Monoi, d’hier à aujourd’hui

À la fois huile de massage et secret de bien-être, soin rituel ou remède, le monoi est intimement lié à un certain art de vivre polynésien depuis les temps immémoriaux. Ce produit a su traverser les âges sans perdre une goutte de sa valeur ; il est aujourd’hui encore très présent dans notre quotidien à tous.

D’hier…

[singlepic id=199 w=320 h=240 float=left]
Produit culte né de l’huile raffinée de coco dans laquelle macèrent des fleurs fraîches de tiare, notre huile parfumée était considérée comme sacrée par l’ancien peuple polynésien. Utilisé au cours des différentes cérémonies traditionnelles par les prêtres, le monoi avait pour fonction de purifier les objets rituels, les offrandes ou les autels. Les corps des défunts lors des célébrations mortuaires en étaient également enduits, afin de mieux conserver la dépouille lors de l’embaumement. Pendant les festivités, le monoi magnifiait les tatouages des chefs, guerriers et danseurs, leur conférant beauté et aura. Selon les archipels et les époques, ses utilisations traditionnelles ont perduré au cœur de la culture polynésienne : cosmétique pour la peau et les cheveux, huile pour les massages (taurumi) ou ingrédient entrant dans la composition de remèdes médicinaux (ra’au)

… à aujourd’hui : les usages quotidiens du monoi n’ont pas changé !

Adoucissante, hydratante et protectrice, l’utilité actuelle de l’huile du monoi n’est plus à démontrer. Les femmes enceintes s’en enduisent toujours le ventre pour éviter les vergetures ; dès leur naissance, les nouveaux-nés sont massés pour nourrir et protéger leur peau, et aider à la cicatrisation du pito… Réputé aphrodisiaque, les couples l’utilisent comme huile de massage pour éveiller les sens. Les corps en sont enduits durant la saison froide pour réchauffer les membres, particulièrement par les pêcheurs et plongeurs pour se protéger de la fraîcheur de la mer et du vent. Le monoï soulage également les douleurs musculaires, contribue à assouplir la peau et à la protéger des méfaits du soleil. Il est également resté le produit miracle pour entretenir la chevelure légendaire des vahine ! Conclusion : si le monoï n’a plus une fonction rituelle sacrée, il était et reste donc largement utilisé pour ses multiples propriétés bienfaisantes.

Et demain ?

Si le produit ancestral a su gagner une renommée mondiale pour devenir une des emblèmes de la Polynésie, il cherche aujourd’hui à se renouveler pour trouver de

nouveaux débouchés. Portées par des passionnés du monoï (marques, producteurs, chercheurs) les initiatives se multiplient pour faire de cette matière première de qualité un incontournable des soins cosmétiques et de bien-être dans le monde entier, ouvrant ainsi de belles perspectives d’avenir à la filière monoï, artisanale comme industrielle.

Pour en savoir + sur le monoi

Une petite visite des sites www.monoi-institut.org et monoiaddict.com s’impose ! Vous y trouverez de nombreuses informations autant les vertus et utilisations du monoi que sur la filière en général (fabrication, producteurs, appellation d’origine, etc.). Au Vent des îles a édité un petit ouvrage : Monoi de Tahiti et des îles (collection Survol), qui retrace l’histoir, les traditions et les recttes liées à cette huile bienfaisante.

You may also like...