Pûtahi, acte 2

[singlepic id=538 w=320 h=240 float=left]
Souvenez-vous du premier « Pûtahi i Tahiti », rencontre culturelle et artistique entre Aotearoa, Hawaii et Tahiti, qui avait eu lieu en juin dernier au Centre des Métiers d’Art : l’événement s’est poursuivi en ce début d’année 2011 à l’université de Waikato à Hamilton (Nouvelle-Zélande). Pendant trois semaines, 9 élèves, un élève diplômé ainsi que deux enseignants et le directeur se sont rendus en terre maorie afin de rencontrer les enseignants et artistes, et de partager avec eux les savoirs et savoir-faire artistique, entre tradition et modernité.

Un séjour riche en rencontres, en découvertes, en apprentissages, mais aussi en productions, comme en témoignent les œuvres originales réalisées lors de Pûtahi n°2. L’équipe du CMA a pu appréhender la culture et les acteurs du monde culturel Maori,  échanger avec Ngahuia et Linda Waimarie , les auteures du magnifique ouvrage « Mau Moko »*, Lionel Grant, maître sculpteur, Wiremu Puke, maître sculpteur,  Donna Campbell, enseignante en tressage,  Wi Taepa, artiste,  Edouard Harawira, maître tatoueur… Ils ont pu suivre l’atelier de tressage avec Donna Campbell, spécialiste de la discipline, participer à l’atelier de modelage avec l’artiste Wi Taepa, se familiariser avec la sculpture traditionnelle grâce aux conseils de Wiremu Puke, mais aussi assister à la présentation des motifs de tatouage maoris avec Edouard Harawira.

Plusieurs rencontres avec les tribus ont été préparées par les organisateurs afin que la délégation du Centre des Métiers d’Art puisse s’immerger dans la tradition Maorie qui est celle du « Fakatau ki te Manuhiri », se remémorant ainsi que les premiers habitants de Aotearoa viennent de Rangiatea, Raiatea, aux Îles Sous-le-Vent…

Cet événement culturel et artistique en Nouvelle-Zélande aura permis de poser des questions essentielles sur la pratique artistique polynésienne : la   nécessité d’œuvrer pour une culture vivante à travers des pratiques traditionnelles qu’il faut préserver et l’émergence d’une expression artistique contemporaine par le mixage des médiums, la peinture actuelle, l’installation, etc.

Afin de marquer leur passage, l’équipe tahitienne a réalisé quatre  unu, qui seront implantés au marae TeAoHurihuri de l’université de Waikato, et une sculpture monumentale chez la tribu Ngati Tuhoe.

Le rendez-vous est pris pour un troisième Pûtahi quelque part en Polynésie dans un an et demi, avec les artistes de Ateoaroa, Tahiti, Hawaii et en essayant d’ouvrir cette rencontre aux artistes de Rapa Nui, Samoa, Tonga, Fidji. A suivre donc !

* Mau Moko : le monde du tatouage maori. Editions au Vent des Îles.

You may also like...