N°116 – Le Heiva des écoles, un tremplin pour les écoles et les élèves

La Maison de la Culture – Te Fare Tauhiti Nui116- Dossier - Heiva des ecoles 01

 

Rencontre avec Heiana Doudoute, chargée de projets culturels, Vaiana Giraud, responsable de communication et de la production de la Maison de la culture, Makau Foster, chef de Tamariki Poerani. Texte : Lucie Rabréaud.

 

 

 

Le Heiva des écoles se déroulera du 24 mai au 4 juin prochain, quinze jours durant lesquels 38 écoles de danse et d’instruments traditionnels vont se succéder au Grand Théâtre de la Maison de la Culture pour présenter leur savoir-faire.

 

 

Avant les festivités de juillet, les écoles du fenua sont chargées de mettre l’ambiance ! Chaque année depuis 23 ans, le Heiva commence par celui des écoles. Le principe est d’offrir une scène aux nombreuses écoles de danse et à leurs élèves. Pas de concours, simplement une exhibition où les artistes peuvent présenter le travail accompli dans l’année. « C’est un tremplin pour les écoles, pour leurs professeurs qui montrent ainsi leur savoir-faire mais aussi pour les élèves qui font parfois leur première scène », explique Vaiana Giraud, responsable de la communication et de la production de la Maison de la Culture. Les parents viennent donc admirer leurs petits et, aussi, chercher une école de danse qui corresponde à leurs attentes. Les chefs de troupes, eux, viennent parfois y repérer de futures recrues.

 

La passion avant tout

 

Kehaulani Chanquy y participe depuis 17 ans. « C’est devenu un rendez-vous important. C’est l’événement pour toutes les écoles de danse ! » Pas question donc de louper une édition. La directrice de l’école Aratoa présentera, cette année, deux groupes : adultes et enfants. La plus jeune n’a que 3 ans ! Kehaulani aime y emmener ses élèves car cela leur permet de présenter leur spectacle à un public plus large. Chaque école prépare son gala de fin d’année où viennent les parents et les proches mais le Heiva des écoles permet de trouver de nouveaux spectateurs qui n’ont pas forcément de lien avec l’école. « Le premier objectif est de satisfaire les parents qui viennent voir leurs enfants. Ils nous les confient durant toute l’année donc il faut montrer un résultat. Mais on peut aussi réussir à séduire de nouveaux élèves car nous montrons notre travail. Les spectateurs peuvent avoir un coup de cœur et nous rejoindre l’année suivante ! »

 

Montrer son travail

 

 

Pour Hinatea Colombani, directrice de l’école de danse Matehaunui et fondatrice du centre culturel Arioi à Papara, le Heiva des écoles est « une vitrine ». « C’est la consécration de l’année pour les élèves mais aussi pour nous, en tant que professeurs. Une école est différente d’une troupe. Dans une école, il faut tout apprendre aux élèves et tout construire. » C’est donc là que se révèle le travail du professeur. « Pour cet événement, on dévoile notre travail d’enseignant et de chorégraphe. Les professeurs des écoles se comparent et se regardent attentivement, la réputation de l’école est en jeu ! », souligne Hinatea Colombani. Preuve que cet événement est important pour ces écoles : elles sont de plus en plus nombreuses à y participer. Le plus souvent une trentaine sont inscrites, elles sont 38 cette année.

 

 Tout le monde au Grand Théâtre !

 

C’est la nouveauté de cette 23e édition. Toutes les soirées se dérouleront au Grand Théâtre de la Maison de la Culture. Deux séances sont programmées chaque soir avec deux écoles par séance. Le Grand Théâtre, plus intime que la scène de To’ata, offre une proximité différente avec le public. « La difficulté avec cette nouvelle scène est que nous devons faire des petits groupes mais c’est un inconvénient auquel nous avons réfléchi et nous allons nous y adapter. », explique Kehaulani Chanquy, directrice de l’école Aratoa. Autre atout majeur de se retrouver dans le Grand Théâtre : les soirées sont protégées des intempéries.

