Revaloriser le sacré

Rencontre avec Jean-Marc Pambrun, Directeur du Musée de Tahiti et des Îles, Manouche Lehartel, muséologue au Musée de Tahiti et des Îles et Emmanuelle Vidal Hi’Omai, coordinatrice de la partie classique du Conservatoire Artistique, professeur de chant et directrice de la chorale du Conservatoire.

Janvier, c’est le mois de tous les changements. C’est en tout cas le mois qu’ont choisi le Musée de Tahiti et des Îles et le Conservatoire Artistique pour présenter leurs nouveautés. Le premier vous offre une nouvelle salle d’exposition ; le second vous donne rendez-vous pour trois concerts de sa chorale dans des églises de Tahiti.

La salle 3 du Musée de Tahiti et des Îles fait peau neuve !

Une nouvelle salle ? Pas tout à fait. En fait, c’est la même, mais elle se refait une beauté. Nouvelle signalétique, nouveaux cartels d’information et nouvelles traductions.

C’est parti d’un constat…

La signalétique des objets et des cartels d’informations  des salles d’expositions permanentes du Musée était devenue désuète : vieillotte, délavée, cornée… Le public s’en rendait bien compte, la direction aussi. Il y a un an et demi, Jean-Marc Pambrun, Directeur de l’Etablissement, décidait donc de remettre à neuf toute la signalétique des quatre salles. Mais le devis annoncé dépassait très largement les crédits que pouvait espérer obtenir le Musée. Il a donc fallu remettre à plus tard cette idée. Jusqu’à ce que se présente l’épouse d’un homme d’affaire japonais.

…et cela s’est poursuivi par un mécénat

Elle confie à Jean-Marc Pambrun que son mari aimerait beaucoup investir dans le Musée, par attachement pour l’Etablissement, amour de l’art, et souhait de mettre à disposition du public les informations en japonais. Monsieur Toru Oishi s’est donc mis d’accord avec le Directeur pour prendre en charge tous les frais de création, fabrication et impression des cartels d’information de la salle 3 – dédiée à la vie sociale et religieuse – qu’il affectionne tout particulièrement. Dans le même temps, il a souhaité financer un guide du Musée en japonais.

Uniformiser et homogénéiser l’information

C’est Manouche Lehartel, muséologue au Musée de Tahiti et des Îles, qui s’est chargée pour une grande part du projet. Aidée d’un comité de pilotage qui s’est monté au sein du Musée pour proposer un exemple type de nouvelle signalétique, elle a réactualisé les textes informatifs de chaque objet (remise à jour des informations, corrections des fautes, reformatage de l’information) et a ensuite chapoté le travail de traduction en tahitien et en anglais. Pour les traductions japonaises, tout s’est passé au pays du soleil levant. Cette nouvelle signalétique sera prête à admirer en janvier. Quant à la réactualisation des cartels des autres salles d’exposition, il faudra être encore un peu patient !

Pour commencer l’année enchantée

30 ans, ça se fête ! Pour marquer le coup, Emmanuelle Vidal Hi’Omai, chargée – entre autres – de l’évènementiel de toute la partie classique du Conservatoire, organise trois concerts, pour chaque dizaine de l’Etablissement…

Pourquoi avoir choisi de donner des concerts dans des églises?

L’acoustique des églises met particulièrement en valeur le « chant choral ». Pour le 30ème anniversaire du Conservatoire, je voulais proposer des temps forts pour l’année 2009, avec, chaque mois, un événement spécial. J’ai décidé de commencer avec ma chorale. Un concert dans un lieu de culte attire toujours beaucoup de monde ; c’est un peu le but de notre démarche. Des œuvres prestigieuses ont été écrites pour être chantées dans de tels espaces. Nous ne pouvions pas manquer de le faire. Répondant au vœu de mes choristes, qui voulaient chanter une œuvre complète, j’ai proposé « La Messe en Sol », de Schubert.

Combien de temps durent les concerts ?

Chaque représentation devrait durer 1h15. Il ne faut jamais trop en donner au risque de « gaver » le public ; mieux vaut lui en donner un peu moins pour qu’il ait envie de revenir la fois d’après… Comme la seule pièce de Schubert dure une demi-heure, on fera une première partie avec plusieurs extraits de Beethoven, Bizet, Mozart. Et il y aura aussi une de mes compositions : un « Ave Maria » sur des paroles de Gaby Cavallo.

À quelle fréquence avez-vous répété ?

On a travaillé plus de trois mois à raison de deux heures par semaine le jeudi et trois heures en plus un samedi par mois.

Combien êtes-vous dans la chorale ?

Il y a 11 hommes et 25 femmes. Ce sont à 80% des élèves de chant du Conservatoire. Il y a un bon noyau qui reste d’une année sur l’autre : « les purs et durs », qui m’en demandent toujours plus. Ils sont toujours partants pour donner des concerts.

Est-ce un bon moyen d’attirer de nouveaux choristes ?

Oui. L’année dernière, suite au concert de fin d’année que nous avons donné à Pirae, deux personnes ont demandé à nous rejoindre. Mais je tiens à préciser qu’il vaut quand même mieux savoir chanter ou prendre un minimum de cours avant d’intégrer la chorale.

Programme des concerts de la chorale du conservatoire

  • « Les Cieux en chœur » de Beethoven
  • « Alléluia » de R. Thompson
  • « Agnus Dei » de Bizet
  • « Lacrymosa, Dies Irae » de Mozart
  • « Ave Maria » de Vidal Hi’Omai
  • « Sanctus » de Gounod
  • « Cantique de Jean Racine » de Fauré
  • « Messe en Sol » de Schubert

Où et quand ?

  • A l’Eglise d’Arue, Vendredi 30 janvier à 20H (à confirmer)
  • A l’Eglise de Paea, samedi 31 janvier à 19H30
  • A la Cathédrale de Papeete, Dimanche 1° février à 17h00
  • Renseignements au 50 14 14 ou au 78 74 76 (Emmanuelle)
  • Entrée libre

You may also like...