Heiva ‘apï

[singlepic id=129 w=320 h=240 float=left]Rencontre avec Julien Mai, directeur de Heiva Nui et Olivier Dexter, chargé de communication.

Le concours du Heiva connaîtra cette année quelques nouveautés en danse traditionnelle. En effet, les catégories ont été modifiées afin de s’adapter davantage au niveau des formations de danse, pour leur offrir – ainsi qu’au public – un concours traditionnel bien dans son temps.
Changer les catégories de danse pour le concours du Heiva ? Une décision nécessaire pour rester cohérent, et être conforme au niveau et aux attentes des groupes de danse actuels. Julien Mai explique « les catégories avaient besoin d’être rééquilibrées car en concourant en patrimoine ou création, un certain nombre de groupes ne s’y retrouvaient plus : ils dansaient face à des mastodontes de la discipline !

Or, j’estime que toutes les formations, nouvelles ou plus expérimentées, ont quelque chose à exprimer. Aussi, le Heiva doit le leur permettre. Nous avons à cœur de conserver le côté populaire du plus grand événement polynésien, qui reste avant tout un concours, terme qui implique des vainqueurs mais aussi des perdants. Il faut donc être le plus juste possible dans le règlement du concours, pour que tout le monde y trouve son compte – même les perdants ! Ceci étant, les catégories patrimoine et création avaient leur raison d’être à l’époque : il s’agissait pour nous de motiver les groupes des districts à revenir au Heiva, qu’ils avaient un peu délaissés. Nous voulions leur offrir un terrain à explorer, celui du patrimoine pour le faire découvrir au public. Maintenant qu’ils sont revenus, nous pouvons leur proposer un concours différent. »

[singlepic id=128 w=320 h=240 float=left]Et ces nouvelles catégories, les voici :

Catégorie Heiva
Seuls peuvent concourir dans cette catégorie les groupes n’ayant jamais reçu un premier prix en danse ainsi que les groupes récemment créés. Aucun thème artistique n’est imposé : libre aux groupes de puiser leur inspiration dans l’histoire du Pays (nom de lieu, origine d’un nom, d’une commune, d’une légende, d’un état d’âme…).
Catégorie Heiva Nui
Les groupes de danse qui concourent dans cette catégorie sont les groupes élites : ils regroupent les formations qui ont été primées au Heiva au moins une fois, et ce, depuis le Heiva i Tahiti 1986 et sous la même entité. La réalisation du spectacle est également entièrement libre.


Des nouveautés aussi du côté du chant

Le concours de chant s’appellera désormais le « Heiva Tumu Nui » : tumu signifiant le tronc et nui, grand. L’établissement a souhaité proposer cette appellation afin de renforcer la définition du chant qui est, par essence, l’âme même de la culture ; son tronc, en quelque sorte.

Photos : @Nicoals Perez

You may also like...