 

 

Une première pour cinq écoles

 

Temanutiaitau de Poura Le Gayic, Orihau Iki de Tahiarii Le Bronnec-Voisard, To’a no Tipaepo de Terii Tairaau, Ori Atea de Vairani Drost et Vahinerii de Tuiana Brodien vont participer pour la première fois au Heiva des écoles. Poura Le Gayic a été poussée par ses élèves : « Nous préparions un spectacle de fin d’année mais seulement au sein de l’école et puis mes élèves m’ont demandé pourquoi on ne le ferait pas au Heiva des écoles. Alors j’ai dit ok ! » Cela fait deux années que son école, située à Paea, existe. « Je ne me sentais pas encore prête mais puisque mes élèves veulent le faire alors on y va ! ». Poura Le Gayic espère que ses élèves vont s’éclater sur scène, c’est d’ailleurs son premier objectif. Cet événement est aussi une opportunité pour montrer son travail. Pour Vairani Drost, le Heiva des écoles c’est presque un passage obligé. Son école Ori Atea a ouvert en août 2016, et elle a tout de suite embarqué ses élèves dans cette aventure de la scène : gala et Heiva des écoles, il y aura les deux pour fêter cette première année. Une belle occasion de montrer ce qu’elle a réussi à faire avec ses élèves sur les 10 mois écoulés. « J’aimerais que mes anciens professeurs voient mon spectacle et me disent ce qu’ils en pensent pour que je puisse progresser. J’attends aussi les critiques de mes amis ! » Son objectif pour cette première : que ses élèves prennent plaisir. Elle avoue attendre avec impatience de les voir sur scène car la salle de danse et la scène, ce n’est pas du tout la même chose. « J’ai choisi de faire quelque chose de simple. Je veux que ce soit beau et propre et que les parents soient fiers de leurs enfants. »

 

 

ZOOM SUR Tamariki Poerani : à la genèse du Heiva des écoles

 

Makau Foster, avec son école Tamariki Poerani, participe à l’événement depuis sa création en 1994. Elle en est aussi un peu à l’origine. Avec le Conservatoire, l’école de Moeata Laughlin et sa propre école, l’idée est venue de créer une soirée pour les écoles. En 23 ans, on est passé d’une à dix soirées ! Makau Foster se souvient de ses débuts. « Il y avait encore cette interdiction de danser. C’était ancré dans la mémoire de tout le monde. Quand une jeune fille dansait c’est qu’elle est était légère, facile. Je ne comprenais pas cette façon de penser et je ne l’acceptais pas. J’ai commencé dans un garage, chez mon frère. J’ai eu trois élèves la première année ! Toutes les personnes bon chic bon genre me décourageaient mais je ne les ai pas écoutées. » Et puis petit à petit, son école commence à faire des émules. Chaque année, elle organisait son gala, jusqu’à ce que cette idée de faire une soirée pour les écoles émerge avec le Conservatoire. Une première qui s’est faite dans le cadre des 2ème Jeux de la Francophonie. Pour Makau, le Heiva des écoles est important pour celles qui ne peuvent pas encore aller sur la scène du Heiva car elles sont trop jeunes, et aussi pour les mamans ou les enfants. Tous peuvent désormais participer à un spectacle, monter sur la scène de la Maison de la Culture et se produire avec un accompagnement professionnel. Si certaines écoles veulent aller au Heiva des écoles pour se faire une réputation, Tamariki Poerani n’a plus à faire ses preuves mais c’est devenu une « tradition » pour les élèves de Makau Foster. Cet événement est aussi un  vivier pour certains chefs de troupe, l’occasion de repérer de jeunes talents.

 

Les écoles des îles sont de la partie

 

Une école des Marquises, une autre de Rangiroa, deux de Moorea, une de Bora Bora, et une de Raiatea… Les îles seront bien représentées à ce Heiva des écoles. Annick Hart, directrice de l’école Hula Vahine de Raiatea, participe, poussée par ses élèves, à son sixième Heiva des écoles. A chaque fois, c’est la même difficulté qui se présente : trouver des financements pour payer les billets d’avion. « On vent des plats : curry d’agneau, couscous… Les gens achètent pour nous aider. » Une fois sur place, les élèves doivent trouver leur hébergement : dans la famille ou à l’hôtel, chacune fait comme elle peut. Malgré ces difficultés, l’école de Raiatea tient à participer au Heiva des écoles. « C’est important de représenter Raiatea, se faire écouter, se faire voir… Nous voulons montrer qu’à Raiatea aussi on sait danser ! ». Annick aime cet échange avec les autres professeurs de danse, voir les autres écoles évoluer sur scène pour en prendre de la graine et essayer de s’améliorer.

