N°100 – Le massage traditionnel : « Le taurumi est un don de Dieu ! »

Nahea ra ? Comment fait-on ?IMG_5905

Service de l’Artisanat Traditionnel – Pu ‘ohipa rima’i

Texte et photos : MD.

 

Henri Temanupaioura vit à Mahaena et pratique l’art du massage traditionnel polynésien depuis plus de 20 ans. Il nous parle de sa méthode et offre quelques conseils pour soulager les maux de dos…

« Je n’ai pas appris avec des anciens ou un membre de ma famille mais c’est un don que j’ai reçu », nous confie Henri dès le début de notre rencontre. Cet homme de 57 ans, originaire de Tubuai, a acquis son savoir-faire d’une manière particulière. « J’ai eu deux rêves qui m’ont secoué. Le premier, je n’y ai pas prêté attention. Mais quelques mois plus tard, j’ai rêvé une seconde fois d’une lumière et de trois personnes debout devant moi ». Après avoir échangé avec sa famille, il a compris et ressenti une énergie positive autour du massage : un mana. « J’ai commencé à masser ma femme, puis plusieurs personnes et j’arrive à ressentir leurs maux, à les manipuler, trouver les liens sur le corps et même déceler des problèmes personnels. Les tensions du corps ne mentent pas… » Ainsi, Henri arrive rapidement à distinguer le flux d’énergie et le déséquilibre du corps en posant simplement ses mains sur les épaules. Il nous livre quelques astuces pour un bon massage du dos.

Le taurumi du dos (avec mono’i:

1)      Toujours avoir une énergie positive et sentir la balance entre la gauche et la droite. Bien saisir cette notion car lors du massage du dos, on enlève des tensions de chaque côté de la colonne vertébrale.

2)      Commencer par le bas en exerçant des pressions sur le côté de la fesse pour prévenir la sciatique.

3)      Remonter le long de la colonne avec les pouces et les paumes de mains jusqu’aux omoplates. Important : pour retirer les nœuds que vous sentez, il faut les pousser vers le haut mais toujours décontracter avec les mains en redescendant, avant de remonter à nouveau. Sinon les tensions se bloquent et ne remontent plus.

4)      Lorsque l’on masse les omoplates, les tensions basculent dans les bras. Il faut exercer des pressions des épaules jusqu’aux mains en passant par les coudes avec les pouces et les doigts fermes. Les tensions sont retirées en massant l’intérieur des mains avec les pouces jusqu’au bout des doigts.

 

 

You may also like...