N°130 – La magie de l’origami

Rencontre avec Manatea Laut, chargé de l’atelier de vacances origami à la Maison de la culture. Texte et photos : Élodie Largenton.130 - Pour vous servir - Ateliers de vacances TFTN 01 - Photo de Elodie

La Maison de la culture propose deux nouvelles semaines d’ateliers de vacances pour les enfants de 4 à 13 ans, du 9 au 20 juillet. Parmi les ateliers proposés, l’origami, animé par Manatea Laut, un jeune passionné qui transmettra ses secrets pour réaliser des pingouins et autres frisbees en papier.

Avec de simples feuilles A4, on peut donner vie à de multiples créatures, se fabriquer un chapeau ou même un boomerang. Cet aspect magique, c’est ce qui passionne Manatea Laut depuis ses 6 ans. Aujourd’hui âgé de 19 ans, il a décidé de transmettre son savoir-faire et son goût pour l’art du pliage aux enfants. Il a animé des premiers ateliers à la Maison de la culture en avril dernier et revient ce mois-ci pour deux nouvelles sessions, ouvertes aux 10-13 ans.

Chaque semaine, il permet à ses jeunes élèves de repartir avec deux créations. Les premiers jours, il s’agit de se familiariser avec l’origami, de découvrir comment plier et agencer les feuilles de papier pour leur donner vie. À l’aide de ciseaux, et si besoin de colle et de scotch, les enfants parviennent généralement à terminer leur pingouin coloré le jeudi. Le vendredi, place aux jeux : Manatea apprend à fabriquer un boomerang ou un flicker, une sorte de frisbee en origami. « C’est plié de telle manière à ce que ce soit le plus optimisé possible pour voler », précise le jeune professeur. On peut s’amuser à réaliser plusieurs types de flickers – en forme de poisson, de flèche… Les possibilités de l’origami sont infinies.

« C’est comme des Lego® ! »

C’est un art qui s’apprend toutefois petit à petit et qui demande « beaucoup de patience », souligne Manatea. « Le plus difficile, comme pour tout dans la vie, c’est de ne pas laisser tomber. On a des ratés, mais il faut persévérer et après on découvre le côté magique de l’origami », poursuit-il. L’art du pliage fait aussi appel à l’intelligence, à la compréhension des formes, des types de mouvements et de l’espace et permet de développer la mémoire visuelle. C’est surtout très ludique : une fois qu’on a passé l’étape un peu ingrate du pliage et du découpage, « on se retrouve avec plusieurs pièces de différentes couleurs et là, promet Manatea, c’est comme des Lego®, on fait ce qu’on veut avec ! »

Pratique

• Deux semaines d’ateliers : du 9 au 13 juillet, puis du 16 au 20 juillet.

• Tarifs : Pour un atelier : 7 100 Fcfp par semaine (2e enfant frère et sœur dans le même atelier : 5 675 Fcfp / atelier / semaine).

• Formule à la semaine en journée complète avec déjeuner compris : 24 300 Fcfp pour 3 ateliers et des animations gratuites.

• Ateliers proposés : atelier créatif, échecs, éveil corporel, fabrication de jeux et maquette en bois, graines de parfumeurs, tressage, autour du mouvement et du son, ‘ori tahiti, théâtre, jardin miniature, origami, nippon bunka, united kids, jeux de société, poterie (+ 1 000 Fcfp).

• Concernant l’atelier origami, Manatea Laut a une page Facebook sur laquelle il montre ses créations, sous son nom d’artiste, Arno : « Le petit monde d’Arno ».

+ d’infos : 40 544 536, www.maisondelaculture.pf, [email protected]

You may also like...