N°127 – Découvrir la culture polynésienne dès son arrivée au fenua

 

Musée de Tahiti et des îles (MTI) – Te FareManahaIMG_8083-light

 

Rencontre avec Miriama Bono, directrice du Musée de Tahiti et des îles. Texte SF. Photos MTI.

 

Depuis le 21 mars, l’Aéroport de Tahiti propose dans la zone d’arrivée des voyageurs une vitrine dans laquelle sont exposées des œuvres du Musée de Tahiti et des îles. Une belle manière de faire découvrir un paysage de la culture polynésienne aux touristes dès son arrivée.

 

Des objets du patrimoine polynésien, des costumes de danse, des créations artisanales, des œuvres contemporaines… Désormais, lorsqu’un voyageur foule la première fois le sol polynésien, il a un avant-goût de la culture de notre fenua. Depuis le 21 mars, la vitrine de 25 m qui longe la zone douanière de l’aéroport de Tahiti expose des trésors de la Polynésie française. Une belle introduction de notre richesse qui attend le nouveau venu. Ce projet était dans les cartons depuis quelques années avant qu’il ne voie le jour. Le Musée de Tahiti et des îles a finalement signé une convention avec l’Aéroport de Tahiti (ADT), qui met à disposition de l’établissement un espace pour valoriser notre culture. « Notre objectif est d’alimenter cette vitrine afin de faire la promotion du musée et de permettre aux visiteurs d’avoir une vision rapide de la culture polynésienne à son arrivée », confie Miriama Bono, directrice du Musée de Tahiti et des îles. Grâce à cette opportunité, l’établissement peut ainsiexploiter un espace supplémentaire pour dévoiler ses trésors. « L’idée est de montrer l’évolution du patrimoine avec une vision dynamique et contemporaine ».

 

Evolution de la culture

 

Ainsi, la vitrine se découpe en plusieurs sections qui présentent de manière globale la culture polynésienne. La première section est celle du patrimoine du musée. Les pièces du musée ont ainsi fait l’objet de reproductions : des tiki, des colliers créés par Hiro Ou Wen, des hameçons uniques… « On veut montrer nos contenus, nos objets. Mais pour des raisons de sécurité et de conservation on a dû faire réaliser des reproductions », souligne la directrice du musée. La deuxième section est, elle, consacrée à l’artisanat. Ainsi, le visiteur, à peine arrivé, peut découvrir le savoir-faire de nos artisans : chapeaux et sacs en tressage, tifaifai traditionnel … Toute une variété de créations locales. « Le principe est de mettre en avant l’artisanat de tous les jours afin que le visiteur ait une idée de ce qu’on peut utiliser au quotidien en Polynésie française ». Avec cette section artisanat, le voyageur découvrira aussi les magnifiques costumes de la troupe de Tumata Robinson, Tahiti Ora. « C’est un prolongement de la section patrimoine car on veut montrer qu’il y a une continuité dans la création culturelle », précise Miriama Bono. Et pour compléter cette continuité, une section art contemporain termine cette présentation rapide de la culture polynésienne. HTJ connu pour ses planches de surf transformées en tiki, Cronos pour ses graffitis,ou encore Jonathan Mencarelli, sculpteur de renom au fenua, vont ainsi exposer leurs pièces aux voyageurs qui attendent patiemment dans la file afin de passer devant les douaniers. « Cette section permet de montrer l’influence du patrimoine sur des artistes contemporains ». Au total, ce sont près d’une quarantaine d’œuvres et d’objets qui vont ainsi mettre à l’honneur la culture polynésienne. Enfin, pour clore cet avant-goût, un écran à l’intérieur de la vitrine fait la promotion du contenu du musée, de ses expositions ou de ses grandes manifestations. Si la convention est signée pour une durée de trois ans, l’objectif du musée est néanmoins de faire évoluer la vitrine et son contenu en fonction de la demande.Cette nouvelle disposition est unebelle manière d’aborder notre fenua pour celui qui ne l’a jamais encore rencontré.

 

 

You may also like...