N°134 – Deux expositions pour mettre en avant les artistes polynésiens

 

Centre des métiers d’art (CMA) – Pu Ha’api’ira’a toro’a rima’i134 - Culture bouge - Expos CMA24131090_1718092504919841_771202291775518775_n1

 

Rencontre avec Viri Taimana, directeur du Centre des métiers d’art et Tokainui Devatine, enseignant en histoire et civilisation polynésiennes au CMA. Texte : Lucie Rabréaud.

 

Le Centre des métiers d’art présente deux expositions en ce mois de novembre. La première, Langues, est consacrée aux travaux d’élèves et se déroulera dans le cadre du le salon du livre et la deuxième, Tapa’o, aux créations d’anciens élèves et de professeurs du CMA.

 

Les élèves et les professeurs du Centre des métiers d’art présentent ce mois-ci leurs créations dans deux lieux différents. La première exposition se déroule pendant le salon du livre, organisé par l’association des éditeurs de Tahiti et des îles, en partenariat avec TFTN, du 15 au 18 novembre à la Maison de la culture. Les créations exposées sont celles des élèves du Centre des métiers d’art. Tous devaient définir l’œuvre qu’ils allaient présenter. Les supports sont libres, les élèves choisissent ce qui les inspire. Ces œuvres sont disposées sur le lieu du salon, à différents endroits. Aux visiteurs d’être attentifs et curieux et de trouver chaque création au détour des stands et des lectures. L’art est partout et ce genre d’événement permet des rencontres entre les différents arts, entre les différents artistes et leurs préoccupations et inspirations. Si le salon du livre promeut la littérature et les écrivains océaniens, il met aussi en avant d’autres arts : la performance, la réalisation, le conte, la danse et le spectacle… Pour l’association des éditeurs de Tahiti et des îles, « le salon du livre est un rendez-vous où se côtoient des artistes, où se croisent dans un esprit de rencontres et d’échanges conviviaux, poètes, auteurs, conteurs, chercheurs, passionnés… » Exactement l’esprit du Centre des métiers d’art.

Ce n’est pas la première collaboration du CMA au salon du livre. En 2011, les élèves avaient installé des indices dans la ville pour le Parcours d’exploration nature, un jeu de piste à travers Papeete, une des animations phares de cette édition. Les années suivantes, ils n’avaient pu renouveler l’expérience, faute de temps. Cette année, le CMA est donc de nouveau présent. L’établissement aime particulièrement ces échanges et ces rencontres. D’ailleurs, chaque événement culturel est l’occasion de montrer le savoir-faire des professeurs et des élèves. « Nous soutenons les événements culturels. On intervient partout où les personnes ont besoin de nous. Nous mettons les artistes polynésiens en avant. C’est notre façon de travailler : ouvert sur les expressions d’aujourd’hui », souligne Tokainui Devatine, enseignant en histoire et civilisation polynésiennes au CMA. Les installations du salon du livre font partie des « devoirs » des élèves. Ils sont notés sur leurs travaux. D’ailleurs, si tous participent, seuls les meilleurs sont sélectionnés pour être exposés au salon. Ensuite, c’est une évaluation en direct : « Devant le public ! Quoi de mieux que la réception des œuvres par le public pour évaluer les élèves ? Il n’est pas possible de tricher », explique Tokainui Devatine.

Cultiver l’ouverture d’esprit

Le thème retenu est celui du salon : Langues. Les élèves se sont plongés dans les livres pour trouver l’inspiration. Au Centre des métiers d’art, les étagères sont remplies d’ouvrages sur l’Océanie, les langues du Pacifique et d’ailleurs, sur l’art, sur l’histoire de la Polynésie. Le salon du livre est l’occasion pour eux de découvrir d’autres histoires… Le CMA ne pose aucune barrière à l’expression artistique. Les élèves trouvent une idée intéressante, s’y accrochent, l’explorent et la transcendent. « La langue et l’écriture sont de la matière première. Ils lisent et ils doivent lire encore plus pour nourrir leur travail. » Cette exposition les amène aussi à d’autres arts, à d’autres artistes, à d’autres messages. Ces échanges de points de vue cultivent l’ouverture d’esprit et l’envie d’aller plus loin.

Les anciens élèves et professeurs à l’honneur

La deuxième exposition concerne des anciens élèves et des professeurs. Chaque année, leurs travaux et plus généralement la création contemporaine sont mis en avant à plusieurs reprises. Aucune thématique n’est imposée, chaque artiste porte ce qui le touche, ce qu’il veut dénoncer ou simplement montrer. « Ces expositions permettent aux professeurs de rester dans une recherche constante de créativité et de travail qui va nourrir la formation. C’est important que les enseignants restent dans cette dynamique de création, ils sont ainsi pleinement intégrés à ce qu’ils disent aux élèves. On le vit. Cela donne aussi des pistes de réflexion dans le travail et de la cohérence à la formation », estime Tokainui Devatine. Une quinzaine d’artistes vont proposer leurs œuvres sur toutes sortes de supports, du numérique au bois, en passant par la nacre. C’est aussi l’occasion d’expérimenter d’autres supports et certains ont un tel succès qu’ils deviennent des matières du cursus de formation. L’exposition des anciens élèves et des professeurs fait avancer l’art contemporain, son expression et sa formation. « Les artistes montrent ce qu’il y a de plus actuel dans ce que porte le monde polynésien au niveau des arts visuels », assure Tokainui Devatine.

De manière générale, le Centre des métiers d’art se pose en référence de l’art contemporain polynésien. «  L’art contemporain polynésien est porté par le CMA et par personne d’autre. La place n’est pas vacante. Le centre est ancré dans l’expression contemporaine et ce n’est pas de l’artisanat. » L’établissement multiplie les événements et les expositions. « Le CMA est un peu l’endroit où il faut être, un lieu d’accueil, un carrefour de rencontres entre les artistes. » Les professeurs du CMA souhaitent « bousculer les représentations », surtout du côté des décisionnaires pour qu’ils perçoivent l’établissement comme le lieu de la création contemporaine polynésienne. Avec ces différentes expositions mais aussi tout le travail du Centre des métiers d’art dans son ensemble, les élèves et les professeurs nourrissent la mémoire collective. « L’idée est de faire des élèves des porteurs de patrimoine. » Les pièces des élèves alimentent un fonds d’art contemporain qui trouvera sa place dans le futur centre culturel.

 

Pratique

  • Expositions des élèves du CMA au Salon du livre – « Langues »

Du 15 au 18 novembre à la Maison de la culture.

  • Exposition des anciens élèves et des professeurs – « Tapa’o »

À partir du 13 novembre, au Centre des métiers d’art

Une projection de The Pa Boys et une rencontre avec le réalisateur, Himiona Grace, sont programmées le 13 novembre au CMA, à 18h30, en ouverture de l’exposition.

+ d’infos : 40 43 70 51, www.cma.pf, page Facebook Centre des Métiers d’Art de la Polynésie française

 

You may also like...