N° 76 – « Après Gauguin » : morceaux choisis

Rencontre avec Riccardo Pineri et Theano Jaillet, commissaires de l’exposition « Après Gauguin ».

 

 

« Il n’y avait pas d’art pictural en Polynésie française avant Gauguin », admet Riccardo Pineri, co-commissaire de l’exposition. Traditionnellement, l’art polynésien est en effet sculptural et corporel tandis que la peinture demande un autre rapport au monde qui nous entoure. « La peinture est avant tout un art de l’esprit », souligne l’historien de l’art. Voici différents regards, différentes approches, différentes sensibilités de la peinture en Polynésie de 1903 à 1960 pour accompagner votre découverte de l’exposition.

 

Adriaan Herman GOUWE (1875 – 1965)

En 1927, il lit un article enthousiaste sur les Mers du Sud et décide de partir pour Tahiti, où il s’installe sur la côte est avant de visiter Raiatea, Taha’a, Fakarava… Gouwe est un peintre majeur de la peinture polynésienne après Gauguin. « Il est le premier à saisir  la puissance du monde polynésien, à interpréter le mystère latent de la nature, la tension qui se dessine en elle. »

 

Serge GRES (1899 – 1970)

En 1932, il quitte Paris pour Tahiti où il demeure jusqu’à sa mort, faisant de nombreux voyages en Europe et aux Etats-Unis pour des expositions de peinture. « Serge Grès est le peintre de l’âme tahitienne. Il donne un sens dramatique aux couleurs, une tonalité de mélancolie aux personnages et paysages. Ses œuvres sont comme autant d’épreuves que la peinture nous donne à partager dans l’attention donnée à l’autre ».

 

Nicolas MORDVINOFF (1911 – 1973)

Il voyage à Tahiti en 1934 et habite Paea jusqu’en 1946. Pendant son séjour, il fait de nombreuses expositions à Papeete, des tableaux caustiques, pleins de verve et de factures très diverses. « Mordvinoff est un des premiers à marier des formes occidentales avec des teintes polynésiennes, sans pour autant nourrir le mythe. Il y a dans ses œuvres un véritable réalisme du monde polynésien, une interprétation de la réalité de celle-ci. »

 

André BROOKE (1909 – 1988) et Frank Fay (1921-2011)

Brooke fait l’Ecole des Beaux-arts de Budapest, il poursuit ses études puis fait un premier séjour à Tahiti de 1937 à 1945. Frank Fay crée à Tahiti en 1949 un atelier de céramique puis, en 1960, le « Centre d’Art Abstrait de Tahiti ». « Brooke et Fay sont les pères de l’abstraction polynésienne. Tous deux ouvrent de nouvelles perspectives à la peinture contemporaine en quête de paysages intérieurs, plutôt que du naturalisme exotique dominant ».

 

Emile Marae a tai, dit Emile GAUGUIN (1899 – 1980)

Fils de Paul Gauguin et de Pau’ura, Emile n’a aucune démarche artistique et encore moins de talent, mais sa signature va en décider autrement : ils sont plusieurs à tenter d’exploiter son nom dans le monde de l’art. Cela lui permettra d’exposer à Chicago, Londres, Paris, Miami et Los Angeles – sans grand succès.

 

Exposition « Après Gauguin » : Pratique

–       Jusqu’au 24 mai 2014

–       Salle d’exposition temporaire du Musée de Tahiti et des Îles

–       – Ouvert du mardi au samedi, de 9h à 17h

–       – Entrée : 600 Fcfp / gratuit pour les scolaires et les étudiants

+ d’infos : 54 84 35 – www.museetahiti.pf et sur Facebook : Musée de Tahiti et des Îles – Te Fare Manaha

You may also like...