N°106 – Tout sur les festivités du Heiva

 

Maison de la Culture – Te Fare Tauhiti NuiHeiva Rima'i@ART (1)

Service de l’Artisanat Traditionnel – Pu ‘ohipa rima’i

Musée de Tahiti et des Îles – Te Fare Manaha

 

 

Rencontre avec Leilani Sogliuzzo, chargée des projets culturels à la Maison de la Culture, Enoch Laughlin, président de la Fédération des Sports et Jeux Traditionnels, Rodolphe Apuarii, président de la Fédération Tahitienne de Va’a, Vaiana Giraud, responsable de la communication à la Maison de la Culture et Patricia Tsing, du Service de l’Artisanat Traditionnel.

 

 

La 2ème édition du village du Heiva i Tahiti à To’ata

 

Pour la deuxième année consécutive, la Maison de la Culture et la CCISM mettent en place un village du Heiva i Tahiti place To’ata. L’occasion pour les nombreux spectateurs d’apprécier un riche panel de produits traditionnels, en parallèle des spectacles de chants et de danses prévus du 30 juin au 23 juillet.

Dix huit exposants venus des quatre coins de la Polynésie ont répondu présents pour cette deuxième édition du village du Heiva i Tahiti. Le but : dynamiser cet espace durant toute la période du Heiva sur la place To’ata. En e et, à partir de 16h30 avant chaque soirée de spectacle, le village ouvre ses portes. Des animations festives, des prestations d’orchestres et des lots à gagner sont notamment au programme. « Les animations se déroulent jusqu’à 18 heures car les soirées de concours dé- butent à ce moment-là. Le village ferme lui ses portes à la n de la deuxième prestation de chants, juste avant le passage du dernier groupe de danse », nous con e Leilani Sogliuzzo, chargée des projets culturels à la Maison de la Culture. Neuf conteneurs aménagés pouvant accueillir chacun deux exposants sont mis à disposition par les organisateurs. Des accessoires de danse traditionnelle, des tifaifai, des produits cosmétiques, des couronnes de fleurs fraîches ou encore de la vannerie sont disponibles et les visiteurs auront l’embarras du choix. Une boutique du Heiva est également en place avec des produits dérivés de l’événement. L’OPT est aussi présente avec un stand philatélique original où les visiteurs pourront notamment se photographier comme dans un timbre !

Dynamiser la place To’ata pendant les soirées du Heiva i Tahiti

Des concours du plus beau stand sont aussi prévus avec des thématiques différentes chaque semaine (jaune, rouge, bleu et marron) pour faire vivre le village et permettre aux artisans d’exprimer leur créativité. Tous les jours, un tirage au sort (jeu tavirira’a) aura également lieu pour permettre aux clients qui ont acheté des objets sur les stands de gagner des tickets pour les soirées du Heiva i Tahiti – et bien d’autres lots offerts par les artisans. La période du Heiva est un moment festif pour tous les Polynésiens et ce village est en quelque sorte un lieu de vie pour les visiteurs, habitants ou touristes. Au-delà des soirées, la CCISM et la Maison de la Culture ont voulu que ce village vienne ampli er la dimension festive du Heiva i Tahiti. N’hésitez plus et passez y faire un tour, vous ne serez pas déçus.

 

Village du Heiva i Tahiti : Pratique

Esplanade basse de To’ata

Du 30 juin au 23 juillet

Ouvert tous les soirs du Heiva (hors remise des prix) à partir de 16h30

Entrée libre

+ d’infos : 40 544 544 – www.heiva.pf

 

Heiva Rima’i : l’artisanat en fête

 

La 28èmeédition du Heiva Rima’i se tient jusqu’au 17 juillet à la salle Aorai Tini Hau à Pirae. Le thème : le « foyer polynésien » (te utua fare ma’ohi).

 

L’artisanat est en fête durant ce mois de juillet et les célébrations du Heiva. Le comité Tahiti i te Rima Rau organise ce 28ème Heiva Rima’i, soutenu par le Service de l’Artisanat Traditionnel. 120 artisans sont présents cette année et chaque archipel est représenté. Leur savoir-faire est mis en avant à travers des journées qui leur sont spécialement consacrées. La vannerie des Australes, le tressage et la sculpture des Gambier, le travail des coquillages pour les Tuamotu ou encore la sculpture pour les Marquises.

Trois épreuves concours au programme

Les artisans le savent bien : pour rester « dans le coup », il faut faire évoluer ses savoir-faire ! Pour cela, des concours sont organisés. Cette année, le comité a mis en place trois épreuves : la réalisation d’un pouf avec du tissu patchwork, d’un panier en pae’ore décoré de coquillages et d’un panier pour costumes traditionnels. Des animations, des démonstrations et des dégustations sont également proposées avec notamment des fabrications de produits artisanaux, des conseils en horticulture ou des démonstrations de massage.

 

28ème Heiva Rima’i : Pratique

Salle Aorai Tini Hau à Pirae

Du 24 juin au 17 juillet, de 9h à 18h

Entrée libre

+ d’infos et programme détaillé : www.heiva.pf et www.artisanat.pf

 

 

 

Les Tu’aro Ma’ohi à l’honneur pendant cinq jours

 

La période du Heiva i Tahiti est aussi synonyme de compétition pour les passionnés de sports traditionnels. Comme chaque année, la Fédération des Sports et Jeux Traditionnels attend plus de 200 compétiteurs de Tahiti et des archipels.

