Pûtahi 2010… Développer la culture au présent

[singlepic id=343 w=320 h=240 float=left]
Voici un événement clé de l’année 2010 pour tous les amateurs d’art contemporain polynésien. Le Centre des Métiers d’Art, en concertation avec des universités néo-zélandaises et hawaiienne, organise le premier Pûtahi, rassemblement artistique et culturel polynésien. Artistes confirmés et en devenir vont, du 22 juin au 5 juillet, pouvoir partager leurs visions et leurs savoir-faire dans les domaines de la création artistique. La création artistique qui interroge, regarde, anticipe, provoque, bouscule, parfois dérange, mais permet une compréhension lucide et visionnaire de ce monde. L’idée est de favoriser les échanges, de progresser par la rencontre et la confrontation, mais aussi d’encourager l’émergence de jeunes créateurs contemporains polynésiens.

Février 2010. Donn Ratana, illustre artiste maori et maître de conférences à l’université de Waikato (Nouvelle-Zélande) en art, s’arrête à Tahiti alors qu’il se rend à Hawaii. Il souhaite rencontrer les artistes tahitiens, ses cousins du Pacifique à la fois si proches et si lointains ; car il a l’impression de ne pas les voir sur la scène artistique régionale et internationale, contrairement à ses pairs maoris et hawaiiens. C’est ainsi qu’il se rend au Centre des Métiers d’Art, où il rencontre Viri Taimana, le directeur. Les deux artistes discutent longuement, évoquent leur travail et vision artistique respectives. Il serait dommage d’en rester là ! De ce dialogue, perçu comme un enrichissement mutuel privilégié, naît un projet ambitieux : organiser une rencontre autour de l’art du Pacifique Sud, qui réunirait Tahiti, Aotearoa et Hawai’i. Mais il ne faut pas attendre : le rendez-vous est pris, tout juste quelques mois plus tard, à Tahiti… Il est bon de battre le fer tant qu’il est encore chaud.

D’une rencontre naît un événement

Suite à la rencontre entre Viri Taimana et Donn Ratana, la nécessité d’un rassemblement d’artistes « autochtones » polynésiens de la région s’est donc imposée. Le Centre des Métiers d’Art de la Polynésie aura l’honneur d’accueillir, du 22 juin au 5 juillet, la première rencontre culturelle et artistique nommée Pûtahi, qui signifie « jeunes et anciens rassemblés en un lieu comme une famille, une troupe ». Une définition qui traduit à merveille l’objet de cet événement, qui est de permettre la rencontre de Polynésiens autour de thématiques relevant du patrimoine, de pratiques artistiques et de l’art contemporain de la région.

Ce rassemblement est un pas volontaire vers la conquête d’une expression artistique contemporaine dont le but est d’affirmer la présence de ces cultures sur la scène artistique internationale. Les productions d’œuvres contemporaines maories et hawaiiennes ayant une avance dans le domaine des arts visuels, un échange d’expériences, de savoir-faire et une confrontation entre artistes confirmés et artistes en devenir s’avère aussi enrichissante qu’essentielle.

Si le Centre des Métiers d’Art est un établissement de « formation d’artisan hautement qualifié dans les domaines de l’art traditionnel et moderne », il est néanmoins focalisé sur l’art traditionnel. Depuis 2006, une volonté d’œuvrer pour une dimension contemporaine de l’art polynésien en Polynésie française se manifeste dans cet établissement sous l’impulsion de l’équipe de direction, déterminée à lui offrir les outils indispensables à son épanouissement. Le Pûtahi répond à cette volonté ; celle de voir émerger de jeunes artistes polynésiens capables de décrypter les enjeux actuels du monde contemporain, de s’inscrire sur la scène internationale… Autrement dit, de développer la culture au présent.

ENCADRE

Le Pûtahi 2010, c’est avec :

–          Le Centre des Métiers d’Art

–          L’université de Waikato (Hamilton – Nouvelle-Zélande)

Donn Ratana – artiste, maître de conférences

–          L’université de Massey (Palmerston North – Nouvelle-Zélande)

Robet Jahnke – artiste, responsable du département « études maories »

–          L’université de Hawaii – Manoa (Honululu)

Haliimaile Andrade – artiste, professeure associée en « Native Hawaiian Creative Practices »

–          Tribal Maori Education Center (Nouvelle-Zélande)

Chaz Doherty – artiste, conférencier

–          Dix étudiants de ces 3 universités c’est-à-dire 10 étudiants de chacune ou 10 en tout ?, les 30 élèves du Centre des Métiers d’Art

Il y aura :

–          Des rencontres, des débats sur le patrimoine, les pratiques artistiques et l’art contemporain dans le Pacifique Sud

–          La production individuelle et commune d’œuvres artistiques

–          Des présentations publiques de travaux d’artistes participants

–          Des ateliers de travaux pratiques (dessin, peinture, sculpture, installation, infographie)

–          L’exposition des travaux de diplôme des élèves de 3ème année gravure et sculpture 2010

–          L’exposition des travaux du PÛTAHI

Rencontre avec Donn Ratana, artiste maori et maître de conférence en art…

Ton parcours d’artiste ?

