L’art de faire réfléchir…

[singlepic id=410 w=320 h=240 float=left]
Voici 3 œuvres réalisées lors du Putahi, rencontre culturelle et artistique organisée au Centre des Métiers d’Art le mois dernier. Trois œuvres aux problématiques bien actuelles, trois trésors d’imagination et parfois d’ironie au sujet de la société polynésienne contemporaine.

Erena Baker, « les beautés polynésiennes »

Cette jeune artiste de Nouvelle-Zélande, fraîchement diplômée d’un master en art visuel maori, nous offre une « manipulation » photographique de la femme polynésienne, réalisée à partir d’une carte postale ancienne. « Cette polynésienne est photographiée par le prisme de la culture européenne. J’ai travaillé l’image originale pour mettre mon visage à la place. L’ombre qui s’en détache fait référence à la croyance maorie selon laquelle se faire photographier capture une partie de ton esprit. La femme, selon le titre de la carte, vient de Raiatea : tous les Polynésiens viennent de là, c’est le berceau de notre culture. En maori, nous l’appelons Rangiatea. Il existe un proverbe qui dit ‘’E kore au e ngaro he kakano, i ruia mai i Rangiatea’’, ce qui signifie : ‘’Je ne serai jamais perdu, la graine qui a été semée vient de Rangiatea’’. Même transformées par une vision plus ou moins romantique de la femme et la beauté exotique, les Polynésiennes, du surcroît de Raiatea, n’en perdent pas moins leur âme…

Robert Jahnke, umete-bouclier

Le umete, récipient traditionnel creusé dans lequel la nourriture était déposée, est un symbole d’abondance important dans la culture polynésienne, d’autant qu’il a traversé les âges. Le bouclier est l’arme occidentale la plus ancienne, destinée à parer les attaques. Dans l’œuvre de Robert Jahnke, ces deux objets ne font plus qu’un… La tradition serait-elle notre meilleure arme ? Faut-il réunir les héritages pour les harmoniser, les enrichir, les réinveter ? De nombreuses questions sont évoquées par ce travail aussi technique que conceptuel. Le umete-bouclier a été réalisé en bois de kohu, assemblé puis brûlé pour obtenir cette magnifique teinte noire.

Warren Ten Koan Cheung, fontaine traditionnelle

Voici une oeuvre surprenante, un brin provocatrice… Warren a sculpté un umete à bec verseur, traditionnellement utilisé pour la cérémonie du ‘ava, qu’il a installé sur un socle en position de versement. Au bout de celui-ci : un verre de coca-cola plein ! « Je souhaitais nous mettre face à l’évolution dans ce qu’elle a de plus vicieux. Aujourd’hui, ce n’est plus le ‘ava la boisson de fête et de rassemblement, mais la bière ou le coca qui coulent à flot. Coca est n°1 des ventes de boisson en Polynésie française ! » Une analyse traduite par une œuvre originale, ou les dérives de la société de consommation bien loin de ses traditions.

PRATIQUE

L’exposition des œuvres du Putahi, c’est :

– Au Centre des Métiers d’Art – quartier Mamao, Papeete

– Jusqu’au 1er octobre

– Du lundi au vendredi, de 8h à 16h

– Entrée libre

+ d’infos : 43 70 51 – [email protected]

You may also like...