N°115 – Hoho’a Nui : un festival de la photographie grand format !

Maison de la Culture – Te Fare Tauhiti Nui

40x60 Festival de la photo.indd

40×60 Festival de la photo.indd1

Musée de Tahiti et des Îles – Te Fare Manaha

Rencontre avec Christian Coulombe, président de l’association F16, Lucien Pesquié, photographe, et Vaiana Giraud, responsable de la communication à la Maison de la Culture.

Texte : SF.

 

Voici un festival de la photographie du fenua qui vaut le détour. Du 18 au 29 avril, des expositions, des ateliers, des rencontres ou encore des conférences sont prévus, sans parler de nombreux jeux. On vous dit tout !

L’idée était dans les esprits depuis un moment. Cette année, elle a pu se concrétiser pour le plus grand bonheur des photographes et du public : la Maison de la Culture organise en partenariat avec l’association F16 un festival de la photographie « grand format », Hoho’a Nui. Il se déroule du 18 au 29 avril, dans quatre espaces différents : au Musée de Tahiti et ses Îles, à la salle Muriavai et sur le paepae de la Maison de la Culture, ainsi que sur l’esplanade basse de To’ata. L’objectif : mettre en valeur les photographes locaux, les richesses de la Polynésie française et des regards polynésiens, et bien entendu, donner de la visibilité aux artistes. « En proposant un événement sur plusieurs lieux, on espère toucher plus de monde et attirer une nouvelle population », explique Christian Coulombe, président de F16, à l’origine de l’exposition Hoho’a, qui existe depuis six ans maintenant.

Quatre expositions, quatre lieux

Cette année, 45 photographes exposent au Musée de Tahiti et ses îles. Photos sous-marine, portraits, paysages, culture… La diversité et la qualité des productions sont à l’image du talent des photographes. Cette exposition, dont le thème est « Regard sur la Polynésie française », commence quelques jours avant les autres. Dès le 18 avril, les portes du musée seront ouvertes au public. Et le 21 avril, les curieux sont invités au vernissage dès 17h. Un vernissage qui lors des éditions précédentes a rencontré un franc succès : l’année dernière, plus de 700 personnes se sont déplacées. Du côté de la Maison de la Culture, les festivités débutent le mardi 25 avril avec l’ouverture des expositions dans trois lieux différents. A la salle Muriavai, une quinzaine de photographes polynésiens dévoileront leur regard sur le monde. Sur l’esplanade de To’ata, 5 cubes de 2m40 sur 2m40 mettront en valeur le travail d’une vingtaine de photographes. Enfin, sur le paepae, le public pourra découvrir six photographies – dont deux réservées aux invités du festival – de 1m80 x 1m20 en plexiglas rétroéclairé. Ce procédé moderne permet de faire valoir chaque nuance de couleur et de magnifier les photos retenues, pour le plus grand plaisir des visiteurs.

Des invités prestigieux

Deux photographes, Laurent Ballesta et Antoine Poupel, ont été invités à participer au festival. Le premier est un photographe biologiste, auteur de nombreux ouvrages sur la vie sous-marine. Il a notamment été l’un des premiers plongeurs autonomes à voir les coelacanthes vivant dans leur milieu naturel dans le canal Mozambique, en Afrique du Sud. Son dernier livre en date dévoile des images étonnantes de la faune sous-marine de l’Antarctique. Depuis quatre ans, le spécialiste se rend régulièrement à Fakarava pour la reproduction des mérous. Il avait d’ailleurs réalisé un film, « Le Mystère Mérou », qui avait été projeté au FIFO 2016. Laurent Ballesta tiendra une conférence le vendredi 28 avril à 17h sur le paepae.

Le deuxième invité est Antoine Poupel. Le photographe est notamment connu pour ses magnifiques et exceptionnelles images du Crazy Horse et du théâtre équestre Zingaro. Il est aussi un grand amoureux de la nature, et réalise d’étonnantes compositions aussi artistiques que saisissantes, liant formes et couleurs. C’est sur ce thème que l’artiste va présenter son travail. Antoine Poupel est considéré comme l’un des « 101 meilleurs artistes contemporains français »*. Il tiendra une conférence le jeudi 27 avril à 18h sur le paepae.

Conférences et rencontres

Ces deux photographes français ne seront pas les seuls à tenir des conférences. Plusieurs photographes locaux vont aussi partager leur savoir et leur expérience avec le public. Jeudi 27 avril, à 16h30, des membres de l’équipe de Matarava auront le plaisir d’expliquer aux curieux comment se passe, en matière de photographie, un travail d’équipe. Les photographes de l’association sont des habitués des évènements culturels comme le Heiva. Forts de leur expérience, ils partageront ainsi leurs connaissances avec les participants. Le lendemain, vendredi 28 avril, à 15h30, ce sera au tour des grands photographes de surf de tenir une rencontre. Tim McKenna et Ben Thouar échangeront leurs conseils pour photographier les champions de la glisse. Samedi, Matarai proposera une démonstration avec un drone de 10h à 10h30. Enfin, à 10h30, toujours le samedi, une table ronde à laquelle est conviée le public se tiendra avec les deux photographes invités.