Beaucoup d’artistes ont fait les beaux-arts dans de brillantes universités (Auckland, Christchurch). Je suis un autodidacte, mais j’ai tout de même étudié plus tard à l’université de Massey pour passer un master en « art visuel maori », avec le professeur Robert Jahnke.

Comment es-tu devenu professeur à l’université de Waikato ?

Je travaille dans l’éducation depuis 1967 et plus particulièrement dans le milieu artistique depuis 1970. J’ai d’abord commencé comme spécialiste de l’art au collège, puis comme conseiller en art dans de nombreuses écoles. Enfin, j’ai été nommé maître de conférences à l’université de Waikato, où j’enseigne depuis 21 ans.

Qu’enseignes-tu exactement ?

J’enseigne l’art aux futurs professeurs en stage, mais aussi aux étudiants souhaitant développer leurs connaissances et compétences en la matière. Je suis toujours conseiller en art auprès de certaines écoles et de la communauté.

Quelle est ta vision de l’art contemporain océanien ?

L’art contemporain océanien se traduit d’après moi dans la manière qu’ont les artistes, les maîtres de conférences et les étudiants de donner des formes visuelles à des questions sociopolitiques du passé, du présent et du futur. Voir comment, en tant qu’artistes, nous pouvons communiquer nos problématiques entre nous, à la communauté, aux Polynésiens, aux sociétés occidentales, aux autres peuples indigènes… L’art doit avoir une portée internationale.

Quelle est, selon toi, l’importance du Pûtahi ?

Premièrement, il s’agit d’une connexion avec nos lointains cousins de Tahiti. Deuxièmement, c’est l’occasion de partager des idées et des savoirs dans une veine contemporaine. La société tahitienne avait de grands artistes bien avant Gauguin ! Troisièmement, j’espère que c’est une ouverture pour que les étudiants et professeurs viennent étudier, visiter et travailler en Nouvelle-Zélande et à Hawaii. Ce n’est pas seulement une rencontre artistique et culturelle, c’est aussi un échange de culture, de personnalité, d’expérience et de vie.

Qu’est-ce que les artistes du Pacifique peuvent s’apporter ?

Je pense que nous nous retrouvons sur certaines idées mais nous avons aussi des visions et des questionnements totalement différents : il sera intéressant de les découvrir. Nous ne travaillons pas de la même façon et j’ai hâte de partager nos connaissances et techniques.

Ton sentiment sur l’art contemporain tahitien ?

Je le trouve très expressif. J’ai eu l’occasion de rencontrer un artiste tahitien et de voir ses œuvres, j’ai apprécié sa démarche, dans laquelle il donnait une forme visuelle intéressante à une idée qui ne l’est pas moins : la « contamination » (les influences extérieures). Mais je crois que les artistes locaux pourraient devenir plus engagés, plus fous, plus visionnaires… Ils doivent se mettre en colère, interroger la société, la politique, l’histoire et le montrer dans leur art ou dans des performances ! La représentation des formes traditionnelles ne suffit pas à une expression artistique contemporaine.

Quels sont les points communs entre les arts tahitien, maori et hawaiien ?

Nous avons les mêmes ancêtres, nos migrations nous lient et notre histoire appartient à notre terre et à l’océan.

ENCADRE

Programme

Ouvert au public et gratuit

Samedi 19 juin, à partir de 18h

Accueil des participants du Pûtahi au Centre des Métiers d’Art

Cérémonie du ‘ava, danse traditionnelle avec O Tahiti E et animation musicale par Mareva

Du mardi 22 au vendredi 18 juin, du lundi 28 au vendredi 2 juillet, de 9h à 11h30 à 13h à 16h

Ateliers de travail (réservés aux élèves du Centre des Métiers d’Art ainsi qu’aux participants invités)

Mercredi 23 juin, de 16h à 18h

Conférence publique autour de l’art contemporain

Vendredi 25 juin, à 18h

Exposition des travaux de diplômes des élèves de 3ème année gravure et sculpture du Centre des Métiers d’Art

Animation musicale par le groupe Manaiki

Vendredi 2 juillet, de 16h à 18h

Présentation des travaux des artistes invités

Lundi 5 juillet à 18h

Exposition – clôture avec présentation des travaux du Pûtahi,

Animation musicale par le groupe Talou

Exposition Pûtahi 2010 du 5 juillet au 1er octobre 2010

You may also like...