Pour que germent les jeunes pousses

Tous les ans, le département des Arts traditionnels du Conservatoire oriente son travail sur le thème choisi par l’UNESCO. Cette année, il s’agissait des forêts : une occasion unique de sensibiliser les jeunes élèves à la fragilité de la nature. C’est Mamie Louise, trésor vivant de la danse et poétesse inspirée, qui écrit toutes les compositions (‘aparima, pata’u et ote’a) sur lesquelles les apprentis danseurs se sont exprimés toute l’année. Voici en exclusivité ces supports de la vivacité du ‘ori tahiti, dont vous avez pu apprécier la richesse lors du gala du Conservatoire en juin dernier.

Mauriuri peretai
I te taitairaa mai e
Te tiáraa mai maruapo
Matamata aera peretai e
I te hiti taha te fenua e
Tei faa hirinai taooto te fenua e
I te rumaruma o te po
Tahiri te matai na te peho
Puhihauhau te hupe rii au e
O tei tahei te papa fenua
Te rumarumapo o maruapo
O tei faaheimoe te fenua
I te heeraa o te tau e
Toro mai nei maruapo
Te apurima tahopu ia oe te fenua e
Taai mai nei te anave aho ora e
Tei tahitahi te aore reva
Te matai ora no to oe na haereraa e
Tiau ae nei o na rima
Ma te heihei ia oe te fenua e
Mau ae nei te tiarama maramarama
O hina aratai te fenua
I roto i te rumarumapo
O maruapo
Le grillon chante
De manière insistante
Alors que la nuit s’installe
Jetant un coup d’œil
A l’extrémité de la terre
Il sentit celle-ci frémir
Sous le couvert de l’obscurité
Le vent se promène dans la vallée
Diffusant doucement sa fraîcheur
Jusqu’à couvrir la terre entière
La nuit est si dense qu’elle
Couvre la terre d’un voile d’illusion
Au moment ou le temps s’échappe
Alors la nuit étend la main
Afin d’étreindre la terre
Dans un souffle long
Qui éloigne le néant
Un souffle qui rappelle ton départ
Nos mains se rejoignent
Pour t’honorer d’une couronne
Et pour brandir le flambeau
De Hina, gardienne de la terre
Malgré l’obscurité
De la nuit
(…)
Hià aera o te natura
I tona tereraa e
Huihui moria i te taha e
I te taha reva o te ra’i e
Horohoro nu’unu’u tapu avae e
Horo nu’u taureà e
Uiui to poro avae
Pahee taureà te rereraa mai e
Mahuta haumoe i te reva e
Rere tahopu mai
Te matai o to’u aià e
Toro to rima a hau te matai
Tei faataha na pererau i te reva e
Ua rere ua rere te hitiraa o te ra
Tutaperepere aera o te tau e
Ua tau, ua tau i to’u aià
Tifene parahi i raro e
Patu i raro, patu to rima
Poa o te tau i to’na hororaa e
Pai i te reva paipai ra
Hià o te tau te tiàraa mai e
Tutaperepere aera taureà e
Hià taureà te nu’uraa mai
I to’u mau hinaaro rahi e
Te horiri toétoé o te ao e
O tei tahopu hia mai
Te hihi ahi tamahanahana
Teie nei ao uri o te tau
Tutaperepere aera te natura
Ua uri te ra’i
Horiri toétoé te fenua
Ua unuhiarei te rereraa
Oe te amata auahi
O te mau hia’ai o te natura
I to oe na oraraa e
Tei haa mahui
Faaateate to oe na a’au
O tei haamau te taime e
I roto te nu’uraa o te tau e
E te tau e, o oe te tià aratai
Te tiàrama turama te natura
I to oe na haere a e
Tei tahopu te mau hia’ai
Te amata auahi o te rahu ora e
O te aumii aratai i te hau e te natura
Na te éa rii moe e
Ua marohi ua faaoriorio te fenua
E ua haamio aera te natura
La nature chuta
En marchant,
Se croyant en représentation
Aux extrémités du monde,
Ses pas se sont emballés.
Comme une horde jeune et véloce
La plante des pieds frotte
Le danseur glisse tel un oiseau
Porté par la brise haumoe
Vole dans cette direction
Sur le dos du souffle de notre terre
Etend tes mains et reçoit la paix
Qui soutient les ailes
Qui volent et s’éloignent vers l’Est
Le temps vacilla
Et se posa sur ma terre
Pour s’y asseoir
Les mains battirent le sol
En claquant
Frappant l’air à plusieurs reprises
Le temps vacilla en se levant
Le jeune trébucha
De son pas hésitant
Face à mes désirs
Un frisson me traverse
Et me saisi tout le corps
Les rayons de chaleur
De ce monde m’enlacent
La nature hésita
Le ciel s’est assombri
La terre frissonne de froid
Le vol s’en est allé
Tu ressembles aux brindilles incandescentes
Des désirs de la nature
Tout le long de ta vie
Qui mit à jour tes sens
Qui libéra tes entrailles
Qui figea le temps
Durant sa course
Le temps est le guide
Le flambeau qui illumine la nature
Sur le chemin
Qui apaisa les envies
Le feu de la nature
Les désirs qui conduisent la paix et la nature
Par les sentiers cachés
La terre s’est desséchée, elle s’est fanée
Et la nature se rebiffa
(…)
To’u fenua o to’u ia papa
O to’u tipaeraa to’u nohoraa
To’u fenua te opu o to’u nei ora
Te pito o to’u nei tumu
Te àà to’u nei hiroà
Tei faàamu to’u nei tupu
Tei mahora i nià te pāpā
Te amaà o te tumu o to’u fenua
O tei tahiri i te amaà rima
O te rauere manirima o te tumu
I te ao reva o te fenua
E ua nape mai
Te rauere apurima
Tei tahiri te matai
I te taha o te papa reva
O tei faatià te urupoo o te fenua
I te vahi teitei o te papa
Te pito fenuaTe a’au o te papa
Te àà o te tumu
Te pou tafare o to’u tiperaa
E to’u turiraa
I te vahi heeuri
O to’u nei fenua
Te opu o te papa fenua
Ma terre est mon socle
Mon point d’ancrage
Ma terre est le cœur de mon être
Le centre de mon existence
Les racines de mon essence
Qui nourrissent ma vie
Exposées sur la place publique
Les branches de l’arbre de mon pays
Où se balancent les rameaux
Et son feuillage
Remplissent l’espace
Les feuilles me saisissent fermement
Comme des mains griffées
Face au vent qui souffle
Depuis la côte vers les cimes
Le vent s’est réveillé
Au sommet du rocher
Où se situe le centre du monde
Le cœur de la force
Les racines puissantes de l’arbre
Les piliers de ma terre d’accueil
Où fléchissent mes genoux
Tant d’abondance et de générosité
Me forcent au respect de ma terre
Du ventre de la terre nourricière

You may also like...