Des ateliers sur trois jours …

Au cours de ce festival photographique, des ateliers sont prévus. Ils se tiendront sur trois jours et sont ouverts au public, ainsi qu’aux scolaires. Entre jeudi et samedi, une dizaine d’ateliers d’environ 1h00 sont proposés. Brigitte Bourger viendra parler de la vitesse dans la photographie. Cette passionnée de l’image aime immortaliser des oiseaux en plein vol, ou encore lorsqu’ils butinent les fleurs. Elle expliquera les méthodes et les réglages à connaître pour avoir une bonne lumière et une vitesse adéquate. Le jeune NdZ Max se fera, lui, un plaisir de présenter deux ateliers : photographie de sport et photographie évènementielle. Christian Coulombe, spécialiste de la photographie sous-marine et de mode, expliquera au public tous les dessous d’une image de studio. Lucien Pesquié, photographe bien connu en Polynésie, plongera le public dans l’histoire de la photographie. Il exposera une dizaine d’appareils photos, datant de 1900 à nos jours. Le globe-trotteur Teava Magyari fera rêver le public au cœur de ses photographies de voyage : l’Iran, la Corée du Nord, l’Islande, etc. +

Des surprises

Les scolaires ne seront pas en reste puisqu’en plus des ateliers, une chasse au trésor leur sera proposée par la Maison de la Culture. Des jeux seront proposés au public chaque jour, « les défis du jour » ou DDJ, toutes les infos seront sur la page Facebook de l’événement. Au-delà des ateliers et conférences, le public pourra également découvrir des panneaux sur l’histoire de la photographie à Tahiti, et les grandes figures de la photo en Polynésie française. Enfin, l’association F16 proposera un marathon photo de 3h. Animé par Christian Coulombe et Sylvain Girardot, il est prévu le samedi 22 avril au Musée de Tahiti et des Îles Au programme de ce marathon : six thèmes, et pour chaque thème un temps d’une demi-heure pour faire des images. Les personnes intéressées doivent simplement se munir d’un appareil photo, d’une tablette, d’une go pro ou encore d’un smartphone. La remise des prix est prévue pour le samedi 29 avril à 12h, toujours à la Maison de la Culture.

Une soirée belle époque sur l’esplanade basse

La Maison de la Culture a souhaité donner un cachet particulier à cette soirée et à révéler au public les cubes de photos sur l’esplanade basse dans une ambiance « Belle époque ». Ainsi, après l’illumination des cubes, des photos anciennes sélectionnées par l’Association pour le Développement de la Culture en Polynésie (ADCP) seront projetées sur grand écran, un défilé de robes d’antan sera offert au public par l’école A ori mai, qui présentera également quelques danses. Dans une ambiance musicale d’époque, le public pourra découvrir les coulisses d’un shooting photo avec le magazine Hine et y participer, se restaurer sur place et même danser sur une piste montée pour l’occasion à la belle étoile. Cette soirée gratuite se déroulera le mercredi 26 avril de 18h00 à 21h00 sur l’esplanade basse, avec de nombreuses autres animations : panneau photo d’antan, selfies, photomaton sont à découvrir sur place !

 

—————-

Trois questions à Lucien Pesquié

Depuis plus de 30 ans, Lucien Pesquié photographie la culture et les beautés polynésiennes. Passionné par l’image mais aussi par l’histoire de la photographie, il propose pour le festival Hoho’a Nui un atelier sur le matériel photographique de 1900 à nos jours. Interview.

Qu’allez-vous présenter pour cet atelier ?

Je vais présenter une dizaine d’appareils, du simple boitier au premier appareil numérique. Mais aussi quelques accessoires : les premières plaques, les pellicules, ou encore les cartes mémoire. Je veux surtout montrer aux jeunes que l’appareil photo, à la base, n’est qu’une simple boite. Et aujourd’hui, nous avons de gros appareils numériques, avec plein de possibilité et de réglages. En exposant le matériel, cela va vraiment permettre à chacun de se faire une idée de l’évolution du matériel de 1900 à nos jours. Certains appareils datent de 1920. Le plus vieux que j’ai date de 1880, j’essaye de me le faire envoyer de France. Tous ces appareils sortent du grenier de mes grands-parents ou sont le fruit d’échanges ou de belles affaires. Ma collection va jusqu’à 1950. J’ai utilisé certains appareils lorsque j’étais plus jeune. Je suis fasciné par le fait qu’une personne puisse un jour s’être intéressée à la photo, ce qui l’a poussée à s’y intéresser alors que cela n’existait pas. Des chimistes, des scientifiques, tout un tas d’experts ont ensuite mené des recherches pour comprendre comment l’image pouvait rester sur un support. Finalement, la photographie est assez récente, et son histoire passionnante.

D’où vous vient cette passion ?

