N°97 – Manahau présente « L’outrage du silence »

Culture bouge > Maison de la Culture – Te Fare Tauhiti NuiManahau - L'outrage du silence

 

Rédaction : VH. Photos : Manahau.

 

Rencontre avec Jean-Marie Biret, président fondateur de la troupe Manahau.

 

La troupe Manahau a choisi de défendre le reo tahiti dans son nouveau spectacle intitulé « L’outrage du silence », qu’elle présentera le vendredi 16 octobre au Grand Théâtre de la Maison de la Culture. Un thème inspiré par la prise de conscience des jeunes danseurs de la troupe, qui regrettent de ne pas toujours maitriser leur propre langue.

 

Il est des spectacles pour lesquels on suit le mot d’ordre, la pensée du chef, et d’autres qui se créent ensemble, inspirés par le ressenti d’une troupe. C’est le cas du nouveau spectacle de Manahau, « L’outrage du silence », qui sera présenté le 16 octobre au Grand Théâtre. « Après chaque projet, on prend un temps pour s’interroger sur ce qui nous interpelle, ce qu’on veut exprimer dans notre prochain spectacle, explique Jean-Marie Biret, président fondateur de Manahau. Un jour, une danseuse a pris la parole pour dire : « Moi j’ai honte, parce que je ne sais pas parler ma langue, et j’aimerais qu’on travaille dessus ». Les autres danseurs ont commencé à se confier, notamment au sujet des festivals auxquels ils participent à l’étranger et où sont également présentes d’autres délégations du Pacifique par exemple. Ils avouaient être un peu confus lorsque les jeunes s’expriment parfaitement dans leur langue, tandis qu’eux sont un peu plus dans la retenue, parce qu’ils ne possèdent pas cette maitrise. »

 

La langue comme véhicule

 

Le thème est donc tout trouvé. Sur scène, cela se traduira par un spectacle en deux parties. « Dans la première partie, nous présentons les raisons qui ont contribué à l’évolution des mentalités, poursuit Jean-Marie Biret. Nous parlons de colonisation, d’évangélisation, etc. Et dans la deuxième partie, c’est une prise de position dans laquelle nous démontrons pourquoi le reo tahiti est la langue la plus adaptée pour parler en Polynésie. Tout simplement parce que tout le vocabulaire nécessaire pour s’exprimer existe et que chaque mot véhicule un savoir, un savoir-faire – une culture, autrement dit. Mais nous ne sommes pas là pour dénoncer, ni pour donner des leçons. Nous souhaitons simplement, à travers ce spectacle, contribuer à une prise de conscience plus générale, car nous craignons pour l’avenir du reo tahiti et la singularité de notre culture qu’il contient et transmet. »

Dans cette expression poignante et forte qui porte la défense de la langue jusque sur scène, des chanteurs de grande qualité accompagneront les danseurs, tandis que les musiques seront livrées par de talentueux musiciens du Pays. La troupe Manahau promet un spectacle émouvant porté par une mise en scène originale.

 

 

« L’outrage du silence » : Pratique

Spectacle de danse traditionnelle de la troupe Manahau

Au Grand Théâtre de la Maison de la Culture

Vendredi 16 octobre à 19h30

Tarif : 2 500 Fcfp / 2 000 Fcp pour les enfants – de 12 ans, étudiants, groupes de 10 personnes

+ d’infos : 40 544 544 – www.maisondelaculture.pf

 

 

La porcelaine, fil rouge du spectacle

 

Les générations précédentes ont bien connu la symbolique du coquillage, qui était liée à l’utilisation de langue tahitienne à l’école… Une fonction qui a aujourd’hui fort heureusement disparu mais qui dont les conséquences sont toujours perceptibles, c’est la raison pour laquelle Manahau l’utilise dans son spectacle. Voici un extrait qui nous éclaire sur sa signification autrefois.

 

« Représentations et autoreprésentations. L’esprit colonial », de Chantal T. Spitz.

« Lorsque j’étais petite il était interdit de parler tahitien à l’école. Ce n’était pas spécial à la Polynésie française, c’était la loi dans toutes les colonies. On avait mis en place un système terrible pour forcer les enfants, non seulement à ne pas parler tahitien, mais en plus à dénoncer leurs camarades qui le faisaient. Le maître qui surveillait la récréation tenait dans sa main un coquillage que l’on appelait « le symbole ». Dès qu’il entendait un enfant parler tahitien il lui donnait le symbole. Et cet enfant, qui avait le symbole en main, devait se dépêcher de s’en débarrasser et il guettait ses camarades pour le donner à celui qu’il entendait parler tahitien. A la fin de la récréation, l’enfant qui avait le symbole dans la main était puni. Il devait arracher les mauvaises herbes dans la cour ou faire d’autres corvées. »

 

You may also like...