 

Pour Vaimoe Teinaore, « c’est un rêve qui se réalise ! ». Son école, Tetuahuraiti, est située à Moorea et même s’il suffit de prendre le bateau pour être à Tahiti, trouver les financements était très compliqué. « C’est quelque chose de grand de réussir à déplacer ses élèves jusqu’à Tahiti, explique-t-elle. Avec Heihere (ndlr la deuxième école de danse de Moorea qui sera aussi présente au Heiva des écoles), nous partons ensemble le matin et revenons le soir. Il n’y a donc pas de logement à prévoir. » C’est grâce au gala de l’école, prévu au mois d’avril, que ce déplacement va être financé. Objectif pour Vaimoe : « J’attends de mes élèves qu’ils s’amusent sur scène et qu’ils montrent ce qu’ils ont appris. C’est un challenge pour moi car j’ai surtout des popa’a et il s’agit de partager notre amour de la danse et de la culture polynésienne de manière générale. » Vaimoe espère qu’il y aura beaucoup d’autres Heiva des écoles après cette première participation.

 

Aux Marquises, sur l’île de Hiva Oa, Tahiarii Le Bronnec-Voisard a mis deux années à préparer ce voyage à Tahiti pour participer au Heiva des écoles. Son école, Orihau Iki, a ouvert en 2015 et depuis, elle enchaine les événements pour réunir le budget nécessaire. Vente de plats, courses à pied, galas… « On passe aussi de très bons moments à organiser tout ça ! » Il a donc fallu faire preuve de patience et de détermination pour parvenir à cet aboutissement. « J’ai hâte, je suis excitée, énervée, rigole-t-elle. C’est vraiment beaucoup de travail pour réussir à aller à Tahiti pour le Heiva des écoles. » C’est aussi ce qu’affirme Nathalie Manaois, directrice de Turereura à Rangiroa : « C’est un grand projet et une grande fierté de représenter Rangiroa. Nous y allons pour la quatrième année et c’est toujours une grande fête. Nous organisons des événements pour lever des fonds. Chaque élève s’est payé son billet d’avion. Les enfants apprennent que rien ne tombe du ciel. Il faut travailler pour avoir ce que l’on veut dans la vie ! ».

 

 

Programme :

 

Du 24 mai au 4 juin, au Grand théâtre de la Maison de la culture.

 

Mercredi 24 mai (18h-19h30)

Arata’i (percussions)

Vahinerii

Mercredi 24 mai (20h-21h30)

Rainearii

Korihaga Manea (danse et ukulele)

 

Jeudi 25 mai (18h-19h30)

Aratoa enfants

Aratoa adultes

Jeudi 25 mai (20h-21h30)

Ecole de danse Temanutiaitau

Vaheana

 

Vendredi 26 mai (18h-19h30)

Orihau Iki (Marquises)

Heiragi

Vendredi 26 mai (20h-21h30)

Teikohai

Manahotu

 

Samedi 27 mai (17h-18h30)

Turereura (Rangiroa)

Heihere (Moorea)

Samedi 27 mai (19h-21h)

Hiva iti (Bora Bora)

Hula Vahine (Raiatea)

Tetuahuraiti (Moorea)

 

Dimanche 28 mai (17h-18h30)

To’a no Tipaepo (percussions)

Hanihei

Dimanche 28 mai (19h-20h30)

Tamariki Poerani enfants

A Ori Mai

 

Mercredi 31 mai (18h-19h30)

Tupuna Ukulele (percussions)

Ecole de danse Heiva

Hei Ori

 

Jeudi 1er juin (18h-19h30)

Tahiti Ora

Ori Hei

Jeudi 1er juin (20h-21h30)

Nivai

Centre de formation Hei Tahiti

 

Vendredi 2 juin (18h-19h30)

Ori Atea

Tamarii Poerava Faa’a

Vendredi 02 juin (20h-21h30)

Matehaunui (centre culturel)

Matehaunui (école)

 

Samedi 3 juin (17h-18h30)

Monoihere

Ecole de danse Tauariki

Samedi 03 juin (19h-20h30)

Tamarii Poerava Taravao

Tamariki Poerani adultes

 

Dimanche 4 juin (17h-18h30)

Manahere

Ori Tuahiti

Dimanche 04 juin (19h-20h30)

Tupuna ukulele

Nonahere

 

Pratique

 

 

Tarifs : 1 500 Fcfp adultes, 1 000 Fcfp – de 12 ans, gratuit pour les – de 2 ans, 1 500 Fcfp PMR + accompagnateur.

Vente sur place et en ligne sur www.maisondelaculture.pf / www.heiva.org (majoration de 100 Fcfp sur les billets achetés en ligne pour les frais bancaires), et sur place de 8h à 17h du lundi au jeudi et de 8h à 16h le vendredi et 1h avant les soirées sur place. Renseignements au 40 544 544

 

Chaque séance est vendue séparément.

 

You may also like...