Taaroa et la naissance du premier homme – ‘Apu

Comédie musicale de Coco Hotahota. textes d’Henri Hiro, traduction de John Mairai.

A l’instar du précédent Hiro’a, le texte présenté ici est issu de « Taaroa », une comédie musicale écrite par Henri Hiro en avril 1984 et mise en scène par Coco Hotahota. Propriété de l’OTAC (Office Territorial d’Action Culturelle), « Taaroa » est traduit du tahitien par John Mairai et s’inspire d’un passage de Tahiti aux temps anciens de Teuira Henry.

Ce second extrait, intitulé ‘Apu, évoque les multiples formes à travers lesquelles le dieu Taaroa se manifeste à l’Homme. La plus belle de ces manifestations n’est autre que la nature qui nous entoure, notre pays… un merveilleux présent que le Ciel a accordé aux Polynésiens !

‘Apu

Ua ‘apu mano tini, tini rau e,
O te rahu a Taaroa ra e.
Ua täravarava tärava e,
Te ‘apu tinitini a Taaroa.
Hi’o a’e ta’u mata iti nei e,
Ua api au rahi i te hana mo’a ra.
Färiuriu a’e ta’u i aro e,
Popo’ihia mai ta’u mata iti nei,
I te iho tuputupu a Taaroa.
Titau mai e, tütonu mai e,
Tütonu mai na ra pa’i e,
No tö aroha nei ho’i e,
Faatara ihora ta’u vaerua
I tera mana hope a Taaroa.
Tärava iho nei ta’u tino e,
Hipahipa manu i te rahu
‘Una’una a Taaroa.
Täheiheihia ta’u mana’o iti,
I te hei hei-fara o te here e,
E aha atu na ra o te ta’o e,
Ua rorotahi ta’u manava iti
I te mëhara rahi o ta’u tino
Ua riroriro roa i te rahu a Taaroa.
Ei ti’a’au, ei poiherehere,
E ei aupuru i te tumu nui o ta’u âi’a.

« L’enveloppe »

Innombrables sont les formes de Taaroa.
Se croisant et s’entrecroisant
Innombrables sont les enveloppes de Taaroa.
Mon regard de mortel contemple avec ravissement
La divine présence en toute chose.
Lorsque je me retourne
Mes yeux sont envahis de la présence de Taaroa.
Il est là, s’exhortant à contempler.
Contemple dont ô mortel !
Je vis ainsi l’infini de son amour
Et mon âme se troubla.
Je me prosternai léger comme l’oiseau
Devant la glorieuse création de Taaroa,
Et mon esprit fut saisi d’un amour infini.
Ô création, que fait-il ajouter ?
Tout est fait.
Ô conscience ! Ô mémoire !
Rappelez-moi toujours que je suis le serviteur
Aimant, protecteur de l’essence de mon pays.

You may also like...