositionunique chimiqueconstitueunevéritablesignature. LestravauxdeWeisler, RolettetdiPiazzaont permisdedécouvrirquedesoutilsfabriqués àEiaoavaientétéexportésdanstoutesles Marquises,etaussiloinqueMoorea,MangarevaetmêmeKiribati,àplusde2500kmde Eiao!»Durantcettemission-,soutenueen grandepartieparlaDCPetl’universitéde Polynésie française (UPF)-, l’archéologue a recensé de nouveaux paepae, despavages etdesateliersdetaille.Ilmettraégalement àjourunefossededéjectionsetrapporteraplusde25000éclats.

Un précieux travail 

Unevingtainedesitesconstruitsontainsi été débroussaillés, nettoyés, cartographiés et photographiés. Plusieurs autres, nouveaux,ontégalementétédécouverts dont un de 1 000 m2et deux de 700m2. Durantcesopérations,denombreuxrestes d’outilsont été géopositionnés parGPS ousurlessitespuiscollectés.Ébaucheset fragments d’herminettes, d’éclatsretouchés, de pièces originales de natureinconnue…autantd’élémentsquidoivent encoreêtreanalysésafindedéterminer la typologie et la datation del’outillage. Malheureusement, Michel Charleux ne serapluslàpourdécouvrirlesrésultats; l’hommenousaquittésenoctobre2018 àl’âgedesoixante-treizeans.Avantson décès, l’archéologue avait néanmoins fait part de son souhait de confier ses découvertes à la Direction de la culture etdupatrimoine.Aujourd’hui,c’estchose faite…Avecl’autorisationdedesafamille, la collection lithique d’Eiao et les nombreusesnotesadésormaisrejointlaDCP. Grâceàlagénérositéetl’inestimabletravaildecethomme,quiadédiésavieàses recherches archéologiques sur les terres polynésiennes, les fonds sur l’îled’Eiao vont considérablement s’enrichir et permettrederenouvelerl’étatactueldenos connaissancessurcetteîle.Desonvivant, Michel Charleux avait également partagé sonsouhaitdefaireinscrirel’îleaupatrimoinemondialdel’Unesco.« Eiaoprésente toujoursungrandintérêtarchéologiqueet unevaleurpatrimonialeetrégionaleunique, déclarait-il en 2011 au magazineHiro’a, c’estpourquoijepensesincèrementquel’île devraitfairel’objetd’unclassementaupatrimoinemondialdel’Unesco.»Unvœuqui, peut-êtreunjour,seraexaucé… 

Note :

Toutes les notes de Michel Charleux n’ont pas encore fait l’objet d’un tri particulier. La DCP dispose d’une cinquantaine de contenants (bacs, cartons et boîtes en plastique) dans lesquels sont entreposés divers objets. Une prestation vient d’être réalisée afin d’établir un premier inventaire de ces contenants.

You may also like...