N°124 – Apprendre, découvrir, expérimenter grâce au FIFO

 

AFFICHE_FIFO15_SSMaison de la Culture (TFTN) – Te Fare Tauhiti Nui

Rencontre avec Mareva Leu, déléguée générale du FIFO. Texte SF

 

Lorsque l’on parle du FIFO, on pense bien sûr à la découverte de films et de documentaires tous aussi passionnants les uns que les autres et à ces regards posés sur le monde océanien. Mais le FIFO, c’est aussi un lieu d’échange et d’apprentissage grâce à de nombreux ateliers et activités ouverts au public. Pour cette 15ième édition, l’équipe du festival vous a concocté un joli programme avec les incontournables et quelques nouveautés.

Ils sont devenus l’un des principes fondateurs du Festival International du Film Océanien. Les ateliers du FIFO, dont le succès ne cesse de grandir au fil des ans, sont aujourd’hui incontournables. « Ils stimulent la production audiovisuelle en suscitant notamment des vocations », souligne Mareva Leu, déléguée générale du FIFO. Ces ateliers permettent à la fois d’initier le grand public à l’audiovisuel mais aussi de révéler en quoi consiste le travail des professionnels du milieu. Pour cette 15ième édition, qui se déroulera du 3 au 11 février à la Maison de la Culture, les organisateurs ont ainsi concocté un programme d’ateliers ouverts au public pour aider à développer leur connaissance et leur pratique des différents métiers de l’audiovisuel. Animés du mardi au samedi par différents intervenants, ils durent quatre heures chacun.

Apprendre les ficelles du métier

Parmi ces ateliers, on retrouve l’écriture de scénario. Comment raconter une histoire ? Comment capter l’attention de chacun ? C’est sur ces questions que l’atelier d’écriture de scénario propose de plancher et d’apporter des éléments de réponse. Cette année, Sydélia Guirao sera l’intervenante de cet atelier, qu’elle avait déjà animé en 2015. Cette passionnée a suivi les cours du prestigieux conservatoire européen d’écriture audiovisuelle à Paris. Aujourd’hui, elle a près de 300 scénarios au compteur, a participé à des séries d’animation comme Cajou, Tchoupi, Bali, mais aussi à quelques longs métrages. Productrice, elle a reçu le prix de la Nuit des médias et du multisupport CNC pour sa série sur M6 « Chico chica Boumba ». Les participants de cet atelier seront entre de bonnes mains ! Autre atelier, celui du montage. S’il faut savoir raconter une histoire, la traduire en images, il faut aussi maîtriser un minimum l’assemblage des séquences de vues pour rester fidèle au script de départ. Une étape phare pour la réalisation d’un bon film… Cet atelier est animé par Nyko Pk16, réalisateur et producteur. Cet habitué du FIFO proposera au public de travailler sur le montage de certains de ses projets de genres différents : clip, film, animation ou fiction.

Du make-up, du son, de la prise de vue

Si on apprend à écrire un scénario et à assembler les images, il est aussi essentiel d’apprendre à faire des prises de vue. Tevei Maiau, passionné de l’image, proposera cette année un atelier prise de vue pour réaliser un vlogging. Le « vlog » est la contraction entre blog et vidéo. Le « vloggeur » est donc celui qui publie régulièrement sur internet des vidéos où il raconte sa vie ou partage sa passion. Prisé des jeunes, le vlogging est dans l’ère du temps. Teiva Maiau l’a bien compris. Cet amoureux de l’image, qui a fait une partie de ses études à Auckland en Nouvelle-Zélande, animera cet atelier où il proposera au public de réaliser des prises de vue dans le but de réaliser le vlog du FIFO. Autre atelier tout aussi important pour la réalisation d’un film : l’atelier prise de son et mixage. « On a tendance à oublier l’aspect audio dans l’audiovisuel. Le son est pourtant primordial car il complète l’image et donne de l’émotion. S’il est mal fait, cela peut desservir le film », explique très justement Mareva Leu. Cette année encore, c’est Heimana Flohr qui animera cet atelier. Grâce à ses études au sein du plus grand centre de formation international des métiers du son, de l’image et du multimédia où ça ? et son expérience d’ingénieur du son, le son n’a plus de secret pour lui. Heimana Flohr pourra ainsi partager sa passion et son savoir avec les participants. Enfin, dernier atelier, et pas des moindres : l’atelier Make-up. Initié lors de l’édition précédente, cet atelier a rencontré un tel succès que les organisateurs ont décidé cette année de rajouter deux séances supplémentaires aux quatre déjà prévues. Animé par Christopher Prenat, diplômé du conservatoire de maquillage de Paris, ce spécialiste du make-up vous fera découvrir toutes les astuces pour un beau maquillage de scène. Avec des outils simples et faciles à trouver, Christopher Prenat vous apprendra à transformer et modifier votre apparence pour les besoins d’un film.

Et une nouveauté ….

C’est le nouveau venu de cette 15ième édition : l’atelier de réalisation de courts-métrages. Cette année le FIFO permet à quelques chanceux de réaliser leur propre court-métrage de fiction durant le festival depuis l’écriture jusqu’au montage, en passant par la prise de vue et la direction d’acteurs. Atelier organisé sur les 4 jours du FIFO, les participants peuvent envoyer leur candidature en amont du festival, ils ont jusqu’au 12 janvier, en proposant 2 pages dialoguées et une note d’intention. À l’issue de l’atelier, les films réalisés seront mis en ligne sur la chaîne YouTube du FIFO et projetés lors de la cérémonie de remise des prix.