Mon père photographiait et filmait beaucoup lors de nos nombreux voyages. Il m’a transmis le virus, je crois. Très tôt, j’ai eu envie de connaître les grands photographes qui nous ont précédés, mais aussi les différents matériels. Je fais de la photo depuis plus de 55 ans, j’ai commencé à l’âge de six ans. À l’époque, c’était de l’argentique, on devait faire des réglages manuels. On était donc obligé de s’intéresser à la photo pour faire une photo correcte. Aujourd’hui, avec le numérique, on se lâche, on mitraille. On sait que ça ne coûte plus rien, et qu’avec une carte mémoire on peut faire 2 000 photos. Aujourd’hui, je conseille aux jeunes de bien regarder dans leur objectif et d’attendre le bon moment pour prendre la photo.

Le numérique a bouleversé le monde de la photographie. Certains professionnels le regrettent, d’autres en sont ravis. Quel est votre avis ?

Je ne suis pas de ceux qui pensent que c’était mieux avant, je crois que le numérique ouvre le champ des possibles. On accède à de superbes effets grâce à des logiciels, on est plus autonomes – nous ne dépendons plus des laboratoires. On peut concrétiser plein d’idées. Mais attention, il faut néanmoins avoir une bonne technique et ne pas se dire que l’on ajustera avec un logiciel. Il faut savoir faire les réglages de base comme modifier la vitesse, la focale, les ISO, pour obtenir tel ou tel résultat. Pour apprendre, il est préférable d’éviter les réglages automatiques. La photo, ce n’est pas très compliqué mais il faut être là à un moment donné. Et pour ne pas manquer ce moment, il faut s’affranchir de la technique pour réussir sa photo…

Hoho’a Nui : Pratique

Expositions

Mardi 18 au dimanche 30 avril 2017 – exposition au Musée de Tahiti et des îles

Vernissage le vendredi 21 avril à partir de 17h30

Salle d’exposition temporaire. Ouverte du mardi au dimanche, de 9h à 17h

Tarif : 800 Fcfp l’entrée à l’exposition / gratuit pour les étudiants et moins de 18 ans

Renseignements : www.museetahiti.pf

Mardi 25 au samedi 29 avril – exposition à la Maison de la Culture

Vernissage le mardi 25 avril à partir de 18h00

Ouvert du mardi au samedi de 8h30 à 19h00 (13h le samedi)

Salle Muriavai « Les Polynésiens dans le monde, photos de voyage »

Paepae a Hiro : grands formats en plexiglas rétroéclairé

Esplanade basse : grands formats

Soirée Belle époque et illuminations des grands formats

Mercredi 26 avril de 18h00 à 21h00 – soirée gratuite

Illumination des grands formats

Projections de photos anciennes, défilé d’antan et passages dansés du groupe A ori mai, shooting photo du public avec le magazine Hine, photomaton, panneau de selfie, défilé du public, animation musicale belle époque, piste de danse et buvette.

 

Ateliers

Jeudi 27 avril et vendredi 28 avril

  • 8h30 à 9h00 : initiation à la prise de vue
  • 9h00 à 10h00 : matériel photographique de 1900 à nos jours / Vitesse de pose / Photo de studio / Photo de sport (jeudi uniquement)
  • 10h30 à 11h00 démo Matarai – photo aérienne (jeudi uniquement)
  • 10h30 à 11h30 : matériel photographique de 1900 à nos jours / Vitesse de pose / Photo de studio / Photo de sport (jeudi uniquement)
  • 14h00 à 15h00 : Photo de studio

Samedi 29 avril

  • 9h30 à 10h30 : matériel photographique de 1900 à nos jours / Développement de raw / Photo de studio / Retouche d’images / Photo événementielle / Photo de voyage / démonstration de Matarai
  • 12h00 : remise des prix du marathon et du dernier « Défi du Jour (DDJ) »

Rencontres & conférences

Jeudi 27 avril 2017 :

16h30-17h45 : Matareva – la photo d’équipe, une exception polynésienne (Petit Théâtre)

18h00-19h15 : Conférence de Laurent Ballesta (Petit Théâtre)

 

Vendredi 28 avril :

16h30-17h45 : La photo et le surf avec Tim McKenna & Ben Thouard (paepae)

18h00-19h15 : Conférence d’Antoine Poupel (Petit Théâtre)

Samedi 29 avril :

10h30-11h30 : Rencontre avec Laurent Ballesta et Antoine Poupel (Paepae)

Les jeux

Le Marathon photo (durée 3h) : les participants auront 6 thèmes à illustrer en 30 mn chacun. Rendez-vous le samedi 22 avril plazza haute du Vaima, devant Ivea.

Les « Défis du jour » ou DDJ : poste tes photos sur le FB de l’événement avant 11h le lendemain du défi (sauf le samedi, à poster le jour même avant 11h)

Mercredi : Tu fais quoi cette aprèm’ ?

Jeudi : La nature dans la ville

Vendredi : Papeete by night

Samedi : En famille ou entre amis

Et plein d’autres jeux pour gagner des cadeaux… !

 

Entrée libre

Espaces de la Maison de la Culture, esplanade basse de To’ata, Musée de Tahiti et des îles

Renseignements au 40 544 544 / 40 54 85 35

FB Festival photo Hoho’a nui Tahiti / www.maisondelaculture.pf / www.museetahiti.pf

+ d’infos : www.maisondelaculture.pf / FB Festival photo Hoho’a nui Tahiti

You may also like...