« Mémoires de Polynésie », le patrimoine audiovisuel polynésien offert aux téléspectateurs

Par • 19 oct, 2011 • Catégorie: A La Une, Trésors vivants


Le retour du Bataillon du Pacifique en 1946, le Carnaval de Papeete en 1962 ou la visite du
Général de Gaulle en 1966 : des images exceptionnelles et précieuses que la série « Mémoires de Polynésie », produite par l’ICA grâce aux films de particuliers, nous permet d’apprécier.

 L’ICA constitue depuis 2003, une collection unique d’archives audiovisuelles dédiée à la Polynésie et à l’Océanie, depuis les origines du cinéma à nos jours. La télévision est née en 1965 à Tahiti, il existe donc peu de documents antérieurs aux années 70. Ces images rares proviennent principalement de fonds privés, de films amateurs, des dépôts volontaires et des donations de particuliers ou d’institutions. Elles n’ont pas toujours été très bien conservées ou de très bonne qualité, ni très bien filmées, mais elles témoignent d’une époque, des gestes du quotidien, des réunions familiales, des fêtes et des grands événements sportifs et culturels. A travers elles, on découvre encore la Polynésie de nos grands-parents, leur manière de vivre, la transformation de la ville et des districts.

Remonter le temps…

 La mission de l’ICA est non seulement de conserver ces images mais également de les valoriser et de les restituer auprès du grand public. Si Cinematamua est l’un des moyens de présenter le travail de l’ICA, la télévision, présente dans de nombreux foyers, permet un plus grand partage encore. C’est pourquoi il fut décidé, en partenariat avec Tahiti Nui Télévision, de produire « Mémoires de Polynésie », un programme court qui offre aux téléspectateurs polynésiens des images d’archives oubliées. Née en 2003, la série compte à ce jour 256 modules, qui permettent à tout un chacun de visiter la Polynésie en remontant le temps. Lorsque de nouvelles images arrivent à l’ICA et qu’il s’agit de rushes (images non montées), elles sont tout de suite analysées pour voir si elles disposent de matière pour « Mémoires de Polynésie ». Car il faut pas moins de 5 à 6 minutes d’images brutes pour réaliser une séquence de 2 minutes. Si les images sont peu nombreuses, comme par exemple pour l’arrestation de Pouvanaa a Oopa (Fonds Salmon) ou l’inauguration de l’aéroport de Tahiti-Faa’a (Fonds Collet), le montage peut-être un peu plus lâche. Ensuite, vient la rédaction des textes afin de situer l’action et de la replacer dans son contexte. Pas toujours facile lorsque la documentation manque et que la datation des extraits est peu précise ! Au final, chaque montage est accompagné d’un court texte présentant les images et donnant l’origine de l’archive.

L’ICA possède également de nombreux fonds vidéo. Depuis 1984, tous les rushes des événements filmés par l’ICA ont été conservés, certains n’ont jamais été exploités et restent donc inédits auprès du grand public (championnats d’haltérophilie Océania ou les championnats de Polynésie de Moorea). 40 nouveaux modules seront diffusés sur TNTV dans le courant du mois d’octobre 2011. Depuis l’épisode 177, les émissions sont post-produites en haute définition 16/9.

ENCADRE

Sélection de quelques émissions

A voir sur ww.ica.pf (plus d’une centaine de modules sont en ligne)

 Module 10 : le Bataillon du Pacifique arrive à Tahiti – Fonds Hollande / ICA.

1946, le Bataillon du Pacifique après s’être vaillamment battu en Afrique du Nord puis dans le Sud de la France, rentre au pays. Embarqué sur le Sagittaire avec la troupe, Charles Hollande filme ce voyage avec sa caméra 16. L’arrivée à Tahiti est émouvante. Tout Tahiti est venue saluer ses enfants soldats partis il y a plus de 5 ans.

 Module 91 : Carnaval de Papeete – Fonds De Chazeaux / ICA

Jean De Chazeaux arrive à Tahiti en 1961 à bord de la Bayonnaise dont il est le commandant. Avec l’aviso-dragueur La Capricieuse, il se voit confier des missions hydrographiques et géodésiques sur les futurs sites d’expérimentation nucléaire. Jean De Chazeaux filme en 16 mm son séjour en Polynésie, et en 1962, il y a Carnaval à Papeete !

 Module 168 : Claire Leverd et Madelaine Moua – Fonds Kugler / ICA

C’est en novembre 1965 que Laurent Kugler prend ses fonctions d’instituteur à Fatu Hiva aux îles Marquises. Lorsqu’il descend sur l’île de Tahiti, les festivités du mois de juillet battent leur plein. Armé d’une caméra 8 mm, il y filme le Tiurai, les baraques foraines, les manèges mais surtout les groupes de danse qui se produisent. Parmi les danseuses on reconnaît Claire Leverd, et parmi les groupes le légendaire « Heiva » de Madeleine Moua.

 Pratique

Si vous aussi vous possédez d’anciens films et que n’avez pas le matériel nécessaire pour les lire, ou si ils sont endommagés, n’hésitez pas à vous adresser à l’ICA qui essayera, dans la mesure du possible, de les restaurer et de les numériser.

Ouvert de lundi au vendredi, de 8h à 17h

Tel : 506 750

Colline Putiaoro – Immeuble ICA / TNTV, quartier de la mission Papeete

{lang: 'fr'}

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire