Le partage du savoir – les 30 ans du Conservatoire

[singlepic id=87 w=160 h=120 float=left]Le conservatoire nous donne rendez-vous le 18 avril au Grand Théâtre de la Maison de la Culture, pour offrir aux parents d’élèves mais également aux amoureux de l’art classique un beau moment de musique : le magnifique concert des grands ensembles. Cette soirée s’inscrit dans le cadre des 30 ans de l’établissement.

Grand orchestre, grande harmonie, chorale : élèves et professeurs auront à cœur de fêter cet anniversaire, afin d’honorer un lien qu’ils tissent années après années. Ce lien, c’est le partage du savoir.

[singlepic id=98 w=160 h=120 float=left]Le conservatoire artistique de la Polynésie française (CAPF) est un lieu magique, unique en son genre. Cet établissement public se situe au carrefour de deux grandes traditions artistiques, qui se rencontrent au quotidien : l’art classique et l’art traditionnel polynésien.
« C’est avant tout le temple de l’apprentissage, de la rencontre et de la transmission de savoirs et de savoir-faire entre étudiants et pédagogues praticiens de leur art », précise son directeur Fabien Dinard. « L’objectif premier de nos professeurs est de former des artistes complets, c’est-à-dire capables d’exceller dans la pratique d´un art.

Nous organisons des concerts afin de les confronter à la scène, au public, pour les habituer à la pratique collective. Le concert des grands ensembles est une des plus belles démonstrations de notre enseignement en art classique, car il donne l’occasion aux spectateurs d’apprécier le niveau de nos élèves, résultat de leur travail et de celui des professeurs. Ces derniers guident avec attention chaque élève tout au long de ses études, afin que, on ne répètera jamais assez, les apprenants d’aujourd’hui deviennent les professionnels de demain. » Car c’est dans la transmission que les professeurs se réalisent, et dans la progression que les élèves s’épanouissent.

Alors, bon anniversaire au CAPF, et surtout ne manquez sous aucun prétexte le concert des grands ensembles. Ce concert, qui est également une grande fête, sera à l’image du conservatoire : unique, prestigieux et métissé.

[singlepic id=78 w=160 h=120 float=left]Le grand orchestre symphonique* de Frédéric Rossoni
« Cette année, explique Frédéric Rossoni, nous allons jouer un répertoire classique, pour changer de l’an passé où nous avons proposé des chansons de variétés. Il faut alterner pour offrir au public une diversité de musique ! » Pour l’occasion, Frédéric Rossoni a composé deux morceaux. Autre nouveauté pour ce concert, la prestation de quatre élèves en solistes : deux au piano, un au violon et un à la clarinette. « Il s’agit là de notre rôle : mettre en vedette les compétences des élèves du conservatoire. Lorsque j’ai présidé le jury d’examen des sessions de 2008, j’ai repéré quelques élèves qui se distinguaient, d’où mon idée de leur proposer de jouer en solistes lors de ce grand concert. C’est une manière de valoriser leur travail et de permettre au public de découvrir leur talent. »

Au piano : Eva Lachhar
A 16 ans, Eva entame déjà sa dixième année de piano. Elle est actuellement en dernière année au conservatoire et a été choisie par le chef d’orchestre Frédéric Rossoni pour jouer en soliste lors du concert des grands ensembles. « C’est pour moi un grand honneur », confie-t-elle. « Ce sera la première fois que je serai dirigée par un chef d’orchestre et que je jouerai pour l’orchestre symphonique. J’appréhende beaucoup et en même temps j’ai hâte… Jouer seul sur scène est le rêve de tous musiciens, car c’est comme si on lui disait : ‘’tu joues maintenant suffisamment bien pour que le public apprécie de t’écouter » ! » Eva interprétera « danse profane », de Claude Debussy, un compositeur qu’elle apprécie particulièrement pour la richesse de sa musique. « J’aime jouer du piano, parce que c’est à la fois un plaisir personnel et partagé. » Ce n’est donc pas un hasard si Eva souhaite à son tour devenir professeur de piano !

A la clarinette : Hugo Pharamond
Si ce n’est pas là le premier concert d’Hugo, ce sera néanmoins la première fois qu’il jouera comme soliste. 10 ans de clarinette derrière lui et pourtant « on ne m’a jamais donné autant d’importance en tant que musicien, ce qui est encourageant ! Je suis très heureux de faire partie des solistes. Jouer ainsi dans un orchestre te permet de progresser, car les autres instruments te portent, à tel point que tu ne peux que bien jouer… Il est également différent d’être dirigé par le chef d’orchestre et non par un professeur. Le chef te donne des conseils par rapport à une globalité et non plus seulement par rapport à ton instrument. C’est une autre vision, où les différents instruments ressortent les uns par rapport aux autres. » Hugo jouera le second mouvement du « concerto pour clarinette » de Mozart, un morceau « difficile non pas techniquement, mais demandant beaucoup de soi. Il se joue avec le cœur. »

Programme du grand orchestre
Pastorale, de Sugar, cordes & piano solo : par Hiriata Wong Foo
Danse profane, de Debussy, cordes & piano solo : par Eva Lachhar
Gigue à octets, de Rossoni, cordes & percussions
Chanson triste, de Rossoni, cordes
Concerto pour clarinette, de Mozart, orchestre & clarinette solo : par Hugo Pharamond
Concerto de violon, de Mendelssohn, orchestre & violon solo : par Lucien Yau

[singlepic id=77 w=160 h=120 float=left]La Grande Harmonie de Colin Raoulx
Ce musicien hors pair, médaillé d’or de saxophone, dirige depuis près de 10 ans l’orchestre de la grande harmonie. Celui-ci comprend une trentaine de musiciens et réunit les instruments à vent**. Colin a sélectionné pour le concert des grands ensembles une partie des œuvres de John Williams. Si son nom ne vous évoque rien, vous connaissez forcément ses musiques et vous serez très surpris de les entendre version « musique classique » ! « John Williams est le compositeur de musiques de films le plus titré au monde », explique Colin. « C’est lui qui a composé les musiques de Star Wars, des Dents de la Mer, de Superman et d’Indiana Jones. Il a marqué les tympans de la population mondiale depuis les années 1970 ; je suis certain que le public va beaucoup aimer entendre de tels morceaux joués par la grande harmonie ! » Car si le répertoire d’un orchestre harmonique est principalement constitué d’arrangements de musique classique, il s’est enrichi au fil du temps d’arrangements de musiques de films et de jazz, permettant de mettre en relief les qualités sonores de cet ensemble. Notre professeur de saxophone avoue que si la préparation d’un tel concert est extrêmement stimulante, diriger la grande harmonie « est très fatigant, car l’interaction entre tous les instruments requiert un maximum de concentration. Il faut être attentif à chaque élève, pour que celui-ci trouve son rythme, tout en faisant sonner le tout de manière harmonieuse… Mais répétitions après répétitions, il y a une telle satisfaction pour notre orchestre d’entendre les efforts aboutir, que le jeu en vaut la chandelle ».

Programme de la grande harmonie
Le programme de la grande harmonie reprendra les thèmes de Star Wars – le retour -, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, ainsi que d’Indiana Jones.

[singlepic id=76 w=160 h=120 float=left]La Chorale d’Emmanuelle Vidal O’mai
Notre cantatrice préférée nous a concocté comme à son habitude un programme de chants magnifiques, que sa chorale d’adultes interprétera pour ce grand concert. Ils seront accompagnés au piano par Marie Hugo. Une belle surprise pour le public : un extrait d’opéra d’italien – Cavaleria Rustica – a été traduit en tahitien ! « En Polynésie, nous avons notre forme d’opéra : le orero, qui est en quelque sorte un opéra parlé. Le public polynésien aime les belles histoires et les belles voix, ce qui est exactement le propre de l’opéra. C’est pourquoi nous avons souhaité traduire cet extrait, afin d’ouvrir cet art trop souvent perçu comme étant élitiste. »
Chanter pour partager
« Mes élèves adultes sont très sérieux dans leur apprentissage du chant. 80% d’entre eux prennent des cours personnels à côté. Ils ont à cœur de beaucoup progresser. Car chanter peut s’apparenter au sport : plus l’on en fait, plus l’on sera performant et plus l’on en tirera du plaisir. C’est donc plus qu’une distraction puisqu’il y a des difficultés techniques à franchir. Pour moi, il est intéressant de les faire travailler car nous parvenons à de beaux résultats. La preuve cette année avec l’extrait d’opéra que nous allons chanter : on dit généralement qu’il faut plus de 5 ans d’entraînement avant d’y parvenir. Je suis très fière de mes chanteurs ! » Et nous, nous avons hâte de frissonner à l’écoute de toutes ces belles voix !

Programme de la chorale
Te Pure, chant traditionnel polynésien
Les Cieux en chœur, Beethoven
Agnus Dei, Bizet
Ave Maria, Vidal
Cavalleria Rusticana, Mascagni


[singlepic id=99 w=160 h=120 float=left]La communication du conservatoire

Envie d’en savoir plus sur le conservatoire ? Des questions relatives à son fonctionnement, ses cours, ses actus, sa programmation, ses évènements ? Vous pouvez désormais contacter Frédéric Cibard, nouvel attaché de direction de l’établissement, chargé de la communication et de la valorisation des activités du CAPF. Il se fera un plaisir de répondre à vos demandes.
Tél. : 50 14 18 – 70 75 63
Email : [email protected]
Où et quand ?
Concert des grands ensembles du CAPF
Grand théâtre de la maison de la culture
Samedi 18 avril, à 19h30
Tarif des places : 1 500 Fcfp pour les adultes / 1 000 Fcfp pour les moins de 18 ans
Renseignements et réservation : 50 14 14

* Le grand orchestre symphonique comprend les 4 familles d’instruments : à cordes (piano, violon, violoncelles, contrebasse), à vent** (bois et cuivre) et les percussions (tambours, timbales, etc.).
** Les instruments à vent comprennent les bois (clarinette, flûte, saxophone), les cuivres (trombone, trompette, tuba) et les percussions.


You may also like...