Les 25 et 26 juin derniers, les va’a holopuniet les va’a motu étaient à l’honneur. Le 14 juillet, la course de porteurs de fruits aura lieu dans les jardins de Paofai. Les compétiteurs s’affronteront dans quatre catégories (Tu Hou, Vahine, Feia Api, Aito) et les charges varieront, tout comme les parcours. Etant donné la forte participation des îles, un médecin sera là pour délivrer les certificats médicaux. A l’issue des courses, un spectacle de danse marquisienne sera offert au public pour clôturer la journée.

28 associations en Polynésie, 12 seulement à Tahiti

Tout au long de l’année, un championnat des archipels et un championnat de Tahiti se disputent pour permettre aux athlètes en Tu’aroma’ohide s’affronter et ainsi de se préparer pour les compétitions du Heiva i Tahiti du mois de juillet, rendez-vous incontournable. « Chaque archipel a sa force » souligne Enoch Laughlin, le président de la fédération. « Aux Australes, ils sont très forts pour les courses de porteurs de fruits ou le lever de pierre. Les Tuamotu sont doués en grimper en cocotier tout comme Taha’a, qui domine aussi le concours de coprah. » Au total, la fédération enregistre plus de 800 licenciés de tous les âges et plus de la moitié nous vient des archipels. « Nous avons un manque seulement aux Marquises et aux Gambier » conclut-il.

Deux journées au musée de Tahiti et des Îles

Les deux grosses journées de compétition auront lieu les 16 et 17 juillet au Musée de Tahiti et des Îles. Lancer de javelots (individuel ou par équipe), lever de pierre, décorticage de coco, coprah : le programme réunira plusieurs centaines d’athlètes. Des participants venus de Nouvelle-Zélande seront également présents pour tenter de détrôner les meilleurs athlètes locaux. Pour les plus jeunes, des jeux seront pré- vus comme les courses sur échasses, les toupies, le hutitaura ou les courses dans les sacs de coprah. En 2017, la fédération mettra en place un Heiva des sports traditionnels du triangle polynésien auquel Rapa Nui, Hawaii et la Nouvelle-Zélande participeront. L’objectif : donner une dimension régionale aux Tu’aro Ma’ohi.

 

Tu’aroMa’ohi : Pratique

Du 25 juin au 17 juillet

Voir le détail des compétitions dans notre programme

+ d’infos : 87 77 09 05 – www.heiva.pf

 

 

Les courses de va’a : incontournables !

 

La période du Heiva est l’occasion pour les rameuses et les rameurs de se mesurer en V1, V3, V6 et V16. La dimension culturelle et la transmission générationnelle sont très présentes durant les courses.

Cette année et pour la deuxième fois consécutive, les compétitions du Heiva Mata’eina’a (Heiva intercommunal) auront lieu à Mataiea, sur le site de Tehoro. « L’endroit est idéal » précise Rodolphe Apuarii, le président de la Fédération Tahitienne de Va’a. « Il y a de grands parking qui peuvent accueillir le public, des endroits ombra- gés et l’accès à la mer est facile pour les compétiteurs. » En e et, pour des raisons pratiques, les courses de lagon du Heiva ont été délocalisées sur la côte ouest alors que depuis plusieurs années, elles se disputaient dans la rade de Papeete. « Il y a désormais un quai mobile dans la rade de Papeete devant les jardins de Paofai et le trafic de bateaux dans le port rend l’organisation assez compliquée », d’après le président de la Fédération.

Plus d’un millier de rameuses et de rameurs attendus

Trois journées de course de lagon et deux journées de course en haute mer sont prévues. Pour les courses intérieures, plusieurs catégories sont représentées, de benjamins à vétérans, chez les hommes comme chez les femmes. De plus, les embarcations varient : V1, V3, V6 et V16. Les distances changent également en fonction des catégories et vont de 2500 à 3700 mètres. « Les courses du Heiva sont particulières car les distances sont courtes et intenses. Il y a constamment du combat et du suspense du début à la fin » nous dit Healani Vairaaroa, championne de va’a. Habitués aux marathons, les rameuses et les rameurs doivent s’entraîner plusieurs semaines à l’avance pour pouvoir être prêts les jours J.

Le fa’a’ati Moorea : une course en haute mer exceptionnelle

Dans le cadre des courses du Heiva, deux journées sont consacrées à la compétition en haute mer (va’a tua) et donc au marathon. 21 km d’abord pour les juniors et les dames, puis plus de 110 km pour les hommes le lendemain. Le fa’a’ati Moorea (tour complet de Moorea) est la course la plus dure disputée sur une journée. Les rameurs partent de la plage du Taaone pour contourner Moorea, de Temae à Haapiti, avant un retour à Taaone. L’année dernière dans des conditions difficiles, EDT Va’a, les premiers, avait ramé pendant près de 8 heures ! Le Heiva Mata’eina’a s’achèvera en n le 14 juillet avec les courses du super tauati (V16) et le mémorial Edouard Maamaatuaiahutapu.

Heiva Va’a: Pratique

Du 1er au 14 juillet

Voir le détail des courses dans notre programme

+ d’infos : 40 45 05 44 – www.heiva.pfwww.ftvaa.pf

 

 

You may also like...