N°118 – Le Musée de Tahiti et des îles rend hommage à la SEO

Musée de Tahiti et des îles (MTI) – Te Fare ManahaCULTURE BOUGE Expos SEO - Edouard AHNE © MTI

 

Rencontre avec Miriama Bono, directrice du Musée de Tahiti et des îles, et Tara Hiquily, chargé des collections ethnographiques au Musée. Texte : SF

 

Du 25 juillet au 31 décembre, le Musée de Tahiti et des îles célèbrent les 100 ans de la Société d’Études Océaniennes créée en 1917 à travers une exposition.

 

Au début du XXème siècle, Tahiti fait partie des Etablissements Français de l’Océanie. Le gouverneur Gustave Julien est alors en charge de ces territoires colonisés. L’homme d’Etat, passionné de linguistique et d’ethnologie, est avide de connaissance sur les populations autochtones anciennes et actuelles de la Polynésie. A l’époque, le manque d’intérêt de la préservation de la culture maorie est tel que l’on retrouve des objets éparpillés un peu partout dans le monde. Durant cette période, les sociétés savantes sont à la mode. Le gouverneur Julien décide alors de créer la SEO, la Société d’Études Océaniennes, afin de collecter, préserver, conserver, mais aussi mieux connaître et inventorier les objets océaniens. En 1917, la SEO naît, elle devient la première société à collecter le savoir lié à la civilisation océanienne. Elle est aujourd’hui la dernière à encore exister. « Mais il manquait un lieu pour conserver les fonds ethnographiques océanien collectés. C’est ainsi que naquit le Musée avenue Bruat (ndrl : l’actuelle avenue Pouvanaa a Opaa) à Papeete, explique Miriama Bono, directrice du Musée de Tahiti et des îles, Si le Musée de Tahiti et des îles tel que nous le connaissons aujourd’hui a 40 ans, l’institution date d’octobre 1917  et est liée historiquement à la SEO».

 

 

Une histoire commune

 

L’histoire du Musée est ainsi directement liée à la SEO. Cent ans d’histoire les rassemblent. Au fil des ans, les personnalités de la Société d’Études Océaniennes ont œuvré à enrichir les fonds du Musée. Frère Alain apportera dès 1917 la première collection privée composée de nombreux objets recueillis avec soin : bocaux d’animaux marins, objets ethnographiques, dont le fameux masque du dieu Tutepoganui, dieu des mers et des océans, règne aquatique des Puamotu. Le Suédois Bengt Danielsson, qui a fait partie de l’équipage du Kon Tiki, en sera aussi un éminent membre, tout comme José Garanger, pionner de l’archéologie scientifique française dans le Pacifique, ou encore le couple Lavondes, qui seront les premiers à diriger le Musée… Chaque président de la SEO apportera aussi sa pierre à l’édifice. Au fil des décennies, des bulletins de la SEO sont publiés avec certains articles consacrés aux objets du Musée et d’autres annonçant des tombolas afin d’acquérir des objets. « Il a fallu acheter des objets car on ne pouvait pas compter que sur les dons. Mais à cette époque, il n’y avait pas beaucoup d’argent car on était en pleine guerres mondiales », explique Tara Hiquily, commissaire de l’exposition « Les 100 ans de la SEO ». En 1928, une tombola va permettre d’acquérir l’une des plus belles et importantes collections du Musée : la collection Butteaud. Elle est constituée d’une dizaine de pièces dont deux magnifiques tiki en bois.

 

Une collection prestigieuse

 

Tous ces trésors collectés au fil des décennies et choyés par la SEO vont ainsi être mis en lumière lors de cette exposition qui célèbre les 100 ans de la Société d’Études Océaniennes, prévue du 25 juillet au 31 décembre. « Ces objets sont le fil rouge de cette exposition qui rend hommage à l’histoire commune du Musée et de la SEO, mais aussi à l’apport de la SEO dans la constitution de la collection du Musée », souligne Miriama Bono. L’exposition est organisée en trois parties. Une première rend hommage aux treize personnalités majeures de la SEO et leur apport au musée. Une deuxième partie met en valeur 22 objets dont certains sont déjà exposés au sein du Musée, d’autres sortiront de la réserve. C’est le cas par exemple du masque des Tuamotu, d’un pétroglyphe en corail provenant des îles Christmas mais fait par des Polynésiens, d’une lance de Moorea, d’un pilon et d’une table à piler des îles de la Société. Chaque objet aura un cartel expliquant son histoire et comment il est arrivé au musée. Enfin, la troisième partie de l’exposition est consacrée à l’histoire du Musée de 1917 à aujourd’hui. « Il est émouvant de rendre hommage aux personnes qui ont œuvré pour transmettre ces objets aux générations futures. A l’occasion des 100 ans, c’était essentiel de le faire », confie Tara Hiquily. Car si le Musée est petit par sa taille, il est prestigieux par la richesse de son contenu. Un contenu qui n’existerait pas sans la SEO.

 

Pratique :

 

Exposition « Les 100 ans de la SEO » du 25 juillet au 31 décembre

Tarif : 600 Fcfp pour les adultes et gratuit pour les enfants et les scolaires.

Musée de Tahiti et des îles

+ d’infos : 40 54 84 35, par mail [email protected], ou sur www.museetahiti.pf

 

 

You may also like...