Les frappes ancestrales à l’honneur

[singlepic id=40 w=320 h=240 mode=web20 float=left]Parce qu’il ne veut pas voir se perdre les techniques de frappe de tairi pa’umotu et du pahu, Coco Hotahota – créateur de l’association Temaeva – a eu l’idée de mettre en place un concours pour sauvegarder ces savoir-faire ancestraux. Son association, en co-production avec la Maison de la Culture et avec le soutien du Ministère de la Culture organise, les 27 et 28 mars, un concours de percussions traditionnelles, intitulé « Te Rutu a Pahu ». Coco Hotahota souhaite lui donner à terme autant d’importance que le Hura Tapairu.

C’est le premier concours de pahu et de tairi pa’umotu jamais organisé jusqu’à présent. L’un est un tambour sur pied, l’autre une technique de frappe de guitare. Le but est de les faire revivre pour leur redonner leurs lettres de noblesse.
Le pahu n’est plus utilisé que comme instrument de complément alors qu’à l’origine, c’était l’instrument de base des orchestres pour accompagner les danses. Aujourd’hui le to’ere est plus courant. L’objectif du concours est donc de faire revenir les orchestres à l’utilisation du tambour.
Pour ce qui est du tairi pa’umotu, c’est la seule frappe locale existante et c’est aujourd’hui une pratique en perdition. Tous les jeunes jouent de la guitare, qui en arpège, qui en battement, mais très peu maîtrisent la frappe pa’umotu.

L’idée est donc de mettre en compétition des orchestres venant de tous les archipels, que tout le monde utilise la même frappe, et que le meilleur gagne !
Chaque groupe sera constitué de 4 à 8 musiciens qui présenteront des œuvres originales inspirées du patrimoine culturel du fenua pendant 15 à 20 minutes. Pour le pahu, les trois façons de le frapper devront être utilisées : le tamau (rythmique), le tahape (contre-temps) et le aratai (meneur qui impose les changements de rythme).

OU et QUAND
Les 27 et 28 mars au Grand Théâtre de la Maison de la Culture
Billets en vente sur place au tarif unique de 1500 F
Renseignements à la maison de la culture au 544 544.

Comment participer au concours ?

  • L’inscription se fait par lettre adressée à la direction de la Maison de la Culture au plus tard le 28 février. Elle est ouverte à tout groupe constitué en association loi 1901.
  • Un exemplaire des statuts, une copie du récépissé de déclaration, une copie de la publication au JOPF, la composition à jour du bureau, un relevé d’identité bancaire ou postal et le numéro Tahiti doivent être fournis pour la valider.

Pour la petite histoire
À l’origine, le groupe Temaeva s’appelait Ta Maeva, contraction de « Tama i Maeva hia » – qui signifie l’enfant désiré, bienvenu – nom d’une dynastie royale de l’île de Rimatara, aux Australes, d’où est originaire Coco Hotahota. Mais une erreur est survenue au moment de l’inscription du groupe. C’est ainsi qu’est née l’association Temaeva, en février 1962.

You may also like...