 

Pratique

Durée des ateliers : 4h

A partir de 15 ans

Places limitées à 15 participants

Inscription dès janvier au bureau du FIFO ou par mail : [email protected]

 

Les scolaires ont aussi leurs ateliers

Fidèles au FIFO depuis des années, les scolaires profiteront également d’un programme préparé tout spécialement pour eux, lundi 5 février, avec une série d’ateliers d’initiation animés par des professionnels : écriture de scénario, vlogging, et make-up. Pratiques et ludiques, ces ateliers leur permettront de mieux appréhender le monde de l’audiovisuel. Ces ateliers durent 2h pour 15 à 20 élèves maximum. Les établissements intéressés peuvent s’inscrire dès décembre et jusqu’au 5 février au bureau des activités permanentes par mail : [email protected]

Autre atelier consacré uniquement aux scolaires : le marathon d’écriture de scénario. Le principe ? Les participants ont 10h pour produire et écrire un scénario pour un court-métrage de 3 minutes maximum selon un thème donné. À l’ouverture du marathon, un coach est attribué à chaque candidat par tirage au sort. Ces coachs sont des professionnels chargés de guider les marathoniens de la plume tout au long de la compétition. Une course de fond où imagination, créativité et endurance feront la différence.

 

Pratique

 

Ateliers 

Lundi 5 février

Durée 2h

Inscriptions sur [email protected]

 

Marathon d’écriture

Mercredi 7 février

8h 18h

 

Le pitch-dating, un véritable tremplin

En 15 ans d’existence, le FIFO a suscité chez de nombreux festivaliers l’envie de se lancer dans l’aventure du documentaire. Ainsi, depuis 4 ans désormais, le festival organise le pitch-dating, un rendez-vous entre porteurs de projets, les « pitcheurs », et professionnels de l’audiovisuel, les « pitchés ». Cette année, il se déroulera le jeudi 8 février de 14h à 16h30. Le principe ? A l’instar du speed-dating, les participants disposent d’un temps limité pour séduire leur interlocuteur. En seulement 8 mn, ils doivent charmer, captiver, convaincre les professionnels… Chaque candidat peut choisir, au moment de l’inscription, ses interlocuteurs : producteurs, réalisateurs, diffuseurs, acheteurs, etc. Pour bien se préparer à ce grand oral, le FIFO propose aux participants deux master-class : les mardi 6 et mercredi 7 février de 8h à 12h dans les loges de To’ata. Animées par des professionnels de l’ATPA, l’association tahitienne des professionnels de l’audiovisuel, elles permettent aux pitcheurs d’apprendre à mettre en avant leur projet en quelques minutes en montrant son intérêt, ses avantages, ses retombées éventuelles, etc.

Le pitch-dating est un véritable tremplin pour les participants qui apprennent ainsi à se confronter aux professionnels, faire connaître leur projet et emmagasiner un maximum de conseils. Il n’est d’ailleurs pas rare que des projets exposés lors du pitch-dating aient abouti et aient été primés au FIFO. C’est le cas par exemple de The Opposition, grand prix 2017 et pitché en 2013, de Tupaia, prix spécial en 2016 et pitché en 2015, ou encore de Aux armes tahitiens, prix spécial en 2016 et Alors on danse, prix du public 2017. Le pitch-dating est aussi bénéfique pour les professionnels de l’audiovisuel qui n’hésitent pas à y faire leur marché et renouveler leur boîte à idée.

Pratique

Jeudi 8 février de 14h à 16h30 sous le chapiteau

Places limitées

Inscription dès janvier sur www.oceaniapitch.org Une inscription sur le village du FIFO est également possible dans la limite des places disponibles.

 

Les incontournables soirées OFF du FIFO

Les soirées OFF ne sont plus à présenter au FIFO. Après 14 éditions, elles font parties du paysage du festival. L’idée est de proposer des projections gratuites et ouvertes à tous en dehors de la sélection du festival. Cette année, les organisateurs ont décidé de faire durer le plaisir en organisant deux soirées OFF.

La première est prévue le samedi 3 février avec la 9ième édition de La Nuit de la fiction. Au total 14 courts-métrages de fiction, sélectionnés par un comité spécial, vont être projetés. On retrouve des réalisations de Nouvelle-Calédonie, de Nouvelle-Zélande, de Hawai’i, de Wallis-et-Futuna, de Polynésie française ou encore de Guam. « Cette Nuit de la fiction est faite pour ouvrir le FIFO à autre chose que le documentaire, explique Mareva Leu, Le but du festival est à la fois de promouvoir les réalisateurs océaniens mais aussi ceux qui ne font pas du documentaire. Il est donc essentiel d’ouvrir cette fenêtre en parallèle du festival même si le cœur du festival reste bien sûr le documentaire ». La seconde soirée est une petite nouveauté pour le festival. La soirée Fenêtre sur courts, prévue lundi 5 février, propose 11 courts-métrages documentaires de moins de 20 mn. « Nous avons eu la volonté d’ouvrir cette soirée car nous avons reçu beaucoup de courts documentaires pour la sélection du FIFO. Il était donc important de donner de la visibilité à ces films, nous aurions pu les mettre dans la sélection mais ils auraient été désavantagés : il est difficile de faire rivaliser un documentaire de 15 mn face à un 52 mn ». Cette soirée est donc un moyen de valoriser les formats courts, qui cette année viennent principalement de France, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Etats-Unis, de Polynésie française, de Nouvelle-Zélande ou encore de Suisse.

Lors de ces deux soirées, deux prix seront décernés par le public, qui pourra voter à la sortie des projections : celui du meilleur court-métrage de fiction et celui du meilleur court-métrage documentaire.

Pratique

 

9ième Nuit de la Fiction

Samedi 3 février à 19h

Grand et Petit Théâtre

Entrée libre

 

Fenêtre sur courts

Lundi 5 février à 19h

Grand et Petit Théâtre

Entrée libre

 

You may also like...